Déguerpissement à Kissosso : les victimes, entre pleurs et lamentations

Deux familles ont été victimes de déguerpissement ce vendredi, 20 mai 2022, à Kissosso Keïtaya, dans la commune de Matoto. Un huissier de justice, en compagnie de plusieurs agents des forces de l’ordre, est allé les vider de leurs maisons. Entre pleurs et lamentations, les victimes crient à l’injustice et dénoncent des abus dont se seraient rendus coupables les agents qui ont été sur le terrain.

Ce sont les familles du feu colonel Bangaly Bangoura et de Mamadou Hassimiou Barry qui sont concernés par ce déguerpissement. Selon les victimes, c’est à la cérémonie de 40ème jour du décès du colonel Bangaly Bangoura qu’une dame s’est présentée comme étant la propriétaire des deux concessions contiguës (celle du défunt et celle de M. Hassimiou Barry, qui a racheté son domaine avec le défunt officier). Mais, les deux familles n’ont pas pris en considération les déclarations de la dame jusqu’à ce vendredi matin. Ils ont été réveillés par une équipe venue les vider de leurs maisons. Une situation incompréhensible pour Mme Aminata Touré, la veuve du colonel Bangaly Bangoura.

Mme Aminata Touré, veuve du colonel Bangaly Bangoura

Il était 6 heures du matin, lorsque mon fils est venu me réveiller, en me disant que nous sommes entourés de policiers, qui ils sont venus avec des jeunes pour nous chasser de notre maison. Ils sont rentrés dans la maison et se sont mis à ramasser nos affaires pour les faire sortir. On a voulu réagir mais les voisins nous ont conseillés de ne rien faire. Ils n’ont même pas accepté qu’on fasse sortir nos affaires nous-mêmes, ce sont les jeunes qu’ils ont envoyés qui les ont fait sortir dans la brutalité. Ils ont cassé nos armoires et volé notre argent, avant de mettre des cadenas à nos portes », a déploré cette mère de famille. Pourtant, ajoute-t-elle, son mari a acquis légalement ce domaine depuis 1983. « Lorsque mon ami a acheté ce terrain, c’est une forêt qui était là, il fallait couper les arbres pour se frayer un chemin », a dit Mme Aminata Touré.

Mamadou Hassimiou Barry

Également abattu et choqué par cette situation, Mamadou Hassimiou Barry assure avoir tous les documents prouvant qu’il est le propriétaire légal de sa maison. « Je vis ici depuis plusieurs années. J’ai acheté ce terrain avec tous les documents légaux, j’ai fondé ma famille ici. Depuis lors, je n’ai jamais reçu de documents me disant que ce domaine ne nous appartient pas et que je dois libérer les lieux. Le chef de quartier lui-même nous a dit qu’il n’est pas au courant de cette opération. Aujourd’hui, j’ai le cœur meurtri. Depuis 25 ans je vivais ici, dans la tranquillité, et un beau jour, on vient me mettre dehors avec ma famille », s’est lamenté ce citoyen, tout en promettant de se battre pour être rétabli dans ses droits.

Alhassane Yéro Camara

De son côté, Alhassane Yéro Camara, un des locataires de la concession du colonel Bangaly Bangoura, dit avoir perdu beaucoup d’argent dans cette opération de déguerpissement. « Ma femme a perdu quinze millions de francs guinéens, l’argent de la tontine que les membres de son association lui ont confié. Moi aussi, qui donne des cours à domicile, l’argent qu’on m’a payé ces derniers jours a été emporté par les loubards qui étaient là. Sans autorisation, ils sont venus prendre nos affaires et les jeter dehors et voler notre argent. Quand j’ai demandé au commandant d’attendre que j’appelle les jeunes du quartier pour m’aider à faire sortir nos affaires, il a répondu qu’il a déjà une équipe pour s’en charger », a déploré cet enseignant.

Alhassane Yéro Camara annonce qu’il va porter plainte contre le service de police qui était sur le terrain.

Mamadou Bangoura

Aïssatou Sadio Bah pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS