Audiences criminelles à Labé : avec l’appui du Haut-Commissariat aux Droits de l’homme, 10 affaires inscrites au rôle

En pleine activité d’immersion gouvernementale dans la région, le ministre de la Justice et des droits de l’homme, Moriba Alain Koné, entouré du représentant résident du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, Patrice Vahard a présidé, jeudi, la cérémonie d’ouverture officielle d’une session des audiences criminelles du Tribunal de Première Instance (TPI) de Labé qui compte, à partir de la semaine prochaine et pendant 3 jours examiner 10 dossiers inscrits au rôle, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Le prévenus qui seront fixés sur leurs sorts la semaine prochaine sont poursuivis pour des présumés faits criminels de prise d’otage suivie de meurtre, incendie volontaire, destruction d’édifice privés, complicité de vol aggravé, tentative de viol ou encore de viol sur mineur. Des procédures engagées au moment où l’Office de Protection du Genre, de l’Enfance et des Mœurs (OPROGEM) tire la sonnette d’alarme : 45 cas de viol sur mineur ont été enregistrés dans la région administrative de Labé en 2021.

« Les statistiques sont alarmantes à cet égard d’après le rapport de l’OPROGEM en 2021 : 306 cas de viol dont 186 cas de viol sur mineur ont été enregistrés sur l’ensemble du territoire national » a précisé le Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’Homme.

Cette question de violences basées sur le genre est un phénomène mondial qui exige des solutions idoines mais aussi locales, souligne le représentant résident du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, Patrice Vahard qui demande donc une conjugaison des efforts pour changer la donne.

Patrice Vahard, Représentant Résident Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme en Guinée

« Le niveau de violences à l’égard des femmes et des filles sont restées largement inchangées au cours des 10 dernières années. En 2021, près d’une femme sur trois âgée de 15 ans et plus a subi des violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire intime, de la part d’un parent ou de l’un des deux une fois au moins dans sa vie », a insisté le partenaire onusien dont l’institution accompagne techniquement et financièrement cette session des audiences criminelles dans la région en vue d’aider à mettre fin à l’impunité des auteurs et rétablir les victimes dans leurs droits.

Face à cette préoccupation internationale, le gouvernement guinéen réaffirme sa volonté et sa détermination à sévir contre l’impunité et les cas de viol.

Moriba Alain Koné, ministre Justice et des Droits de l’Homme

« Avec l’appui du Système des Nations-Unies en Guinée, le gouvernement a organisé une série d’audiences criminelles dans les préfectures de Beyla, Yomou, Nzérékoré et Siguiri. C’est dans cette même logique que s’ouvre aujourd’hui, les audiences criminelles dans la région de Labé. Et notre devoir et objectif est de faire en sorte que toutes les personnes qui se seraient rendues coupables de viol soient jugées et condamnées conformément à la loi. Mais, en plus de cette action judiciaire, l’appui de nos partenaires techniques et financiers seraient également souhaitable pour améliorer la prise en charge psycho médicale des victimes », a rassuré le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Moriba Alain Koné qui n’a pas manqué d’exhorter les autorités administratives de la région civiles et militaires, particulièrement les officiers de police judiciaire à redoubler d’efforts pour que toutes les fois qu’elles seront informées ou saisies des cas de viol, qu’elles puissent ouvrir ou faire ouvrir des enquêtes devant aboutir à l’interpellation des suspects et de leurs complices pour les mettre à la disposition des autorités judiciaires en vue de l’examen de leurs dossiers.

Depuis Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 664 467 171

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS