TPI de Dixinn : Thierno Seydou Bayo, jugé et condamné pour destruction de biens privés et violences

Thierno Seydou Bayo, écrivain et président du parti PS,  a été situé sur son sort dans l’après-midi d’hier, jeudi  25 août 2022, sur le dossier qui lui oppose à son voisin, Ousmane Koulibaly.  L’ancien commissaire de la Commission Électorale nationale indépendante (CENI), a été déclaré coupable de violence et de destruction des biens privés commis au préjudice de Ousmane Koulibaly. Il écope d’une peine d’un an d’emprisonnement avec sursis et le paiement d’un million de francs guinéens d’amende. Il est également condamné à payer à la partie civile un montant de 500 000 francs guinéens à titre de dommages et intérêts, a constaté un reporter que Guineematin.com avait dépêché sur place.

Cette décision a été rendue ce vendredi 26 août 2022, par le tribunal de première instance de Dixinn. Ce tribunal était saisi de deux procédures distinctes. D’un côté, c’est Ousmane Koulibaly qui porte plainte contre Thierno Seydou Bayo pour injures publiques, destruction des biens privés. Et de l’autre, c’est Thierno Seydou Bayo qui porte plainte contre Ousmane Koulibaly pour coups et blessures volontaires.

Le tribunal de première instance de Dixinn a, de façon régulière, examiné distinctement les deux affaires mercredi dernier, 24 août 2022. Les deux voisins (Thierno Seydou Bayo et Ousmane Koulibaly) qui sont à la fois plaignants et partie civile, ont réciproquement rejeté les faits mis à leurs charges. Le premier dossier dans lequel Thierno Seydou Bayo est prévenu, le parquet avait requis 6 mois d’emprisonnement, le paiement de 5 millions de francs guinéens et de décerner un mandat de dépôt contre lui.

La partie civile, par le biais de son avocat maître Babaen Camara, avait demandé au tribunal de le condamner au « paiement de 500 millions à titre de dommages et intérêts « .
Finalement, le tribunal a, dans sa délibération, déclaré Thierno Seydou Bayo  « non coupable des faits d’injures publiques ». Pour cette infraction, le tribunal l’a renvoyé des fins de la poursuite.  Par contre, le tribunal l’a déclaré coupable des faits de violence et de destruction des biens privés. Pour la répression, il a été condamné à 1 an avec sursis, un million de francs guinéens d’amende et le paiement de 500 000 francs guinéens à la partie civile à titre de dommages et intérêts.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS