« La Guinée dépense près de 300 millions de dollars par an pour importer le riz », dixit Mamoudou Nagnalen Barry au CNT

Comme indiqué dans une de nos précédentes dépêches, les Conseillers nationaux de la transition s’étaient réunis dans l’après-midi de ce vendredi, 26 août 2022, dans la salle de l’hémicycle du Palais du peuple et sous l’égide de leur Président Dr Dansa Kourouma, pour débattre et autoriser la loi de ratification d’un accord de prêt pour l’achat d’engrais pour le monde paysan guinéen, a constaté un reporter que Guineematin.com avait dépêché au palais du peuple.

Ce prêt obtenu auprès de la Banque arabe pour développement économiques en Afrique pour un montant de 55 millions de dollars américains, servira à l’achat d’engrais et d’intrants agricoles, ont soutenu Moussa Cissé, le ministre de l’économie, des finances et du plan et Mamoudou Nagnalen Barry du département de l’agriculture et de l’élevage.

Tour à tour, les deux membres du gouvernement se sont relayés au parloir pour rassurer les conseillers de la nécessité d’acquérir ces intrants agricoles et leur utilisation correcte sur le terrain et au bénéfice des paysans guinéens.

D’ailleurs Mamadou Nagnalen Barry, soulignera que le besoin d’avoir des engrais et intrants agricoles est dicté aussi bien par la situation de poste pandémie du Covid-19 et de la crise ukrainienne  que par le montant très élevé déboursé par la Guinée chaque année pour importer du riz.

« De nos jours, notre pays débourse chaque année 300 millions de dollars américains pour importer du riz. Pour inverser la tendance, le gouvernement s’est engagé à venir en aide aux paysans en leur fournissant de l’engrais et des intrants agricoles à un prix abordable. Sur le plan international, il faut mentionner cette situation post Covid-19 qui a éprouvé les Etats mais aussi la crise ukrainienne. C’est sur la base de constat que le gouvernement a réussi à conclure le prêt de 55 millions de dollars américains auprès de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) », a expliqué le ministre de l’agriculture.

A en croire Mamoudou Nagnalen Barry, la Guinée attend 27 mille tonnes d’engrais dans les prochains mois. Cet engrais sera vendu au prix de 450 000 francs guinéens au paysan le sac de 50 kg.

Pour le Président de la Commission du Plan, des affaires financières et du contrôle budgétaire, Hamidou Camara, ce montant de 55 millions de dollars est inscrit dans le cadre d’un prêt commercial avec une échéance de trois années dont une année moratoire.

Hamidou Camara, Président de la Commission Plan et affaires financières du CNT

« Les conditionnalités de cet prêt sont nettement avantageuses pour notre pays dans un environnement de crise économique internationale. La durée de disponibilité du crédit est de 12 mois. Le taux d’intérêt est de 4,5% par an sur le montant décaissé non encore remboursé. La commission d’engagement de 0,25% par an sur le montant du crédit non décaissé à compter du 91ème jour de la signature… C’est pourquoi, nous avons encouragé nos collègues Conseiller à approuver sans réserve le présent accord de prêt ».

L’approbation de cet accord a soulevé un grand espoir chez les paysans. Elhadj Baba Guirassy, un agriculteur venu de Boké s’est dit satisfait de la conclusion de cet accord de prêt.

Elhadj Baba Guirassy, agriculteur à Boké

« L’adoption de cet accord de prêt est un véritable de motif de satisfaction pour le monde de paysan. L’agriculture est secteur pratiqué partout en Guinée et par plus de 80 % de la population. L’agriculteur nourri la population et crée de l’emploi. Si l’Etat décide de nous accompagner en nous facilitant l’accès aux engrais, nous ne pouvons que nous réjouir », a dit cet agriculteur, venu de la Guinée profonde.

A rappeler que la loi de ratification de cet accord de prêt a été approuvée par les 70 Conseillers présents sur les 81 inscrits.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS