Il y a quelques minutes, le président Sud-africain, Zacob Zuma a rendu sa démission à l’effet immédiat. Par cet acte, le président décrié a dit avoir pris sa décision pour ne pas être à la base d’une division du peuple. Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, le député Ousmane Gaoual Diallo a apprécié la décision avant de faire un parallèle avec le RPG Arc-en-ciel qui dirige la Guinée depuis plus de 7 ans.

Décryptage !

C’est avec beaucoup d’étonnement qu’on a entendu la démission du président Zuma sous la pression de son parti, l’ANC. Cyril Ramafuza vient de montrer la voix aux partis politiques africains qu’il faut, à un moment où à un autre, privilégier l’intérêt de la nation. Chez les Sud-africains, ce n’est pas une première parce qu’il faut rappeler que monsieur Tabo Mbéki avait aussi était contraint de démissionner lorsque son nom a été souillé dans une affaire de corruption. Là, la fin de mandat de Zacob Zuma qui devait continuer jusqu’en avril 2019 a été prématurément arrêtée parce que l’homme a fait objet de plusieurs scandales sexuels, de moralité, de la corruption et de beaucoup d’autres choses. Je pense qu’il était temps que l’ANC reprenne la main pour dire à l’Afrique du Sud, aux populations africaines, que c’est encore un parti qui n’est pas seulement en train de composer des individus tirant les recettes de la lutte contre l’apartheid ; mais, des individus qui mettent au cœur de leurs actions l’intérêt de la population sud-africaine.

Hon. Ousmane Gaoual Diallo

Hélas ! Combien de fois nous aimerions entendre ce genre de message dans notre pays ? Combien les guinéens auraient été heureux d’entendre si le RPG Arc-en-ciel aurait été capable, ne serait-ce qu’à travers une simple déclaration, de condamner toute la corruption qui entoure la gouvernance d’Alpha Condé depuis qu’il est là ?

Il faut rappeler la cargaison de devises arrêtée à Dakar, les multiples transactions financières vers Doubaï, les biens immobiliers insolents dont sont propriétaires les membres du gouvernement et le clan présidentiel en Guinée, au Sénégal, au Maroc, en France et aux Etats Unis. La presse internationale s’en ait fait écho ; mais, hélas !

Le parti au pouvoir composé de caciques, chacun cherchant à gagner plus sur le dos des citoyens s’est miré dans un silence devenu finalement bruissant. Celui qui a voulu être le Mandela de l’Afrique, son parti n’est pas l’ANC. En Afrique, n’est pas l’ANC qui le veut parce que c’est un parti qui avait la légitimité de s’imposer sur la population sud-africaine ; mais, qui a choisi d’utiliser cette légitimé pour l’intérêt supérieur de la nation.

A côté, on a le RPG Arc-en-ciel qui est un parti revanchard, un parti des haineux, des corrompus, un parti qui encourage et justifie l’impunité, l’injustice et la corruption. C’est vraiment un contraste de dire qu’ils sont tous les deux de l’international socialiste. Comme pour dire que dans cet international, il y a de la diversité.

Propos recueillis et décryptés par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin