sarekaly-jpg0Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, rien ne va plus entre les citoyens et le sous-préfet de Sarékaly ; une commune rurale située à environ 7 kilomètres de la commune urbaine de Télimélé. Plusieurs plaintes sont formulées contre monsieur Alsény Bangoura, le sous-préfet, par les nombreux citoyens de Sarékaly qui ont contacté Guineematin.com ces derniers jours.

Dans la matinée de ce jeudi 22 septembre 2016, un reporter de Guineematin.com a tenté d’en savoir davantage en interrogeant les deux principaux personnages de sous-préfecture : le président de la délégation spéciale et le sous-préfet.

Joint au téléphone, le président de la commune rurale de Sarékaly, monsieur Abdoulaye Bela Diallo a confirmé les accusations portées contre monsieur Alsény Bangoura. « C’est une personne invivable », lance d’emblée notre interlocuteur.

A en croire monsieur Diallo, le sous-préfet actuel de Sarékaly est violent ! « Il a une violence particulière, à la fois physique et verbale. Partout où il y a rassemblement, il violente les gens de gauche à droite. Il est là depuis 5 ans ; mais, ça ne va plus entre la communauté et lui. Je vous informe qu’il doit des dettes ici à des particuliers depuis plus de 3 ans et il refuse de les payer. Si quelqu’un prend de l’argent dans une banque depuis trois ans, il n’a même pas remboursé le capital, à plus forte raison l’intérêt, est-ce que c’est de la bonne foi ? », interroge-t-il.

Sans famille, le sous-préfet a brisé le foyer d’une femme qui dort chez lui

« On ne l’a jamais vu avec une famille. Il nous a dit que sa famille est à Kindia, on ne sait pas si c’est vrai ou pas. Mais, il peut passer 8 mois ici seul, sans aller à Kindia. Et, depuis qu’il est là, en 2011, personne n’a jamais vu sa famille ici à Sarékaly. Ensuite, on ne se comprend pas avec lui parce qu’il a une relation avec une femme de chez nous ici. Tout le monde sait qu’il loge avec cette femme dont le foyer est déjà déstabilisé », se désole monsieur Abdoulaye Bella Diallo.

Pour tenter de recouper cette information, le reporter de Guineematin.com a également joint au téléphone le mis en cause, en l’occurrence monsieur Bangoura. Mais, le sous-préfet n’était pas d’humeur à communiquer. Malgré l’insistance du journaliste, qui a essayé d’expliquer au sous-préfet l’importance de donner sa part de vérité face à ces graves accusations monsieur Alsény Bangoura n’a voulu faire aucun commentaire. Absolument aucune réponse, ni sur la femme dont le foyer est brisé,

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Guineematin