Kankan : le préfet Aziz Diop cité à comparaître dans une affaire domaniale

28 mars 2020 à 18 06 21 03213

Aiz Diop, préfet de Kankan

Les débats dans une affaire domaniale, opposant la famille Diakité du secteur 1, relevant du quartier Dalako, dans la commune urbaine de Kankan, se sont ouverts le jeudi, 26 mars 2020, au Tribunal de Première Instance local. Ousmane Diakité et sa famille accusent Daouda Diakité d’avoir fait détruire sa clôture sur instruction directe du préfet, Aziz Diop. Après les débats, la présence du préfet a été requise pour éclairer la lanterne du tribunal dans cette affaire, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Le préfet de Siguiri invite à sécuriser le vote : « la bagarre est une affaire de jeunes »

20 mars 2020 à 19 07 36 03363

Bloc administratif de Siguiri

A quelques heures du contesté double scrutin législatif et référendaire du dimanche, l’inquiétude grandit. Dans la préfecture de Siguiri, la tension est palpable après les échauffourées de ces derniers jours entre conseillers communaux. Le préfet, le colonel Moussa Condé, invite les jeunes à redoubler de vigilance pour sécuriser la ville le jour du vote. Il l’a dit à l’occasion d’une conférence de presse animée ce vendredi, 20 mars 2020, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Urgent : décès du Colonel Issa Camara, préfet de Yomou

18 mars 2020 à 14 02 21 03213

Le Colonel Issa Camara, jusque-là préfet de Yomou, est décédé ce mercredi 18 mars 2020, en Côte d’Ivoire. Selon plusieurs sources proches de cet officier supérieur de l’armée guinéenne, c’est aux environs de midi que le Colonel a rendu l’âme, quelques minutes après avoir atterri en terre ivoirienne pour des soins, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Kankan : pourquoi Aziz Diop n’a toujours pas rejoint son poste de préfet de Coyah ?

16 mars 2020 à 11 11 19 03193

Aziz Diop, préfet de Kankan

Nommé depuis le 10 janvier 2020 par un décret présidentiel comme nouveau préfet de Coyah, Aziz Diop n’a jamais pris ses nouvelles fonctions dans sa ville natale. Depuis la prise de ce décret, de nombreux observateurs n’ont cessé de se poser des questions sur la situation de celui qui, officiellement, n’est plus le préfet de Kankan. Dans une interview accordée au correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture de Kankan, Aziz Diop a apporté des précisions sur la question.

Lire

N’zérékoré : la jeunesse de la Forêt satisfaite du départ de Sory Sanoh

11 mars 2020 à 19 07 31 03313

Dr Antoine Monèmou, porte-parole de la jeunesse

La grogne des jeunes de la région forestière, qui demandaient le départ du préfet Elhadj Sory Sanoh, a fini par porter fruit. Suite à un décret du président Alpha Condé rendu public hier mardi, le contesté préfet, qui a tenu des propos malveillants, a été muté à Kérouané. Un acte du pouvoir central qui est bien accueilli par les jeunes de la Forêt ce mercredi, 11 mars 2020, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

N’zérékoré : l’arroseur arrosé

11 mars 2020 à 19 07 14 03143

Elhadj Sory Sanoh, préfet de Nzérékoré

Après l’expiration d’un premier délai de 72 heures qu’ils avaient fixé pour le départ de leur préfet, les jeunes de N’Zérékoré, toujours déterminés, étaient revenus à la charge avec un nouvel ultimatum. Ils ont exigé cette fois le départ immédiat de Sory Sanoh de la ville. C’est désormais chose faite. Dans un décret rendu public ce mardi soir, le président Alpha Condé a répondu favorablement à l’exigence de la jeunesse de la Guinée forestière en générale et celle de la ville de N’Zérékoré en particulier.

Lire

N’Zérékoré : la jeunesse donne un nouvel ultimatum au préfet pour quitter la ville

9 mars 2020 à 10 10 48 03483

Les jeunes de la région forestière n’en démordent pas contre le préfet de N’Zérékoré, Elhadj Sory Sanoh qui a tenu des propos jugés « malveillants ». Après l’expiration de l’ultimatum de 72 heures pour son départ de la ville, les secrétaires généraux des 22 quartiers de la commune urbaine et l’Union Régionale de la Jeunesse Forestière remettent ça. Réunis hier dimanche, 08 mars 2020, les jeunes exigent le départ d’Elhadj Sory Sanoh, rapporte le correspondant de Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Fête du 8 mars : les femmes boudent la cérémonie à Labé

8 mars 2020 à 16 04 10 03103

La célébration de la journée internationale des femmes n’a pas suscité de l’engouement cette année à Labé. Les femmes de la ville ont boudé l’événement pour protester contre les violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales par les autorités guinéennes, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

N’Zérékoré : le gouverneur fustige les propos incendiaires du préfet et demande pardon

6 mars 2020 à 11 11 12 03123

Mohamed Ismaël Traoré, gouverneur de la région administrative de N’zérékoré

Les propos incendiaires tenus par le préfet de N’zérékoré, Elhadj Sory Sanoh, continuent de faire des vagues dans la capitale de la Guinée Forestière. Après avoir été saisi par la jeunesse forestière qui exige le départ d’Elhadj Sory Sanoh, le gouverneur tente de recoller les morceaux.

Lire

Télimélé : deux partisans du FNDC arrêtés nuitamment et écroués

3 mars 2020 à 22 10 28 03283

De nouvelles arrestations dans les rangs du Front National pour la Défense de la Constitution. Deux partisans de la structure opposée à un troisième mandat pour le président Alpha Condé ont été mis aux arrêts et incarcérés à Télimélé. Les raisons de leurs interpellations ne sont pas encore connues, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Lire

Propos incendiaires : le préfet de N’Zérékoré dans le collimateur des défenseurs des droits humains

1 mars 2020 à 11 11 51 03513

« Nous invitons le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de N’Zérékoré d’engager une poursuite judiciaire contre le préfet afin qu’il réponde de ses actes dans l’intérêt du maintien de l’ordre public. Le collectif n’exclut pas une éventuelle plainte contre l’Etat du fait de son préposé Préfet de N’Zérékoré, devant la Cour de Justice de la CEDEAO. »

Lire

Dinguiraye : le préfet porte plainte contre plusieurs responsables de l’UFDG

27 février 2020 à 9 09 07 02072

Une semaine après l’attaque du bloc administratif de la préfecture de Dinguiraye par des manifestants anti-troisième mandat, le préfet sort de sa torpeur. Le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo a porté plainte contre plusieurs responsables locaux de l’UFDG (la principale formation politique d’opposition en Guinée). Selon des informations confiées à Guineematin.com, au moins six opposants sont visés par la plainte de l’autorité préfectorale.
Parmi eux, Dr Boubacar Cellou Diakité, conseiller communal (élu au compte de l’UFDG) à la mairie de Dinguiraye.

Joint au téléphone, il a confié avoir reçu une convocation le mardi, 25 février 2020. « Le mardi, vers 15 h 30’, j’ai reçu deux agents de la gendarmerie qui m’ont déposé une convocation me demandant de me rendre à la gendarmerie le vendredi à 10 heures. J’ai demandé c’est quoi le motif, ils ont dit que c’est le préfet qui m’a convoqué mais qu’ils ne connaissent pas les raisons.

Je me suis déplacé pour aller voir l’officier la police judiciaire, en la personne de monsieur Bangoura. Celui-ci m’a dit que peut-être c’est parce que nous sommes les instigateurs de l’évènement du mardi 18 février (l’attaque du bloc administratif préfectoral), jour où le principal parti de l’opposition (UFDG) devait recevoir ses députés Fodé Maréga et Alpha Ousmane Diallo à Dinguiraye », a expliqué Dr Boubacar Cellou Diakité.

« J’ai appris ce matin que 5 autres personnes ont reçu des convocations. On a même appris que le préfet a déposé une liste au niveau du juge de paix pour demander l’arrestation de certaines personnes. Mais, celui-ci a répondu que le moment n’est pas opportun et qu’il ne peut pas se permettre d’arrêter un citoyen sans plainte. C’est ainsi que le préfet serait parti voir son secrétaire général chargé de l’administration qui aurait rédigé les différentes plaintes. C’est de là qu’ils ont fait appel à la gendarmerie pour déposer les plaintes aux ayant-droit », ajoute l’opposant.

Cet élu local dit avoir dit avoir échangé avec le maire de la commune urbaine autour de cette situation. Et, l’autorité communale se serait engagée à jouer au sapeur-pompier. « Ce mercredi, le maire de la commune urbaine m’a appelé vers midi et demi pour me dire de le trouver chez un ami. Quand je suis arrivé, il était avec l’un des conseillers municipaux. Il m’a demandé de lui rendre la convocation que j’ai reçue pour qu’il essaie de calmer le problème.

J’ai dit que depuis qu’on m’a remis la convocation, j’ai appelé mon fédéral, monsieur Kébé, pour lui remettre ma convocation. Le maire m’a demandé d’aller voir le fédéral mais j’ai refusé. Il m’a supplié et par la suite, je suis allé faire la photocopie pour la lui remettre. C’est ainsi qu’il m’a dit de ne plus rien craindre, qu’il n’y aura rien et que les gens qui devraient partir ne partiront pas. J’ai demandé qui sont ces gens, il a répondu que peut-être je les verrai », a laissé entendre Dr Boubacar Cellou Diakité.

Alpha Assia Baldé pour Guineemation.com
Tel : 622 68 00 41

Lire

Attaque du siège de la préfecture de Dinguiraye : voici la version du préfet Lamarana Diallo

19 février 2020 à 0 12 03 02032

Lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo, préfet de Dinguiraye

Comme annoncé précédemment, les locaux de la préfecture de Dinguiraye ont été la cible d’une attaque menée par des manifestants pro UFDG dans la soirée de ce mardi, 18 février 2020. Les opposants ont procédé à des jets de pierres sur le bloc administratif préfectoral, brisant quelques vitres. Joint au téléphone peu après l’incident, le préfet de Dinguiraye, le Lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo a livré sa version des faits.

« J’ai été informé par le maire de la commune urbaine de Dinguiraye que la fédération UFDG a déposé un courrier informant de l’organisation d’un meeting au stade préfectoral. Mais, la commune n’a pas accepté. Entretemps, il y a eu tiraillement entre eux. Finalement, moi-même, j’ai invité les responsables de l’UFDG, nous avons échangé. Ils ont dit qu’il faudrait qu’ils viennent tenir leur meeting au niveau du stade préfectoral. J’ai expliqué que c’est la commune qui autorise. Suite à une demande du maire de la commune urbaine, les services de sécurité ont été déployés au stade préfectoral ce mardi dans le but de sécuriser cet édifice public de l’Etat.

Après, vers les 15 heures, les notables se sont impliqués pour demander au maire d’accepter que les autres viennent tenir leur meeting au stade préfectoral. Ils ont été finalement été autorisés pour éviter le pire, pour ne pas qu’il y ait affrontement entre les forces de l’ordre et les manifestants. Ils sont venus, ils ont tenu leur meeting. Nous, nous avons quitté nos bureaux dans les environs de 17 heures, nous sommes rentrés à la résidence. Après leur meeting, entre 18h et 18h30, ils sont venus vers la préfecture où il n’y avait personne. Tout était fermé. Ils ont jetés des cailloux, ils ont cassé les vitres. Entretemps, les agents des forces de l’ordre sont venus, les manifestants ont pris la tangente. C’est ce qui s’est passé ici » a expliqué le préfet Mamadou Lamarana Diallo.

Parlant du refus d’autoriser l’accès au stade, le préfet de Dinguiraye insiste et persiste que « la commune est souveraine, le maire indépendant. C’est le maire de la commune urbaine, c’est lui qui a fait la lettre-réponse. C’est à la dernière minute que moi j’ai été informé. Je n’étais même pas au courant de ce programme. J’étais dans les collectivités. Je n’étais pas au courant qu’une délégation de l’UFDG devrait venir à Dinguiraye. J’ai été informé à la veille. La décision de refuser est venue de la commune. La commune est libre d’accepter ou de ne pas accepter. Moi aussi, en ma qualité de première autorité préfectorale, je suis tenu obligé de sécuriser les biens de l’Etat et la population si le maire en fait la demande » a-t-il ajouté.

Des informations ont fait état de l’interpellation de plusieurs manifestants. Mais le préfet de Dinguiraye dit n’avoir pas été informé par ses services de cette situation. Le lieutenant-colonel Mamadou Lamarana Diallo précise d’ailleurs que ce ne sont pas des jeunes de Dinguiraye qui ont jeté des cailloux sur le bloc administratif préfectoral « mais ce sont les bodygards qui sont venus avec le député Fodé Maréga, qui ont dirigé l’attaque contre la préfecture. Ils étaient au nombre de 16, selon les informations que nous venons de recevoir », conclut l’administrateur territorial.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Contacts : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Dinguiraye : le siège de la préfecture attaqué par des manifestants pro FNDC

18 février 2020 à 20 08 29 02292

Lieutenant-Colonel Mamadou Lamarana Diallo, préfet de Dinguiraye

La ville de Dinguiraye a vécu une journée assez tendue ce mardi, 18 février 2020. A l’origine, une décision du préfet interdisant un meeting de sensibilisation organisé par le FNDC. Ce bras de fer a conduit à l’attaque des locaux de la préfecture par des manifestants qui exigent le départ de l’autorité préfectorale, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Lire

Mettre fin à la grève du SLECG : les enseignants de Labé rejettent la proposition du préfet

3 février 2020 à 10 10 14 02142

Près d’un mois après le début de la grève appelée par le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah, le préfet de Labé s’active pour tenter de dénouer la crise. C’est dans ce cadre qu’Elhadj Safioulaye Bah a réuni les acteurs concernés hier, dimanche 2 février 2020. Mais, sa proposition de mettre fin à cette grève a été rejetée par les enseignants grévistes, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Le préfet de N’Zérékoré jure : « tous les membres du FNDC vont quitter la ville si… »

28 janvier 2020 à 10 10 03 01031

A la veille du début de l’acte 3 de la « résistance citoyenne active et permanente » lancée par le FNDC en Guinée, le préfet de N’Zérékoré a organisé un meeting d’information et de sensibilisation hier, lundi 27 janvier 2020, dans la ville. La rencontre, qui a eu lieu à la maison des jeunes de la ville, a regroupé des cadres de la préfecture et de la commune, des responsables du secteur éducatif local, les chefs de quartiers de la commune urbaine et des responsables religieux. Elle a porté essentiellement sur les manifestations du FNDC contre un éventuel troisième mandat pour le président Alpha Condé, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire