A l’image de plusieurs établissements publics du pays, le bloc administratif de la sous-préfecture de Hafia, sombre actuellement dans un état de détérioration très avancée. Des Façades dégarnies, murs délabrés, sols crasseux, toiture trouée et supportée par des bois et cailloux, telles sont les caractéristiques actuelles de cette infrastructure publique en ruine, a constaté Guineematin.com via sa correspondante basée dans la préfecture.

Construit il y a 41 ans (en 1976), année de création de ladite sous-préfecture, le bâtiment abritant les locaux administratifs de Hafia, située à 20 kilomètres de Labé, n’aurait fait l’objet d’aucune rénovation. Une situation qui, selon le sous préfet, Mamadou Yéro Barry, s’explique par le manque de moyens et la négligence des autorités à tous les niveaux.

« C’est la négligence des autorités à tous les niveaux et le manque des moyens qui sont à l’origine. Mais surtout les autorités communales. La commune a bien les moyens pour rénover ces bâtiments ; mais, elle ne fait rien dans ce sens. Dans plusieurs localités, la commune assiste la sous préfecture. Mais, dans la commune de Hafia, je me dis que les moyens sont là, c’est donc la volonté qui manque », déplore le sous-préfet de Hafia, Mamadou Yéro Barry.

En visite dans ce bloc administratif et dans la résidence du sous-préfet, si vous êtes pris par un besoin naturel pressant et que vous souhaitez vous mettre à l’aise dans les toilettes, il faudra vous retenir faute de toilettes. Une situation que dénonce M. Barry.

« Ce qui est vraiment déplorable, c’est le fait que le bloc administratif et la résidence ne disposent d’aucune toilette, encore moins des chaises ou tables. C’est grave ! Imaginez vous que des étrangers descendent ici, on ne parlera pas de la résidence mais plutôt de toute la sous-préfecture de Hafia. Mais comme c’est ainsi qu’ils ont laissé, nous allons continuer dans ces conditions jusqu’à changement de la donne », se désole monsieur le sous-préfet.

Au regard donc de cette dégradation inquiétante, une partie de ce bâtiment est actuellement occupée par des étudiants de l’Université située dans la même sous-préfecture pour garantir sa sécurité, confie le sous préfet.

« J’ai cédé une place vide aux étudiants compte tenu des difficultés de logement rencontrées par ces derniers. Il y a trois ans, pratiquement chaque année, je donne cette partie du bâtiment à deux ou trois étudiants. Ainsi, ça va mieux garantir la sécurité du bâtiment. Cela peut ne pas être légal ; mais, nous retiendrons que c’est bénéfique pour certains ».

SOS pour le bloc administratif de Hafia.

De Labé, Yayé Aïssata Diallo pour Guineematin.com

Tél.: (00224) 620 03 66 65

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin