Baisse du prix du carburant : « on est dans la merde », estime Bah Oury

1 avril 2020 à 13 01 51 04514

Bah Oury, président du parti UDD

La baisse du prix du carburant annoncée hier soir, mardi 31 mars 2020, est unanimement rejetée par les leaders politiques de l’opposition. Interrogé sur le sujet par Guineematin.com, le président de l’UDD, Bah Oury, estime que la réduction de seulement 1000 francs sur le prix du litre de carburant n’aura pas un impact réel sur la vie de la population.

Lire

Guinée : le prix du carburant fixé à 9 000 GNF

31 mars 2020 à 21 09 22 03223

Dans un arrêté ministériel conjoint, signé ce mardi, 31 mars 2020, les ministres Diakaria Koulibaly des Hydrocarbures, Mamady Camara de l’Economie et des Finances, et Ismaël Dioubaté du Budget, annoncent une petite baisse du prix des produits pétroliers en République de Guinée.

Lire

Vote empêché dans toutes les CR de Labé, 140 BV à Ratoma, 112 à Koubia, 108 à Télimélé, 61 à N’zérékoré (MATD)

25 mars 2020 à 17 05 12 03123

Malgré un impressionnant déploiement des forces de défense et de sécurité pour imposer un strict respect de la volonté du régime Alpha Condé, les élections législatives et référendaire ont été les plus mal organisées de l’histoire politique de la Guinée. Même le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation- qui avait rassuré la veille des élections que toutes les dispositions avaient été prises pour que tout se passe sans aucun incident- s’est finalement ravisé pour admettre que le vote a été empêché par le Front national pour la défense de la constitution dans plusieurs bureaux de vote, tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays.

Lire

Vote du 22 mars : Elhadj Ousmane Baldé interpelle Alpha Condé et son gouvernement

20 mars 2020 à 18 06 19 03193

Elhadj Ousmane Baldé, président de la coordination nationale de Haali poular et Foulbés de Guinée

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, les quatre coordinations régionales se sont réunies à Dubréka ce vendredi 20 mars 2020, chez le Kountigui de la Basse Côte, Elhadj Sékhouna Soumah. Les participants ont dénoncé l’entêtement du régime Alpha Condé à aller au contesté double vote du dimanche 22 mars 2020. Pour Elhadj Ousmane Baldé, président de la Coordination Nationale des Foulbhé et Haali Poular de Guinée, le pouvoir doit éviter tout ce qui peut créer des troubles dans notre pays.

Lire

Le SLECG se félicite : « notre grève civilisée fait reculer Kassory et ses complices »

14 mars 2020 à 20 08 09 03093

Malgré les coups bas, les intimidations et les suspensions des salaires de ses membres, le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) maintient le cap et ne compte pas baisser les bras. En grève depuis plus de deux mois, la structure dirigée par Aboubacar Soumah réaffirme son engagement à maintenir la pression sur le gouvernement jusqu’à la satisfaction de ses revendications par le gouvernement. L’annonce en a été faite ce samedi, 14 mars 2020, à l’assemblée générale du SLECG, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Coronavirus en Guinée : les explications du ministère de la Santé

13 mars 2020 à 15 03 35 03353

Médecin Colonel Rémy Lama, ministre guinéen de la Santé

Comme annoncé précédemment, la Guinée a enregistré un premier cas de coronavirus sur son territoire. Après avoir annoncé la nouvelle dans la matinée de ce vendredi 13 mars 2020, le ministère de Santé vient de publier un communiqué, dans lequel il apporte des explications sur cette situation. Guineematin.com vous propose ci-dessous le communiqué signé du ministre de la Santé, Rémy Lama.

Lire

Conakry : de vibrants hommages rendus aux joueurs de l’Etoile de Guinée, décédés

9 mars 2020 à 18 06 02 03023

Un hommage appuyé a été rendu ce lundi, 9 mars 2020, aux dix membres de l’équipe de football Etoile De Guinée, décédés il y a quelques jours à Timbo, dans la préfecture de Mamou. Après la levée des corps à la morgue de l’hôpital Ignace Deen, c’est au stade du 28 septembre que des milliers de guinéens ont rendu un dernier hommage aux huit joueurs, au chauffeur et au médecin du club de football de Ligue 2.

Lire

Kader Barry remplace le démissionnaire Yéro Baldé : voici son portrait

29 février 2020 à 8 08 17 02172

Kader Barry, nouveau ministre

Nommé hier, vendredi 28 février 2020, par un décret du président Alpha Condé, Kader Barry entre au gouvernement au moment où il commence à tanguer et certains jettent l’éponge face à l’obstination du chef de l’Etat de changer la constitution qu’il a juré par deux fois (en 2010 et 2015) de protéger et défendre, et qui lui interdit de briguer un troisième mandat. C’est d’ailleurs le départ du ministre Abdoulaye Yéro Baldé contre ce projet qui permet à Kader d’entrer au département de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique.

Lire

Guinée : opposé à un 3ème mandat pour Alpha Condé, le ministre Yéro Baldé démissionne

27 février 2020 à 21 09 31 02312

Le ministre guinéen de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique quitte le Gouvernement. Abdoulaye Yéro Baldé a annoncé sa démission ce jeudi, 27 février 2020. Il justifie cette décision par le fait que « les valeurs pour lesquelles le RPG a lutté sont reléguées au second plan.

Les institutions et le tissu social qui constituent le socle d’une nation qui se veut fortes sont fragilisés chaque jour davantage. La sérénité dans le fonctionnement de l’Etat est mise à rude épreuve, l’environnement n’est plus favorable à la conduite des affaires de l’Etat dans l’intérêt des populations et la crédibilité de nos actes s’effrite ».

Après Gassama Diaby et Cheick Sako (ancien ministre de la Justice), Abdoulaye Yéro Baldé est le troisième ministre d’Alpha Condé à jeter l’éponge, suite à l’obstination du président de la République de Guinée à changer l’actuelle Constitution pour s’octroyer la possibilité de briguer un troisième mandat. Il quitte le navire d’Alpha Condé à trois jours des élections législatives et du référendum constitutionnel du 1er mars prochain. Un double scrutin boycotté par l’opposition guinéenne, qui promet d’empêcher le vote.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628 12 43 62

Lire

Guinée : 11 centrales syndicales menacent d’aller en grève pour soutenir le SLECG

5 février 2020 à 16 04 51 02512

Image d’archive

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), dirigé par Aboubacar Soumah, vient de bénéficier d’un soutien de taille dans son bras de fer avec le gouvernement. Onze centrales syndicales du pays, dont la puissante USTG, ont exprimé leur solidarité à la structure dans son combat pour l’augmentation des salaires des enseignants guinéens. Ces centrales se sont fait entendre à travers une déclaration rendue publique ce mercredi, 05 février 2020. Elles exigent « l’arrêt immédiat » du gel des salaires des enseignants grévistes et la reprise des négociations entre le gouvernement et le SLECG. Faute de quoi, ces onze centrales menacent de déclencher une grève générale et illimitée sur l’ensemble du territoire national.

Guineematin.com vous propose ci-dessous l’intégralité de leur déclaration.

 Travailleuses, Travailleurs et Retraités de Guinée tous Secteurs Confondus

  1. Considérant le refus du Gouvernement Guinéen de mettre en place les institutions de Dialogue Social et celles de la Fonction Publique ;
  2. Considérant le cahier de charge revendicatif du Syndicat Libre des Enseignants et Enseignants Chercheurs de Guinée SLECG et son protocole d’accord avec le Gouvernement ;
  3. Considérant le Sabotage et le détournement des objectifs du contrôle des effectifs des personnels du Système Educatif Guinéen ;
  4. Considérant les arrestations, séquestration et procès fantaisistes contre des leaders syndicaux pour faits de Grève ou d’Opinions ;
  5. Considérant le non-respect du protocole d’Accord du 10 Janvier 2019 en son point 02 ;
  6. Considérant le degré élevé de la corruption et les méfaits de la mal gouvernance qui sévissent dans notre pays,
  7. Considérant le refus catégorique du gouvernement à respecter ses propres engagements vis-à-vis de ses traditionnels partenaires sociaux ;
  8. Considérant le tripatouillage des résultats issus du recensement et l’assainissement du Fichier de l’Education,

Les Centrales Syndicales Nationales Guinéennes USTG, ONSLG, UGTG,     COSATREG, CGTG, CGSL, UDTG, SIFOG, UNTG, CGFOG, CONASYG ; réunies au siège de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG) :

  • Prennent à témoin, l’opinion nationale et internationale, sur les graves et récurrentes violations de la Liberté Syndicale et le Droit Inaliénable à la Négociation et à la Protection régis par les Conventions 87, 98, 151 et 154 de l’OIT ;
  • Dénoncent et condamnent l’attitude déstabilisatrice du Gouvernement dans la gestion du Dialogue Social et la justice sociale ;
  • Privilégient et exigent des Négociations avec les Signataires du Protocole du 10 Janvier 2019
  • Condamnent l’attitude irresponsable des Autorités de l’Education dans la gestion de la crise au sein du système éducatif guinéen matérialisée par les propos désobligeants tenus par le Ministre du MENA à Boké ;
  • Rappellent que toute prime, quelle que soit sa valeur ; reste temporaire, facultative et ne constitue qu’un accessoire de Salaire et non une valorisation du salaire indiciaire ;

Eu égard aux points susmentionnés, les Centrales Syndicales Nationales Guinéennes, réunies ce jour 05/02/2020 au siège de l’USTG décident de ce qui suit :

  • La reprise, immédiate et sans conditions des Négociations avec les signataires du dit Protocole,
  • Le maintien du mot d’ordre de Grève sur toute l’étendue du territoire Nationale en attendant un aboutissement heureux,
  • L’arrêt immédiat du Gel de Salaire des Enseignants pour faits de Grève.

Faute de quoi, les Centrales Syndicales Nationales Guinéennes solidaires se réservent le droit d’user de tous les moyens légaux pour faire valoir le droit Syndical, entre autres, une grève générale et illimitée sur toute l’étendue du territoire national.

Vive les Enseignants de Guinée

Vive le SLECG

Vive le Mouvement Syndical Guinéen

Unis-nous Vaincrons

Fait à Conakry, le 05 Février 2020

Pour les Centrales Syndicales Guinéens

El hadj Yamoussa TOURE                                              Abdoulaye BARRY

Lire

Coronavirus : oubliés par leur pays, les étudiants guinéens à Wuhan se font entendre

3 février 2020 à 9 09 08 02082

Avec 21 558 cas suspects à ce jour, 17 270 cas confirmés et 361 morts, le coronavirus a déjà été déclaré une urgence sanitaire mondiale par la plus haute organisation sanitaire mondiale (OMS). Et, selon un compatriote qui a contacté Guineematin.com au téléphone, il y a au moins 21 étudiants guinéens qui sont aujourd’hui « oubliés » à Wuhan, la capitale de la province de Hubei, l’épicentre de cette épidémie en République populaire de Chine.

Lire

Fodé Oussou répond à Aboubacar Sylla : lettre ouverte

22 janvier 2020 à 11 11 22 01221

Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG

Droit de réponse : Moi, Fodé Oussou Fofana, je suis jaloux de mon honneur, ma dignité et mon parcours personnel

Je suis Fodé Oussou Fofana, Vice-président de l’UFDG et pharmacien de profession. J’ai un honneur, une dignité, une personnalité et une histoire personnelle à défendre.

Je ne suis le valet de personne et je ne changerai de convictions au gré du vent et des intérêts. Cette marque n’existe que pour des personnes de valeurs et de principes et cela fait partie de mon identité.

J’aurai bien entendu voulu avoir des passes d’armes avec quelqu’un de ma trempe, qui a les mêmes honneurs et le même respect que moi, mais pas avec une toupie ou un parvenu, malheureusement.

J’ai une éducation et je suis un enfant de famille qui a eu comme héritage, le savoir vivre en société et qui ne querelle jamais avec le voisinage encore moins avec un membre de ma propre famille.

J’aurai bien aimé la confrontation avec un garçon virile, pas avec quelqu’un qui vit chambre à part avec sa femme et qui a finalement déménagé au salon par manque de responsabilité et d’autorité familiale. J’ai la qualité d’un bon père de famille et j’ai aussi le défaut de ne jamais rompre mes liens familiaux. Je ne coupe pas la parole à mes sœurs ou frères de sang pour une dispute autour d’un bien commun à toute la famille héritière de droit et non une propriété privée que je m’arroge cruellement.

En dix ans de combat politique, malgré toutes les offres faites, je n’ai jamais été ce politique vil, qu’on débauche au prix d’un pain.

Je ne suis non plus un homme de sale besogne et des coups tordus. Je ne parle pas pour ravaler mes vomissures. Chez moi, la parole donnée est un honneur et une marque de constance.

Je n’ai pas été porte-parole d’un gouvernement de transition, puis d’une opposition et enfin d’un gouvernement contre lequel je n’ai raté aucune occasion. Ça, c’est le travail d’un laquais et le talent d’une pirouette en panne d’identité et de dignité.

Je suis tout simplement Fodé Oussou Fofana, Vice-président de l’UFDG et pharmacien de profession.

Le jour où tu auras les qualités d’un homme responsable et de convictions vraies, je serai prêt pour un débat contradictoire basé sur des principes et des valeurs républicaines.

Je serai très heureux de te voir grand dans la tête et dans les actes, débarrassé de tout trait de pique-assiette et d’opportuniste.

Elhadj Fodé Oussou Fofana,

Vice-président de l’UFDG et enfant de famille

Lire

Conakry : deux autres responsables du SLECG arrêtés et conduits en prison

13 janvier 2020 à 20 08 32 01321

Les autorités guinéennes semblent bien décidées à réprimer le SLECG, qui a déclenché une nouvelle grève générale et illimitée le jeudi, 09 janvier 2020, pour réclamer l’amélioration de leurs salaires. Après le déferrement des neuf syndicalistes interpellés samedi dernier à la maison centrale de Conakry, deux autres responsables du syndicat des enseignants ont été mis aux arrêts ce lundi, 13 janvier 2020, a appris Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Lire

Grève des enseignants : voici le préalable du SLECG avant toute discussion avec le Gouvernement

13 janvier 2020 à 16 04 18 01181

Aboubacar Soumah, Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée

Comme annoncé précédemment, des négociations se sont ouvertes ce lundi, 13 janvier 2020, entre le gouvernement et le SLECG pour tenter de trouver solution à la grève déclenchée jeudi dernier par le syndicat des enseignants. Mais, les discussions n’ont finalement pu démarrer sur le fond. L’organisation syndicale a exigé d’abord la libération de ses membres, détenus à Conakry, avant toute négociation, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Les hôpitaux et les victimes des manifestations contre un 3ème mandat d’Alpha Condé : communiqué du FNDC

13 janvier 2020 à 8 08 40 01401

En prélude aux manifestations illimitées à partir de ce lundi 13 janvier 2020, contre le coup d’État civil, le gouvernement répressif dirigé par Monsieur Kassory Fofana a pris une série de mesures criminelles lors d’une réunion secrète tenue dans le courant de la semaine dernière. Des instructions ont été données pour intimider, arrêter des citoyens et interdire aux hôpitaux publics de s’occuper correctement des victimes de la répression d’État.

Lire

Exclusion de trois membres du SLECG : « c’est une décision nulle et de nul effet »

8 janvier 2020 à 18 06 48 01481
Oumar Tounkara, deuxième secrétaire général adjoint du SLECG

Oumar Tounkara, deuxième secrétaire général adjoint du SLECG

La réaction de monsieur Oumar Tounkara ne s’est pas fait attendre suite à l’annonce de son exclusion du SLECG. Une décision signée d’Aboubacar Soumah, le secrétaire général de la structure syndicale des enseignants et annoncée ce mercredi, 08 janvier 2020. Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, le syndicaliste a indiqué que cette décision est illégale et qu’elle n’aura aucun effet.

Lire

Grève générale et illimitée du SLECG : ce qu’en disent certains citoyens de Conakry

8 janvier 2020 à 11 11 25 01251

Sékou Diakhaby

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, le Syndicat libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), dirigé par Aboubacar Soumah, compte aller en grève à partir du jeudi, 09 janvier 2020. Une annonce diversement appréciée par les citoyens de Conakry interrogés ce mardi, 07 janvier 2020 par un de nos reporters. Si les uns soutiennent la démarche du SLECG, d’autres par contre regrettent le fait que l’on sacrifie l’avenir des enfants.

Lire