Marche du 6 janvier : la mairie de Kaloum rejette le courrier du FNDC

27 décembre 2019 à 17 05 47 124712

Aminata Touré, maire de Kaloum

Les autorités guinéennes ne veulent certainement pas accepter l’itinéraire prévu par le FNDC pour sa marche du 6 janvier prochain. La mairie de Kaloum, concernée par cette manifestation, a refusé de recevoir la lettre d’information du Front National pour la Défense de la Constitution, a appris Guineematin.com, des organisateurs.

Lire

Urgent : le FNDC reporte sa manifestation au 6 janvier

25 décembre 2019 à 18 06 05 120512

Même si elle avait finalement été autorisée avec un itinéraire modifié, la marche que le FNDC comptait organiser demain, jeudi 26 décembre 2019, n’aura pas lieu. Elle a été reportée au 6 janvier 2020, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Guinée : réunion d’urgence des opposants au 3ème mandat au siège du FNDC

25 décembre 2019 à 16 04 16 121612

Les leaders du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) sont en réunion au siège de la PCUD (Plateforme des Citoyens Unis pour le Développement) à Kipé, dans l’après-midi de ce mercredi 25 décembre 2019. Selon des informations confiées au reporter que Guineematin.com a dépêché sur place, les leaders se concertent sur la tenue ou non d’une manifestation demain, jeudi.

Lire

Siguiri: des femmes manifestent contre un conseiller d’Alpha Condé

24 décembre 2019 à 14 02 43 124312

Plusieurs femmes, en colère, manifestent ce mardi, 24 décembre 2019, à Siguiri. Elles protestent contre Mady Kaba Camara, un ministre conseiller à la présidence de la République. Ce dernier est accusé d’avoir emprisonné illégalement huit personnes proches des manifestantes, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Au nombre d’une centaine, les manifestantes ont quitté le du district de Frenkamaya, relevant de la sous-préfecture de Kinièbakoura. Foulards rouges à la tête, elles ont parcouru une distance de 17 kilomètres à pieds pour rallier la ville de Siguiri. Elles sont venues dans le but de rencontrer le préfet pour lui exprimer leur colère, suite l’incarcération de 8 de leurs proches.

Ces derniers auraient été arrêtés et conduits à la prison civile de Siguiri pour s’être opposés à « l’expropriation » d’un domaine agricole leur appartenant, par Mady Kaba Camara, ministre conseiller du président de la République et originaire de la localité. Les protestataires scandaient des slogans hostiles au ministre, tout en exigeant la libération de leurs maris et fils.

« Nous manifestons contre la dictature de Mady Kaba, nous sommes fatigués de sa dictature. Il veut nous exproprier le domaine de nos pères par force. Il a envoyé un document, demandant à nos enfants et maris de signer ce document. Comme ceux-ci ont refusé de le signer, il les a tous ramassés pour les jeter en prison. Donc nous sommes là pour réclamer la libération de nos maris et nos enfants », a déclaré Nagmouma Keïta, une manifestante.

A la préfecture, il a été signifié à ces femmes que le Colonel Moussa Condé, préfet de Siguiri, n’est pas sur place. Elles ont décidé alors de camper devant le bloc administratif préfectoral pour l’attendre.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Candidatures aux législatives : des jeunes du RPG AEC s’opposent aux choix du parti à Yomou

24 décembre 2019 à 13 01 23 122312

Les décisions prises lors de la convention nationale du RPG Arc-en-ciel, tenue en fin de semaine dernière à Conakry, ne font pas l’unanimité à la base. C’est notamment à Yomou, où des jeunes du parti au pouvoir s’opposent au choix de Fatou Kanté pour être candidate de la formation politique à la députation uninominale dans cette préfecture. Ils ont manifesté dans la rue hier, lundi 23 décembre 2019, pour protester contre cette décision des responsables du RPG Arc-en-ciel, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lors du congrès organisé le 19 décembre dernier à Yomou, c’est Mathieu Kpoghomou, le maire de cette commune urbaine, qui avait été choisi pour être le candidat du RPG Arc-en-ciel à la députation uninominale dans cette ville. Il est secondé par Michel Sonomy comme suppléant, et Ibrahima Kaba a été désigné candidat du parti au scrutin des listes nationales à la représentation proportionnelle.

Mais, ces choix faits à la base n’ont pas été validés par le bureau politique national du RPG arc-en-ciel. Lors d’une convention nationale, tenue du jeudi au dimanche dernier à Conakry, les responsables du parti au pouvoir ont choisi la dame Fatou Kanté comme candidate au scrutin uninominal à Yomou, Ahmed Sékou Touré comme suppléant, et Michel Sonomy comme candidat sur la liste nationale.

Au lendemain de la clôture de cette convention nationale, plusieurs jeunes sont descendus dans les rues de Yomou pour exprimer leur colère. « Nous sommes très en colère depuis que nous avons appris que le bureau politique national du parti n’a pas tenu compte de la liste qui est sortie du congrès tenu ici à Yomou. Cette liste est le choix de la population à la base, nous ne voulons pas que le RPG perde à Yomou mais ça dépendra du bureau politique national. Si cette liste n’est pas validée, le RPG ne fera même pas de campagne à Yomou. Pour éviter cela, ils n’ont qu’à valider purement et simplement la liste consensuelle venue de la base », a déclaré Joseph Kpoghomou, l’un des manifestants.

Nestor Haba, un autre membre du bureau de la jeunesse du RPG Arc-en-ciel à Yomou, était aussi dans la rue pour exprimer sa désapprobation du choix fait par les responsables du parti à Conakry. « Nous sommes contre la liste que la convention nationale du parti a approuvée à Conakry. Et si toutefois le président validait cette liste, qui désigne Fatou Kanté comme candidate du parti au scrutin uninominal, nous lui assurons que l’opposition gagnera à Yomou. Parce que nous, nous ne voulons que Mathieu, rien que Mathieu, sans lui nous allons quitter le parti RPG. Fatou n’est pas connue ici à Yomou, et elle s’est longtemps opposée au le RPG, nous nous demandons pourquoi le président l’a choisie pour être candidate du parti », a-t-il dit.

Reste à savoir quelle sera la réaction du bureau politique national du RPG Arc-en-ciel face à cette protestation.

De Yomou, Michel Anas Koné pour Guineematin.com

Lire

Destruction de l’environnement à Daramagnaki (Télimélé) : les citoyens de Kabara en colère contre la CDM-Chine

20 décembre 2019 à 20 08 08 120812

Après plusieurs promesses non respectées par les autorités communales de Daramagnaki, préfecture de Télimélé, les populations de Kabara, un district situé à 87 kilomètres de la commune rurale et à 232 du chef-lieu préfectoral, sont descendus dans la rue ce vendredi, 20 décembre 2019, pour exprimer leur mécontentement contre la société minière CDM-Chine.

Lire

Alpha Condé demande plus de places aux jeunes : « On ne doit pas s’accrocher… » (convention RPG)

19 décembre 2019 à 21 09 42 124212

A la faveur de la cérémonie de lancement de la convention nationale du parti qui l’a porté au pouvoir, le chef de l’Etat guinéen, Pr Alpha Condé, a fustigé ce jeudi, 19 décembre 2019, les comportements de certains cadres du RPG. Des cadres qu’ils accusent de manœuvrer pour se maintenir à leurs postes, au détriment des jeunes et des femmes qui font pourtant la force du parti au pouvoir, rapportent les journalistes de Guineematin.com qui étaient au siège national du RPG arc-en-ciel à Gbéssia.

Lire

N’Zérékoré : les jeunes du RPG rejettent les résultats de la primaire du parti

19 décembre 2019 à 11 11 00 120012

Rien ne va plus entre la jeunesse du RPG Arc-en-ciel à N’Zérékoré et les responsables locaux du parti au pouvoir. Les jeunes rejettent les résultats l’élection primaire organisée pour désigner le candidat du parti à la députation uninominale dans la capitale de la Guinée forestière. Ils accusent leurs responsables d’avoir truqué l’élection pour éliminer le candidat de la jeunesse, a appris Guineematin.com à travers son correspondant sur place.

Lire

Ousmane Kaba sur la mission de Soglo et Jonathan en Guinée : « une leçon fondamentale »

13 décembre 2019 à 21 09 44 124412

Les réactions n’ont pas tardé au sein de la classe politique guinéenne suite à la publication du rapport de mission de la délégation internationale conjointe du National Democratic Institute (NDI) et de la Fondation Kofi Annan (KAF) en Guinée. Cette délégation, conduite par les anciens présidents du Bénin, Nicéphore Soglo, et du Nigeria, Gooluck Jonathan, a publié ce vendredi, 13 décembre 2019, les observations préliminaires de sa mission d’évaluation préélectorale dans notre pays. Et juste après la cérémonie, Dr Ousmane Kaba, le président du PADES, a réagi au micro d’un reporter de Guineematin.com qui était sur place. Il salue le travail de cette délégation.

Lire

Les femmes du FNDC exigent : fin de l’impunité, justice pour les victimes (Déclaration)

12 décembre 2019 à 18 06 58 125812

Comme annoncé précédemment, plusieurs responsables et militantes du FNDC ont manifesté à nouveau ce jeudi, 12 décembre 2019, à Conakry. Avec des slogans comme « Halte aux tueries de nos enfants » et « Justice pour nos morts », ces femmes ont marché du rond-point de Hamdallaye (dans la commune de Ratoma) jusqu’à l’esplanade du stade du 28 septembre (Dixinn Terrasse).

Lire

Kankan : en colère contre leur maire, des femmes scandent « Kolofon zéro, Kolofon voleur »

11 décembre 2019 à 11 11 18 121812

Plusieurs vendeuses du marché Sogbè de Kankan sont remontées contre le maire de la commune urbaine, Mory Kolofon Diakité. Ces femmes étalagistes accusent l’autorité communale de les avoir spoliées les places qu’elles occupaient aux alentours de ce marché avant sa rénovation. Elles ont manifesté dans la rue hier, mardi 10 décembre 2019, pour exprimer leur colère, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Marche du FNDC : le marché de Madina fermé, la circulation paralysée sur l’autoroute

10 décembre 2019 à 12 12 05 120512

La manifestation organisée par le FNDC ce mardi, 10 décembre 2019, paralyse la capitale guinéenne. Le marché de Madina, le plus grand du pays, est fermé tandis que la circulation est perturbée sur l’autoroute Fidel Castro, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Très mouvementé et assez bruyant en situation normale, le marché de Madina présente un visage tout à fait contraire ce mardi. Toutes les boutiques, petites ou grandes, sont fermées tout comme les banques situées dans la zone. Sur place, on trouve quand même quelques commerçants, assis devant leurs magasins fermés. Selon Alpha Bah, ils sont venus uniquement pour veiller sur leurs places.

« Je suis venu juste dans le but de sécuriser ma boutique, pour ne pas que des individus malintentionnés viennent saccager et piller ma place. Parce que nous les commerçants de Madina, nous avons été souvent victimes de pillages de nos boutiques lors des manifestations politiques à Conakry. C’est pourquoi, je suis là pour m’assurer que ma boutique est en sécurité. Sinon, je serais parti manifester avec les autres parce que je suis un membre à part entière du FNDC », a-t-il indiqué.

En plus du marché de Madina, la paralysie se ressent également sur la route. La circulation est assez fluide sur l’autoroute Fidel Castro, qui sera en partie empruntée par les manifestants. Peu de véhicules passent par cette voie habituellement très pratiquée.

Pendant ce temps, de nombreux militants du FNDC sont rassemblés au rond-point de la Tannerie, où doit débuter la marche. Ils attendent l’arrivée des leaders du Front National pour la Défense de la Constitution pour prendre le départ.

A rappeler que comme les précédentes, cette manifestation se déroulera sur l’itinéraire Tannerie-Gbessia Kondébounyi-Hamdallaye-Dixinn Terrasse. Elle sera clôturée par un meeting prévu sur l’esplanade du stade du 28 septembre de Conakry.

Léon Kolié pour Guineematin.com

Tel. 661 74 99 64

Lire

Ibrahima Diallo du FNDC : « que nous soyons en prison ou en liberté, nous allons continuer à nous battre »

9 décembre 2019 à 19 07 30 123012

Ibrahima Diallo, Directeur des Opérations du FNDC

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) maintient la pression sur le pouvoir du président Alpha Condé. Il appelle à de nouvelles manifestations de rue dans la journée de demain mardi, 10 décembre 2019 à Conakry, pour protester une nouvelle fois contre le projet de nouvelle Constitution qui ouvrirait la voie à un 3ème mandat pour Alpha Condé. Cette manifestation intervient à quelques jours de la mise en liberté des responsables du mouvement, arrêtés, jugés et condamnés en première instance.

Lire

Obsèques des opposants au 3ème mandat : Cellou Dalein rouge de colère contre les autorités

6 décembre 2019 à 17 05 34 123412

Les huit (8) jeunes tués lors des manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) contre le 3ème mandat ont été enterrés ce vendredi 6 décembre 2019, au cimetière de Bambéto, dans la commune de Ratoma. Une foule importante de partisans du mouvement et de parents des victimes a accompagné les défunts à leur dernière demeure. Le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a saisi l’occasion pour dénoncer la banalisation de la vie humaine par les dirigeants actuels de notre pays, a constat sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est dans une atmosphère de tristesse que l’enterrement de ces jeunes gens, victimes du 3ème mandat pour Alpha Condé, a eu lieu. Visage sombre, lunettes noires, Cellou Dalein Diallo a dénoncé avec véhémence l’attitude des autorités guinéennes, notamment des forces de l’ordre, qu’il accuse de tirer à bout portant sur de jeunes manifestants sortis pour exercer un droit consacré par la loi suprême. « Je suis triste d’aller inhumer ce groupe de 8 jeunes, âgé pratiquement pour la plupart de moins de 20 ans. Ils ont été abattus par les forces de l’ordre dont les agents ont la charge d’assurer la sécurité de tous les citoyens. Nous sommes maintenant à 128 inhumations ici, tous des jeunes, à la fleur de l’âge, qui étaient en train d’exercer un droit constitutionnel, celui de marcher dans les rues et dans les places publiques. Ils n’ont jamais eu droit à la justice, ils ne l’auront pas sous le règne d’Alpha Condé hélas. Depuis Zakariou en 2011 jusqu’à Abdourahimi, ils ont été arrachés à l’affection de leurs proches, alors qu’ils n’ont rien fait. Je suis triste pour mon pays de voir ces assassinats récurrents de jeunes gens à la fleur de l’âge, qui n’ont rien fait, mais personnes d’entre vous, ni même vous les journalistes, ni les organisateurs, ni les riverains, personne ne sera interrogé dans quelles circonstances ils ont été tués », a déploré le chef de file de l’opposition.

En outre, Cellou Dalein a fustigé l’attitude des autorités qui avaient accepté que la prière sur ces victimes se fasse à la grande mosquée Fayçal avant de se raviser. « Ce que je déplore, c’est que Alpha Condé a estimé que les victimes n’avaient pas le droit d’être priés à la grande mosquée, qu’on n’avait pas droit de procéder à la levée des corps à Ignace Deen. Il fallait que par leurs propres moyens, ils venaient les jeter dans la commune là, pour dire que ce n’est pas des citoyens qui ont le droit d’être priés à la grande mosquée de Fayçal. C’est triste. Malgré tout ce que le FNDC a fait pour faire fléchir la position des autorités pour qu’elles acceptent qu’on prie les corps à la grande mosquée, ils n’ont pas voulu. C’est la plus grande mosquée, c’est la mosquée centrale, c’est même la mosquée centrale. Vous voyez beaucoup de gens n’ont pas pu prier ici parce qu’ils ne peuvent pas contenir dans la mosquée de Bambéto. Même ce droit leur a été refusé », a-t-il fustigé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

N’zérékoré : le FNDC manifestera le 12 décembre contre le 3ème mandat

5 décembre 2019 à 11 11 14 121412

L’antenne régionale du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de N’zérékoré ne lâche pas prise dans le combat contre le 3ème mandat pour Alpha Condé. La structure compte manifester au compte du 3ème acte, le jeudi 12 décembre 2019. L’annonce en a été faite à l’issue d’une réunion tenue hier, mercredi 04 décembre au domicile du coordinateur régional de l’UFR, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

À la sortie de la réunion préparatoire de la marche du jeudi prochain, Foromo Tokpa Kolamou, porte-parole du FNDC N’Zérékoré, est revenu sur les points débattus au cours de la rencontre. « Nous sortons d’une réunion très importante. Cette réunion a pour objectif de relancer nos activités de marche habituelle et les préparatifs de cette marche. Donc, cette marche pacifique est prévue le 12 de ce mois décembre. C’est pourquoi nous interpellons tout le monde, toute la population de la Guinée forestière, principalement de la préfecture de Nzérékoré et ses sous-préfectures, mais aussi de N’zérékoré centre, que le 12 décembre nous allons marcher contre vents et marées ».

Foromo Tokpa Kolamou, porte-parole du FNDC N’Zérékoré

A en croire Foromo Tokpa Kolamou, un des frustrés du parti présidentiel, la lettre d’information aurait été déposée à la commune depuis le lundi dernier. « L’itinéraire, c’est du carrefour de Komou en passant par le gouvernorat, et le gouvernorat devient un point d’escale avant le stade. A partir du stade, on descend à Dorota. De Dorota, nous prenons l’autoroute qui vient frôler la mission catholique et puis directement l’Ecobank, le commissariat central de police, la préfecture pour terminer à la place des martyrs. C’est ce qu’on a proposé dans l’itinéraire et nous attendons la réponse de notre lettre d’information », a laissé entendre monsieur Kolamou.

A la question de savoir ce que ferait le FNDC si la mairie refusait d’accéder à leur demande, Foromo Tokpa Kolamou répond : « qu’ils acceptent ou non, nous allons marcher avec la population le 12 décembre »

Pour finir, l’antenne régionale du FNDC de N’zérékoré dit son souhait de voir dans les rues de la commune urbaine des milliers d’opposants. C’est pourquoi, elle lance une invite à la population. « Les indécis doivent s’ajouter à ceux qui ont manifesté pour grossir les rangs, pour encore montrer que la dernière fois on n’était pas nombreux. C’est pourquoi, on compte multiplier par cent le monde qui était sorti manifester la dernière fois ».

De N’zérékoré Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Lire

Marche contre Alpha Condé à Conakry : suivez les discours (live)

26 novembre 2019 à 16 04 34 113411

Comme à l’occasion des autres marches, c’est une marée rouge qui s’est ébranlée sur l’Esplanade du stade du 28 septembre, ce mardi, 26 novembre 2019, pour protester contre la volonté du président Alpha Condé de changer la constitution guinéenne dans le but de s’offrir un mandat de plus à la tête du pays.

Conduits par le coordinateur national par intérim du FNDC, Foniké Mengué, et les leaders de l’opposition dont Cellou Dalein Diallo de l’UFDG et Sidya Touré de l’UFR, les manifestants exigent également la libération des dirigeants du FNDC et la justice pour les victimes des manifestations, déjà une vingtaine depuis le 14 octobre dernier.

En attendant de revenir plus amplement sur la marche d’aujourd’hui, Guineematin.com vous propose de suivre en direct le meeting au point de ralliement de la marche :

Ibrahima Sory Diallo, Mamadou Baïlo Kéita, Siba Guilavogui, Fatoumata Diouldé Diallo et Mamadou Mouctar Baldé reviendront sur la marche

A suivre !

Lire

Marche contre le 3ème mandat en Guinée : ce qu’en disent des jeunes opposants

26 novembre 2019 à 14 02 25 112511

Comme annoncé précédemment, une foule immense est mobilisée ce mardi, 26 novembre 2019, à la Tannerie, dans le cadre de la marche contre le 3ème mandat. Plusieurs jeunes gens, venus battre le pavé de la Tannerie au stade du 28 septembre de Dixinn, ont confié à notre reporter leur récrimination contre le régime du président Alpha Condé, l’opposant historique qui veut se maintenir au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le carrefour de la Tannerie, dans la commune de Matoto est envahi par une foule immense d’opposants au 3ème mandat en Guinée. Les jeunes de Conakry ne se font compter cette mobilisation, la cinquième du genre depuis le lancement des manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) le 14 octobre 2019. Nombre d’entre eux, interrogés par notre reporter, ont expliqué les raisons de leur présence à cette marche.

Décryptage !

Oumar Pathé Barry

Oumar Pathé Barry : « toujours, c’est pour les mêmes causes, la même détermination pour lutter contre ce projet du troisième mandat. Nous sommes là pour marcher et montrer notre détermination à combattre les promoteurs de la nouvelle constitution. Ma lutte n’a pas commencé aujourd’hui et je suis sorti comme les autres guinéens du Front National pour la Défense de la Constitution pour manifester ».

Mamadou Dian Diallo

Mamadou Dian Diallo : « c’est l’acte 5 du FNDC. Donc, nous sommes là pour répondre à cet appel. Depuis plusieurs semaines maintenant nous sommes dans la rue pour protester contre un projet qui a été fabriqué par le régime d’Alpha Condé et un certain clan qui veulent prendre le pays en otage ».

Oumar Tini Sylla

Mohamed Tini Sylla : « je suis venu ici pour manifester contre le troisième mandat d’Alpha Condé. Parce que le troisième mandat là n’est pas bon pour nous. Nul ne doit encaisser plus de deux mandats en Guinée, je suis là pour lutter contre ça. Si Alpha Condé réussit à faire ce troisième mandat, tous les autres présidents qui viendront après lui feront la même chose. Je suis là pour contribuer à ma manière afin d’empêcher ce troisième mandat. C’est une lutte, c’est jusqu’au bout et puis gare à Alpha Condé de convoquer un referendum ».

Mamadou Dian Baldé

Mamadou Dian Baldé : « nous sommes là comme toujours pour réaffirmer notre désapprobation à un mandat de plus pour le Professeur Alpha Condé. Nous lui demandons de faire une annonce publique et de se refuser un troisième mandat. Et nous demandons encore la libération de nos frères combattants de la liberté, Abdourahmane Sanoh et ses amis ».

Mamadou Sanoussy Diallo, activiste de la société civile

Mamadou Sanoussy Diallo, activiste de la société civile : « ce sont des raisons énormes qui m’ont amené à venir manifester ici pour l’acte 5 de la marche pacifique du FNDC. Au niveau de la famille, j’ai plusieurs frères qui ont été arrêtés et d’autres ont été contraints de quitter le pays pour s’exiler en Europe. C’est le cas de mon frère Amadou Para Diallo, qui n’est plus là, et l’autre a été arrêté lors de la dernière manifestation, il se trouve à la maison centrale de Conakry. C’est tout ce qui m’a poussé de sortir encore et à chaque fois que le FNDC appelle à manifester contre le troisième mandat, je sortirai parce que c’est un combat noble. Les menaces faites à mes parents me galvanisent à continuer ce combat jusqu’à la dernière goutte de mon sang. Au prix de ma vie, je vais combattre ce projet de troisième mandat ».

Propos recueillis par Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Manifestations du FNDC : notre constat à Télimélé

26 novembre 2019 à 12 12 59 115911

Très active depuis le début de la contestation en cours contre un troisième mandat en Guinée, l’antenne du FNDC à Télimélé a organisé une nouvelle marche pacifique ce mardi, 26 novembre 2019, dans la ville. Mais contrairement aux précédentes, cette manifestation n’a pas connu une grande mobilisation des citoyens, rapporte un journaliste de Guineematin.com sur place.

Près de 300 personnes ont répondu à l’appel de l’antenne locale du Front National pour la Défense de la Constitution. Les manifestants se sont rassemblés devant la maison des jeunes de la ville. De là, ils ont défilé jusqu’au niveau de la station-service située au marché central, où un meeting a été organisé. Elhadj Boubacar Bah, le coordinateur du FNDC dans la préfecture, a fustigé le régime Alpha Condé et son projet de troisième mandat.

« Nous allons montrer à Alpha Condé et son gouvernement que le projet de nouvelle constitution ne marchera pas en Guinée. Depuis 9 ans, la corruption, les détournements, l’exclusion, les tueries sont le travail de ce régime. Nous allons continuer donc les marches jusqu’à ce que le président Alpha Condé renonce à son projet de nouvelle constitution », a-t-il indiqué.

L’opposant à un troisième mandat pour le président Alpha Condé en a profité aussi pour appeler encore une fois à la libération des membres du FNDC détenus à Conakry. « Libérez Sanoh, libérez Élie, Koundouno, Badra Koné, Bill de Sam et tous les autres détenus. Nous sommes prêts, déterminés à continuer le combat et nous n’allons pas baisser les bras jusqu’à leur libération », a dit Elhadj Boubacar Bah.

Même si cette manifestation n’a pas mobilisé grand monde, elle a en revanche paralysé certaines activités dans la commune urbaine. Les boutiques sont restées fermées au niveau du marché central de la ville.

De Télimélé, Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Lire

Manifestation du FNDC : les activités paralysées sur la route le Prince

26 novembre 2019 à 12 12 06 110611

La marche pacifique appelée par le FNDC, ce mardi 26 novembre 2019, paralyse les activités le long de la route le Prince, notamment dans la zone Hamdallaye-Bambéto-Cosa. Cette partie de la capitale guinéenne vit aujourd’hui au rythme de la contestation contre un troisième mandat, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Le commerce est l’une des activités les plus affectées par la marche du Front National pour la Défense de la Constitution. Une manifestation qui se déroule en partie sur l’autoroute Fidel Castro avant de toucher partiellement aussi la route le Prince, à partir du carrefour concasseur, dans le quartier Hamdallaye.

Ce mardi matin, toutes les boutiques situées en bordure de route sont fermées. Plusieurs écoles sont également fermées, la circulation assez fluide, les stations-service et plusieurs autres activités au ralenti. Aucun mouvement n’est en revanche signalé, pour l’heure, dans la zone.

Plusieurs jeunes sont mobilisés au bord de la route, en attendant l’arrivée de Cellou Dalein Diallo qui doit passer par là pour rejoindre le point de ralliement. Plusieurs d’entre eux scandent des slogans hostiles à un troisième mandat pour le président Alpha Condé.

Des pick-up de la police et de la gendarmerie sont garés dans les différents carrefours pour prévenir d’éventuels troubles dans la zone.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire