Dans la journée d’hier, lundi 8 octobre 2018, le leader du Rassemblement démocratique pour l’intégration de la Guinée (RDIG) et le président du groupe parlementaire du RPG-Arc-En-Ciel ont signé un accord électoral. C’était dans la salle du groupe parlementaire du RPG-AEC au Palais du peuple, en présence des responsables des deux formations politiques, rapporte un journaliste de Guineematin.

Jean Marc Telliano qui a quitté l’opposition républicaine a justifié son départ par l’intérêt de son parti. « Nous nous sommes retrouvés par endroit, c’est ça la vie politique. Il faut avoir l’esprit de partage. Si j’ai quitté l’opposition républicaine, c’est parce qu’on est en politique. C’est pour défendre le parti en particulier et l’intérêt national en général », s’est-il défendu.

Pour sa part, Amadou Damaro Camara, le président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle a expliqué que cet accord est le résultat des discussions entre les deux familles politiques. « Nous avons décidé ensemble de signer un accord de désistement mutuel dans l’établissement de certains exécutifs des communes urbaines et rurales », a expliqué l’Honorable Damaro.

Après avoir félicité le président du RDIG, Damaro Camara a annoncé la signature très prochaine d’autres accords politiques plus importants entre les deux formations.

Dans cet accord, il est écrit que le RDIG de Jean Marc Telliano soutiendra le parti au pouvoir dans la conquête des mairies de Matoto, de Manéah, de Kissidougou et de Gueckédou. Et, de son côté, le RPG Arc-En-Ciel prêtera main forte au RDIG pour diriger les maires de Témessadou, de Guendenbou et de Nogoa. Le poste de 1er Vice-maire reviendra également au RDIG dans les communes rurales de Yendé et de Bardou, dans la préfecture de Kissoudougou, de même qu’à Kassadou, à Gbolodou et à Koundou, dans la préfecture de Gueckédou.

Ainsi, les deux partis s’engagent à agir avec concession mutuelle et dans l’esprit de cet accord dans l’établissement des commissions de travail dans les communes et la désignation des Présidents de quartiers et de districts.

A rappeler que l’installation des exécutifs communaux qui devait commencer le 5 octobre est actuellement suspendue. Mais dans plusieurs localités du pays, la tension reste palpable entre les protagonistes pour la mise en place des bureaux exécutifs de ces structures décentralisés, 8 mois après les élections locales du 4 février dernier.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Guineematin