Une attaque à main armée, survenir dans la nuit du mardi 18 septembre 2018, au district de Tölou, dans commune rurale de Tountouroun, a coûté la vie à une personne. Les assaillants ont également blessé une personne avant d’emporter une somme d’argent, rapporte Guineematin.com, à travers un de ses correspondants basé à Labé.

Les hors-la-loi continuent de semer la terreur dans la région de Labé. Cette énième attaque à mains armée fait état d’un mort, d’un blessé et d’un montant de plus 5 millions de francs guinéens emportés.

Selon nos informations, les six assaillants, munis d’une PMAK, étaient sur deux motos. Ils se sont introduits dans une boutique d’alimentation générale. Interrogé sur les circonstances du drame, la victime, Mamadou Dian Diallo, a dit que « c’est aux environs de 21 heures, que deux des six bandits sont venus sur une moto et ils sont descendus pour me demander de leur revendre un demi sac de riz. Entre temps, ils m’ont demandé du transfert d’argent d’un montant de 150 000 francs guinéens. Je suis rentré et j’ai refermé la porte. L’un des bandits m’a demandé de lui montrer la qualité du riz. C’est dans cette démarche qu’il a tordu ma main avant de s’infiltrer dans la boutique avec les cinq autres, tous cagoulés. Ils ont emporté cinq à six millions de francs guinéens. C’est lorsqu’ils sont rentrés dans ma chambre, en train de fouiller, que je me suis faufilé pour aller me cacher dans un buisson. C’est de là que j’ai attendu jusqu’à ce qu’ils ont pris le départ vers la préfecture de Koubia. C’est à mon retour que j’ai trouvé le corps du jeune Boubacar Diallo qui gisait dans une mare de sang. Il avait reçu une balle dans sa poitrine. L’autre victime, c’est une femme qui a été blessé par balle au niveau de son genou. Le corps du jeune a été transporté à l’hôpital régional de Labé et la femme suit un traitement au sein du dit hôpital ».

Le président du district de Tölou, Mamadou Maladho Diallo demande aux citoyens et aux autorités de se lever pour lutter contre l’insécurité.

Pour le moment, les auteurs de l’attaque sont tous en cavale. Toutefois, des enquêtes ont été ouvertes pour les retrouver, a confié El Safioulaye Bah, le préfet de Labé.

Au moment où on met cette dépêche en ligne, on apprend qu’une réunion de crise sur l’insécurité se tient au gouvernorat de Labé pour prendre des dispositions urgentes en vue de freiner l’hémorragie.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin