Le procès du militant de l’UFDG, Ibrahima Sory Camara a démarré ce jeudi 29 mars 2018. Le volubile communicant de l’UFDG est en train d’en découdre avec le Procureur Ali Touré, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les débats sont houleux en ce moment entre le prévenu et le procureur. Ibrahima Sory Camara a commencé par nier les faits d’injures, d’outrage et de diffamation à l’encontre du chef de l’ État. Interrogé sur les propos tenus dans sa vidéo, Ibrahima Sory Camara pointe du doigt un certain Mamoudou Traoré du RPG d’avoir publié sur Facebook des menaces de brûler certains marchés de Conakry. « C’est la géolocalisation qui a montré que Mamoudou Traoré était à Sekhoutoureyah. Il a dit qu’il y avait 50 000 Donzos venus rétablir l’ordre à Conakry. Il est parrainé par Damantang Camara ».

Le procureur Aly Touré a posé la question pourquoi Ibrahima Sory Camara a traité le président d’apatride. Dans sa réponse, Ibrahima Sory Camara dira que « c’est plutôt les gens qui publient des menaces de brûler Madina que j’ai traité d’apatrides ».

La présidente du tribunal, madame Djeynabou Donghel Diallo a à son tour demandé si Ibrahima Sory Camara reconnaît avoir traité le président Alpha Condé de malade mental. Le prévenu répond par la négative, disant que c’est plutôt lui Ibrahima Sory Camara qui ne se sentait pas bien mentalement en voyant les menaces de brûler les magasins dans 6 marchés de Conakry.

Devant la kyrielle de questions de maître Alseny Aissata Diallo et la chaude ambiance créée par sa prestation, le procureur va demander et obtenir la suspension de l’audience pour 10 minutes.

Alpha Mamadou Diallo depuis le TPI de Mafanco pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin