Alors que les citoyens de la ville carrefour tirent le diable par la queue et rares sont ceux qui consomment régulièrement de la viande dans les ménages, c’est le moment choisi par la coopérative des bouchers de Mamou pour solliciter des autorités l’augmentation du prix du kilogramme de viande dans les différentes boucheries de la place. A moins d’un miracle, le consommateur de Mamou devra, à partir du mois d’Août prochain, débourser 30 000 GNF pour acheter un kilogramme de viande, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Selon une correspondance adressée à l’autorité communale, la coopérative des bouchers de Mamou a émis le souhait de rehausser le prix du kilogramme de viande de 25 000 à 30 000 francs guinéens ; soit une augmentation de 5 000 francs guinéens sur le prix jusque-là pratiqué.

A l’issue d’une réunion tenue hier, Mardi 11 Juillet 2017, dans les locaux de la mairie, les acteurs : conseillers communaux, chefs de quartiers, représentant de la chambre de commerce, coopérative des bouchers, directeur de l’élevage et la production animale, le représentant du préfet et la ligue islamique communale ont statué sur la demande de ladite coopérative.

Selon le président de la délégation spéciale de Mamou, monsieur Mamadou Alpha Barry, ceux qui ont participé à cette réunion ont décidé, par un vote, d’accepter cette augmentation.

« On a reçu la lettre il y a maintenant vingt jours. On a fait l’analyse de la situation. Ils ont raison et c’est normal. Car, à Labé, c’est 35 000 GNF ; à Dalaba, c’est 30 000 GNF et dans certaines sous-préfectures de Mamou, c’est 27 000 GNF, le kilogramme. On a fait une délibération que nous allons soumettre à l’autorité (préfectorale). Ceux qui étaient là ont décidé d’accepter cette augmentation ; mais, à condition d’améliorer la qualité de la viande, respecter le poids et assurer l’hygiène », a expliqué monsieur Mamadou Alpha Barry, précisant qu’il était ravi que la coopérative ait consulté les autorités pour cette augmentation. Car dénonce-t-il, « ceux qui augmentent le prix du sucre au marché ne nous consultent pas ».

A en croire le président de la délégation spéciale de Mamou, ce prix, 30 000 francs guinéens devrait entrer en vigueur à la fin de ce mois de Juillet. Le temps pour les autorités « d’informer et sensibiliser », la population de la ville carrefour.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Tél. : 622 97 27 22