Candidate pour l’organisation des CAN 2019, 2021 et 2023, la Guinée aura finalement la dernière date pour organiser sur son sol, la plus grande compétition footballistique du continent. La date peut paraitre certes lointaine pour certains, mais pour les spécialistes du Football guinéen tout doit débuter maintenant si le pays veut réussir le pari. Ce vendredi 26 septembre 2014, lors d’une conférence à la maison commune des journalistes des consultants sportifs ont échangé avec les hommes de médias sur les propositions de solution pour la bonne tenue de ce rendez-vous footballistique en Guinée.

Dans son intervention, M. Thierno Saïdou Diakité, consultant sportif, a rappelé que la CAN n’est pas seulement basée sur l’aspect d’infrastructures, plutôt  l’aspect sportif. «  Pour ne  pas qu’on dise que 9 ans nous séparent encore de la CAN, c’est maintenant qu’il faut se mettre en œuvre. C’est l’objet pour lequel cette initiative d’organiser cette rencontre avec les confrères journalistes parce que la presse  sportive est un puissant vecteur pour alerter les décideurs ».

Selon monsieur Diakité, les autorités devraient mettre en place rapidement le comité qui va se charger de la conception, du suivi du cahier de charges de la CAF. Rappelant que «  nous devons aménager quatre (4) sites de compétitions, construire des hôtels, des aéroports, des routes, le problème de courant électrique, de la santé et de la sécurité. C’est un véritable programme transversal qui  intéresse  tous les secteurs d’activité pour que l’on soit prêt à la date prévue. C’est tous les Guinéens qui sont concernés par ce défit lancé à notre pays, chacun doit faire en sorte que ce projet soit une réussite dans notre pays la Guinée », martel t-il.

De son coté, Mohamed Kanta Soumah, journaliste au quotidien privé ‘’La République’’, a rappelé que la presse joue un rôle prépondérant dans l’organisation de la CAN. « Mais, la presse doit mutualiser les actions, nos efforts pour faire savoir aux autorités que 2023, c’est demain. Nous devons continuer en sensibilisant en impliquant tous les acteurs pour la faisabilité de ce projet  qui est l’organisation de la CAN en 2023 en Guinée…»

Selon monsieur Soumah, l’autorité au plus haut niveau devrait transformer le comité de pilotage de la candidature de la Guinée en comité d’organisation. « Nous devons attirer l’attention de l’autorité dans ce sens pour que ce comité se mettent maintenant au travail en impliquant tout le monde. Ceci dit, l’Etat doit faire face au privé qui pourrait réaliser des infrastructures », a plaidé M. Soumah.

F. Yacine Sylla pour Guineematin.com

Commentaires