PENTAX DIGITAL CAMERA

Maïmouna Diallo, une des victimes du drame de Taouyah, hier soir (mardi 30 juillet 2014). Elle venait juste de décrocher son BEPC. Elle a rejoint sa dernière demeure cet après-midi au cimetière de Hamdallaye, selon la famille

Moins de 24 heures après la tragédie de Taouyah, les langues commencent à se délier. Les familles des victimes, bien que sous le choc, expliquent ce qu’elles connaissent de ce drame qu’on n’oubliera pas de sitôt. Guineematin.com est allé à la rencontre des rescapés et des parents des victimes…

Extrait du témoignage en poular

Je m’appelle Cellou et j’étais avec ma sœur. Une fois à la plage, nous avons acheté nos tickets d’accès et le tout s’est déroulé jusqu’à 2O heures. Quand le groupe les Banlieuz‘arts est monté sur le podium, ils ont joué quatre morceaux. Puis, ils ont dit que leur partie est finie. Ce qui a fâché certains jeunes du public qui n’étaient pas d’accord, car il était prévu que le concert se poursuivait jusqu’à 22h. Soudain, les jeunes ont rejoint le groupe sur podium et se sont attaqués à eux en déchirant leur t-sort.

Ainsi, les bodyguards sont intervenus. Et, à leur tour, ils se sont attaqués aux protestataires. Ils ont tiré des coups de feu et se sont mis à pourchasser toujours les jeunes protestataires. C’est là où la panique a commencé et tout le monde s’est mis à courir….

N.B : la victime et grande sœur du rescapé s’appelle Maimouna Diallo, elle venait juste d’obtenir son Brevet d’Etude du Premier Cycle.

La défunte, Maïmouna Diallo devait rejoindre sa dernière demeure cet après-midi à 16 heures, au cimetière de Hamdallaye.

Photo de la défunte publiée avec l’autorisation de sa maman

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le témoignage audio (en poular) de Cellou Diallo, rescapé et jeune frère de la défunte

 

Facebook Comments