Sortis depuis la nuit d’hier, lundi 12 mars 2018, les jeunes manifestants de la commune urbaine de Boké maintiennent toujours leurs barrages au niveau du carrefour Dembaya, situé au cœur de la ville.

Après de longues échauffourées (entre 9 heures et 12 heures) avec les forces de l’ordre qui tentaient de libérer la route, les jeunes manifestants ont pour le moment réussi à faire fuir les hommes en uniforme et renforcé les barrages, rapporte le correspondant local de Guineematin.com qui est sur les lieux.

Les forces de sécurité ont donc replié jusqu’au niveau de l’escadron mobile de la gendarmerie où ils sont massivement regroupés et les jeunes pour leur part, dictent leur loi sur le tronçon Koulinfanya – Dembaya.

Aboubacar Mbopp Camara, préfet de Boké

Joint au téléphone par Guineematin.com, aux environs de 13 heures, le préfet de Boké, Aboubacar M’Bop Camara dit être très préoccupé par cette crise. Étant d’ailleurs en convalescence, le Préfet est en manque de souffle pour descendre sur le terrain comme il l’avait fait tout récemment pour sensibiliser les jeunes.

« Depuis trois jours, je suis malade, j’étais à l’hôpital. Voilà ce qu’ils (les jeunes manifestants, ndlr) sont en train de me faire encore. C’est dommage, vraiment ! », a déploré monsieur le préfet avant de nous adresser une demande particulière : « Vous, les médias, parlez à ces gens-là afin qu’ils arrêtent maintenant », a exhorté monsieur Aboubacar M’Bop Camara.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin