Les opposants guinéens sont plus que déterminés à en découdre avec le régime Alpha Condé, comme ils l’ont d’ailleurs promis au lendemain de la publication des résultats des élections locales par la CENI. Selon Cellou Dalein et ses collègues, c’est le moment plus que jamais de montrer au régime Alpha Condé qu’ils ne peuvent pas reculer.

Après la marche du mercredi dernier, 14 mars 2018, qui a entrainé la mort de quatre personnes dans les communes de Ratoma et Dubréka, la pression doit être accentuée pour d’abord exiger la lumière sur ces assassinats, avant de revenir sur les revendications politiques.

Ainsi, à l’issue de leur réunion de ce vendredi, 16 mars 2018, les opposants ont décidé de consacrer la journée du lundi prochain à l’enterrement des victimes. Puis, le lendemain, mardi, organiser une journée ville morte. Ensuite, organiser un sit-in des femmes à Kaloum, devant le ministère de la Justice. Et, le jeudi, 22 mars 2018, organiser une marche pacifique sur l’autoroute Fidèle Castro de Conakry. Comme pour dire que la semaine prochaine risque d’être très agitée…

A rappeler que les opposants guinéens manifestent contre ce qu’ils appellent « le détournement des voix par les Commissions administratives des votes ». Le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo et ses collègues jurent que les voix des citoyens qui ont voté le 04 février pour les élections locales ont été détournés par les CACV lors de la centralisation. Ils ont ainsi demandé au pouvoir une vérification des procès-verbaux, disant détenir des preuves irréfutables de ces manipulations des voix. Mais, pour le moment, le pouvoir refuse, en disant que les résultats proclamés par la CENI sont insusceptibles de recours.

A suivre !

Facebook Comments

Guineematin