L’Union européenne, à travers le Fonds fiduciaire d’urgence pour les migrations, a financé un projet d’une valeur de 54 milliards de francs guinéens en faveur de la Guinée pour renforcer la gouvernance des migrations et appuyer la réintégration des migrants. La cérémonie de signature du projet s’est tenue hier, mardi 4 avril 2017, au ministère des Affaires étrangères, en présence de la patronne du Département, Hadja Makalé Camara, de la délégation de l’Union européenne en Guinée et celle de l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM) en Guinée, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Selon les informations recueillies auprès des responsables de l’UE et de l’OIM, le nombre de décès, l’exploitation et les abus enregistrés sur la route migratoire de la Méditerranée atteignent des records. Et, la Guinée arrive en tête des pays ayant le plus fort taux de départ de migrants en Afrique sub-saharienne. Promouvoir une migration sûre et informée, protéger et assister les migrants en route ou bloqués est plus que jamais devenu un objectif à atteindre. C’est dans ce cadre que le « programme de renforcement de la gouvernance des migrations et de support à la réintégration durable des migrants en République de Guinée » a été préparé afin d’apporter un soutien conséquent à la protection et à la réintégration durable des migrants guinéens dans leur pays d’origine.

Selon madame Fatou Diallo N’Diaye, cheffe résidente de mission de l’OIM, la signature de ce projet est le résultat des décisions prises lors de la conférence internationale de la Valette (Malte) en 2015. « La signature de ce contrat nous ouvre une porte et amène à essayer de trouver des solutions par rapport à cette recherche d’alternative à cette migration irrégulière qu’il faudrait oser. Il faut que les jeunes retournés guinéens puissent se stabiliser, se trouver très à l’aise chez eux et contribuer au développement socioéconomique de leur pays. Et aussi, contribuer à la sensibilisation par rapport aux communautés d’origine de la Guinée qui ont besoin d’être informées des effets néfastes de cette migration irrégulière qui tue maintenant et dans l’océan et dans le désert », a-t-elle fait remarquer.

De son côté, Carla Montesi, Directrice Afrique de l’Ouest et Centrale de la Direction de coopération internationale et de développement de la Commission de l’UE, a salué la signature de ce projet. « Par ce projet de 54 milliards de francs guinéens, effectivement, on pourrait soutenir les guinéens qui souhaitent rentrer en Guinée de manière volontaire et les soutenir dans cette volonté de retour, d’installation et de création d’une nouvelle activité économique dans leur propre pays », a-t-elle fait savoir.

Pour sa part, madame Makalé Camara, la ministre des Affaires étrangères a félicité l’OIM, structure bénéficiaire de ladite enveloppe pour sa grande responsabilité dans la gestion de l’immigration. « Je dois avouer ici qu’elle fait beaucoup parce que le Ministère l’a déjà pratiquée lors du retour des guinéens d’Algérie, de la Libye et autres. Elle nous a vaillamment assistés parce que la Guinée est membre de l’OIM. Et, l’OIM ne prend des engagements que sur la requête du gouvernement de ce pays », a précisé la ministre, rappelant que tout ce que l’OIM a fait et continuera de faire pour nos compatriotes, c’est parce que le gouvernement guinéen le souhaite, d’où la concrétisation de la signature de cette allocation financière de 54 milliards de nos francs.

Enfin, la cheffe du Département du ministère des Affaires étrangères de la Guinée a indiqué que la politique de jeunesse que le président Alpha Condé met en œuvre maintenant concerne la professionnalisation de la Jeunesse dans le secteur agricole, c’est-à-dire aider les jeunes à se faire de la richesse à travers l’agro-industrie.
À rappeler que ce programme mis en œuvre par l’OIM et doté d’un budget de 54 milliards de francs guinéens va s’étendre sur une durée de trois ans. Il va servir entre autres à soutenir la Guinée à améliorer la réintégration de 2 000 guinéens retournés afin de leur donner les outils et les moyens de continuer une vie décente en Guinée, renforcer les structures et les capacités nationales en termes de gestion de la réintégration de manière digne et durable.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments