jeunesIls sont douze (12) jeunes guinéens, revenus des Etats Unis d’Amérique, à avoir conféré avec les médias guinéens, ce mercredi 07 septembre 2016, à La maison de la presse sise à Coléah. La démarche visait à échanger avec ces jeunes qui ont bénéficié du programme Yali (Young African Leaders Initiatives) rebaptisé (Mandela Washington Fellowship), a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Au cours de cette conférence, chacun des douze jeunes a expliqué l’expérience vécue lors de ce voyage, les avantages du programme YALI et ce qu’il faut attendre d’eux après ce voyage Américain.

Parlant des activités qu’ils ont faites pendant ce voyage, leur porte-parole, Ibrahima Sory Baldé, explique : « il y avait mille jeunes africains qui se sont rencontrés, mais aussi des américains pour un échange culturel. C’était pour comprendre comment les américains vivent, eux aussi apprenaient de nous, qu’est-ce qui se passe en Afrique ? Comment ça se fait ? C’est un programme d’échanges dans lequel il y avait des cours académiques, mais il y avait aussi des projets qu’ont réalisait. A la fin du programme, nous avons échangé. Mais aussi durant le programme, nous avons eu l’opportunité de rencontrer les autorités à différents niveaux. Nous avons échangé avec eux sur les différents aspects de la vie en Afrique et aux Etats-Unis », a dévoilé monsieur Baldé.

S’agissant des activités qu’ils comptent entreprendre, Ibrahima Sory Baldé dira que : « différents projets sont en cours. Chacun de nous va poursuivre dans nos différentes disciplines. C’est-à-dire les entrepreneurs vont continuer à faire l’entrepreneuriat, ceux qui sont dans la gestion des biens publics vont continuer à le faire, mais avec beaucoup plus d’accent sur la bonne gouvernance, sur l’éthique, mais aussi beaucoup d’accent sur certaines choses autour de nous. Comment booster l’emploi des jeunes ? Il faut miser sur certains critères, notamment la compétence, le développement personnel », a-t-il précisé.

Quant à la mise en œuvre de ces projets, le porte-parole des Yali 2016, rassure : « il y a une assistance prévue par l’ambassade des États-Unis. Mais aussi, il  y a un fonds qui est alloué par l’USAID. Mais, ce fonds est fait sur présentation de projet », a expliqué le jeune.

Il faut rappeler qu’ils étaient quinze jeunes, dont six femmes, guinéens à se rendre, le 16 juin 2016, aux États-Unis pour participer à ces sept semaines de partage d’expériences dans la gestion des biens publics, l’entrepreneuriat et les droit humains…

Abdoulaye Oumou Sow pour guineematin.com

Tél. : (00224)630848501

 

Facebook Comments

Guineematin