Les députés guinéens ont adopté ce lundi, 21 mai 2018, la troisième tranche de la session des lois de l’année 2018. C’était à l’occasion d’une plénière présidée par l’honorable Claude Kori Kondiano. L’honorable Mouctar Diallo- président du part NFD et élu député sous la bannière de l’UFDG- est le seul député à s’être opposé à l’adoption de l’avant projet pour diverses raisons, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

À la sortie de la rencontre, le président des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) est revenu sur les motifs de son opposition à l’adoption dudit avant projet.

« Il y a des propositions de lois que nous avons faites en tant que députés qui ne sont pas prises en compte par le bureau de l’Assemblée nationale et par la conférence des présidents qui a fait la troisième tranche du chronogramme qui va jusqu’au 20 juin qui est presque à la fin des travaux de cette session des lois l’année 2018. Nous avions fait une proposition de lois concernant les loyers chers. Ça a mobilisé d’ailleurs beaucoup de citoyens, notamment les jeunes qui sont dans le collectif contre les loyers chers. Des jeunes qui sont venus appuyer la proposition de lois que nous avons déposée ici à l’Assemblée. Nous constatons que cette proposition de loi n’est pas programmée, contrairement à la promesse et à l’engagement faits depuis l’année dernière. J’ai voté contre ce chronogramme qui n’intègre pas cette loi qui prend en compte les problèmes réels auxquels sont confrontées les populations par rapport au loyer cher, par rapport aux tracasseries dont sont victimes les populations concernant ce sujet. J’ai écouté un député verser dans une confusion totale en disant qu’il y a déjà une loi qui existe, alors que ce n’est pas vrai. Les problèmes que nous soulevons n’existent pas dans cette loi, c’est pour cela que nous avons insisté pour que l’Assemblée nationale programme et vote cette loi pour aider les populations qui souffrent des loyers chers en Guinée », a dit Mouctar Diallo.

Par ailleurs, le jeune député dénonce le refus des députés de défendre leurs mandants et qui ne pensent qu’à leurs intérêts égoïstes. « La deuxième proposition que j’ai faite, c’est l’assistance médicale d’urgence et le transport sanitaire. Beaucoup de guinéens meurent parce qu’ils ne sont pas pris en charge dans le cadre de l’urgence sanitaire et le transport médical. Et là aussi, vous avez constaté, cette proposition ne figure pas dans ce chronogramme proposé et là aussi, contraire l’engagement et à la promesse du bureau. J’ai dit que nous sommes des députés, nous sommes là pour les guinéens. Nous sommes élus par les citoyens pour aider à régler leurs problèmes. Mais vous constatez que les députés sont tous concentrés sur des dossiers à intérêts partisans et personnels », s’est offusqué le leader des NFD.

En outre, Mouctar Diallo s’est dit choqué des conditions de travail des employés de l’administration parlementaire. Le député accuse ses homologues de n’avoir aussi pas fait face à cette autre préoccupation. « Ceux qui travaillent dans l’administration parlementaire sont dans des conditions qui ne leur permettent pas de faire un bon travail. J’ai pris le cas de la commission de transcription et de rédaction qui fait un travail dur. Mais, il n’y a aucune mesure d’accompagnement mise en place pour les aider à bien travailler. Et le problème, c’est général. Ça concerne tous les travailleurs parlementaires. J’ai soulevé ce problème concret auquel le parlement doit faire face. Malheureusement, il fait une fuite en avant et c’est ce qui n’honore pas les députés que nous sommes », a laissé entendre le numéro un du parti NFD.

Interrogé sur sa sortie à N’zérékoré avec le président Alpha Condé, à l’occasion de la journée du paysan, Mouctar Diallo dira que ce n’est pas le moment d’en parler. « Nous aurons l’occasion de parler de tous les sujets sans tabous », a-t-il lancé laconiquement.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematincom.com

Facebook Comments

Guineematin