Ce mardi 29 juillet 2014, les populations de Hamdallaye ont été réveillées par des tirs en l’air. Quatre personnes auraient barré les deux voies de la route Le Prince avec des tables et bancs des vendeurs locaux : automobilistes et motocyclistes étaient leurs cibles.

Deux gardiens qui veillaient dans les parages ont attendu que le tireur finisse de vider son chargeur pour s’attaquer à lui, au moment où il s’apprêtaient à recharger les balles. Il est maîtrisé par les deux hommes qui le  »coffrent » à côté et ses deux compagnons ont utilisé le terrain. Très tôt, les habitants de Hamdallaye ont investi les lieux et refusé que le présumé bandit soit livré aux agents de la police et de la gendarmerie qui sont arrivés. La justice guinéenne n’étant plus fiable et les forces de sécurité non plus. Tous ont le souvenir d’autres présumés bandits qui ont payé leur libération quelques jours après avoir été livrés aux forces de sécurité. Pis, ils reviennent menacer ceux qui les ont fait arrêter. C’est pourquoi le chef du secteur, le chef du quartier et même le président de la délégation spéciale de Ratoma n’ont rien pu devant ceux qui voulaient brûler vif leur  »voleur ». Hamdallaye a exigé et obtenu l’arrivée sur les lieux et l’engagement ferme du gouverneur de Conakry de le faire traduire en justice avant de le laisser partir en vie.

Soriba Sorel Camara Gouverneur de Conakry www.guineematin.com

Soriba Sorel Camara
Gouverneur de Conakry
www.guineematin.com

 

Mais, comme vous le verrez dans cette vidéo, sortir et aller avec les agents de la police n’était pas accordé par tous !

Ce que Guineematin.com n’a pu filmer pour vous, ce sont les jets de pierres et les tirs de gaz lacrymogène, puisque nos reporters cherchaient plutôt à se sauver…

Commentaires