20150725_130727

Un lampadaire installé à l’ENAE de Tolo/ fin juillet 2015

Depuis quelques jours, le premier responsable de la sous-préfecture de Tolo, localité située à 23 kilomètres au nord du chef lieu de la préfecture de Mamou, est désavoué par certains de ses citoyens. Pour cause, monsieur Jean Oularé est accusé d’avoir détourné des lampadaires destinés aux lieux publics, au profit de sa résidence, a appris Guineematin.com à travers son correspondant local, ce jeudi 13 août 2015.

Joint au téléphone par notre correspondant, monsieur Jean Oularé, nie l’accusation et parle de diffamation. « La résidence du sous-préfet est avant tout un lieu public. La sécurité du  premier citoyen de la localité doit être assurée. Ce sont quelques individus qui veulent seulement me diffamer », a déclaré le sous-préfet qui ajoutera que  ce n’est pas un crime qu’il ait installé certains de ces lampadaire chez lui.

Sur la question de savoir combien de lampadaires sont à sa résidence, monsieur Oularé répond qu’il n’y a « que trois lampadaires. D’ailleurs, ils m’avaient même accusé d’avoir volé 9 lampadaires. Les lampadaires ont été installés dans les lieux publics, et le premier lieu public de la sous-préfecture, c’est la résidence du sous-préfet ».

Poursuivant, le premier responsable de Tolo nous fera comprendre que les lampadaires ont été installés aux lieux suivants : à la résidence du sous-préfet, à l’école primaire, au collège, à la rentrée principale, à la mosquée, au centre de santé, à l’ENAE, à la résidence du sous-préfet adjoint, à la base chinoise et au niveau de certaines artères de la sous-préfecture.

Les sous-préfectures et les communes urbaines ont bénéficié de lampadaires dans le cadre de l’électrification des différentes localités de la préfecture de Mamou.

De Mamou, Mamadou Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tel : 00224 621 607 907

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin