N'zérékoré, femmes,« C’est une vingtaine de femmes, elles disent qu’elles observent une grève de la faim. Elles n’ont qu’à rester là-bas », a dit de vive voix le préfet de N’zérékoré, Aboubacar M’Bopp Camara, joint au téléphone par Guinematin.com, mardi 18 août 2015 aux environs de 19 heures. Il s’exprimait ainsi par rapport aux femmes qui manifestent pour le retour de Moussa Dadis Camara.  

Selon le préfet, ces femmes sont libres de manifester comme elles le veulent, mais à condition, ajoute-t-il, qu’elles le fassent dans le calme.

Dans l’après-midi, la coordinatrice de ces  femmes avait confié à Guineematin que des négociations étaient en vue. Ces négociations qui devait être menées par des religieux, impliqueraient le préfet, le gouverneur et le maire de N’zérékoré. Interpellé sur cette question, le préfet nie. « Nous, nous n’en savons rien », nous a-t-il dit.

Par rapport à des jeunes arrêtés dans la ville de Nzérékoré, le préfet défendra que ce « sont des gens qu’on formait à Kéréma ».  « Ils ont été arrêtés en ville avec des coupecoupes. Vous verrez les images », a rajouté le préfet, Aboubacar M’Bopp Camara .

Au moment où nous échangions avec le préfet, il préparait, selon lui, l’arrivée de huit Ministres de la Républiques. Notre interlocuteur a préféré taire leur identité et leur mission dans cette région en proie à des manifestations pour le retour de Moussa Dadis Camara.

Thierno Amadou Camara pour Guineematin.com

+224 622 10 43 78

 

 

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin