N'Fansoumane TOURE, préfet de Dalaba

Depuis 1981, date qui marque leur prise de fonction, les gardiens de la résidence du gouverneur de l’Afrique occidentale française (AOF)  située dans la préfecture de Dalaba, n’ont pas été en possession de leur dû. En réaction à cette situation, ces gardiens ont encore exprimé ce mercredi 13 mars 2016, leur mécontentement pour dénoncer leurs conditions de travail et leurs non prise en charge par les autorités compétentes, a appris Guineematin.com  des gardiens qui sont apparemment très remontés.

Selon les deux gardiens, ils n’ont pas été payés depuis la fin de la première république. Pendant le règne de Lansana Conté, les gardiens confient qu’ils étaient encore payés. Une situation qui n’a pas perduré car au fil du temps, ils ont été laissés à leur merci sans aucune prise en charge.

« J’ai débuté ce travail de gardiennage en 1981. Depuis la mort de président Sékou Touré, nous ne sommes ni correctement, ni régulièrement payés. Le président Lansana Conté ne nous a payé que pendant quatre (4) ans. Nous sommes vraiment fatigués de travailler dans de telles conditions. Nous avons consacré toute notre vie à veiller à ce patrimoine de nos ancêtres, car c’est vraiment significatif. Mais, depuis la mort d’Ahmed Sékou Touré, on ne nous considère plus, on est fatigués », a déploré Cherif Ly, un des gardiens de la villa.

Poursuivant sa désolation, Cherif Ly est monté au créneau contre certains préfets qui se sont succédé à Dalaba.  Frustré, il dénonce l’affairisme de ces préfets qui selon lui, avaient le devoir de réglementer leur situation.

« Depuis qu’ils ont demandé aux préfets de réglementer notre situation, ces derniers ont eu une opportunité de s’enrichir sur notre dos sans pour autant songer à l’amélioration de nos conditions. Avant sa mort, le président Sékou Touré avait laissé des consignes pour que nous soyons pris en charge par l’Etat. Ils nous ont toujours dit qu’ils ont pris acte de notre situation mais jamais on a vu cet acte. A chaque fois ce sont des promesses qui ne se réalisent jamais. On est vraiment fatigué », a-t-il insisté.

Après des décennies de service, ces gardiens réclament  leur prise en charge, le paiement de leurs salaires, et la réglementation de leur situation afin qu’eux aussi, puisse bénéficier des avantages de la retraite.  « On veut que notre situation soit maintenant réglementée. Qu’on puisse bénéficier des avantages de la retraire pour nous reposer. Je crois que c’est la meilleure chose à faire. Vraiment ! ».

Pour rappel, cette résidence monumentale a été construite au temps colonial (1935) par le gouverneur de l’Afrique occidentale française (AOF), le Commandant Blaster, pour ses vacances en raison du climat de Dalaba, une préfecture de Mamou située à 325 km de Conakry. Pour un début, la villa était baptisée ‘‘Villa Jeanine’’ portant ainsi le nom de la fille aînée du gouverneur. Après l’indépendance de la Guinée, le président Ahmed Sékou Touré continuait à y séjourner souvent. Il l’avait par la suite baptisée ‘‘Villa Sily’’.

De Labé, Yayé Aissata Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620 03 66 65

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin