Kindia : préparatifs de la fête du Ramadan sur fond de galère

marchéA  quelques jours de la fête  de ramadan, les fidèles musulmans de Kindia s’activent à tous les  niveaux  pour rendre cette fête grandiose, a constaté Guineematin.com, ce jeudi 30 juin 2016, à travers  son correspondant local.

Après plusieurs semaines de jeûne,  d’abstinence et de pardon, les fidèles musulmans du monde se préparent   à tous les niveaux pour rendre beaux pour cette occasion marquant la fin  du  mois saint  de ramadan.  Malgré  cette  détermination des uns et des autres,  plusieurs citoyens rencontrent actuellement de nombreuses difficultés compte tenue de la situation économique du pays.

Aboubacar Camara, alias Mbengué, tailleur au quartier ManquerasDans les ateliers de couture, le constat est alarmant  et les clients  viennent rarement. Les  tailleurs à leur tour sont obligés d’appuyer sur l’accélérateur  pour aux  moins  satisfaire la clientèle : « nous sommes confrontés à d’énormes difficultés pour les préparatifs  de la fête.  Les clients sont rares et ceux qui viennent ne payent pas les prix comme convenus et quand tu leur demande, ils  n’ont qu’un  seul slogan : il n’y a pas d’argent. Nous aussi, nous sommes obligés  de travailler pour aux  moins avoir de la dépense pour satisfaire  quelques besoins de la famille », explique Aboubacar Camara, alias Mbengué, tailleur au quartier Manqueras.

Au marché central de Kindia,  pas assez d’engouement entre vendeurs et acheteurs de vêtements de fête. Pour certains clients, la fête de cette année ne sera pas agréable comme celle de l’année dernière : « moi je me demande comment je vais passer la fête  de cette année, les habits sont chers  au marché alors qu’il n’ya pas d’argent. Franchement, si ça continue comme ça, le jour de la fête je vais tout simplement manger et me coucher », confie Aissatou Fadiga.

Du coté des vendeuses, les habits de qualité sont disponibles mais les  clients  sont très rares « J’ai fait un achat de trois millions de francs guinéens  à Conakry et les clients ne  viennent pas régulièrement. Depuis que  je suis revenu de Conakry je n’ai pas revendu la moitié de mes vêtements », déclare  Lamarana Sow.

 Cependant, pour Fatoumata Binta Diallo,  mère de trois enfants, malgré cette conjoncture difficile, elle est obligée d’acheter des vêtements neufs pour ses enfants. Une manière de les contenter : « je suis enseignante de profession et c’est hier que j’ai pris mon salaire et toute la moitié est partie pour les habits de mes enfants. Je n’ai pas d’autres choix que de les soulager, si non le jour de la fête, ils vont se comparer à leurs amis », se défend la mère de famille.

En attendant cette fête, les fidèles musulmans de la ville de Kindia, qui tirent généralement le diable par la queue, sont entrain de s’affairer pour que la fête ne soit pas morose.

De Kindia, Sékou Komoyah Kaba pour Guineematin.com

Tél. : 656 23 8181

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS