soudeurDes matériels de travail rangés par endroits, quelques portes fabriquées installées par-ci et par-là, de petits groupes inactifs et moins bavards assis de part et d’autres, telle  est l’image que présentent des ateliers de soudure visités par la correspondante régionale de Guineematin.com, ce samedi 24 septembre 2016 dans la ville de Labé.

Ce constat qui fait état de la morosité dans ces ateliers de soudure, est la conséquence de la non desserte en courant électrique pendant la journée.  « Si le courant ne vient pas, nous, on ne travaille pas dans notre atelier. Notre groupe électrogène est en panne. Donc, on ne peut travailler que les nuits où on a le courant souvent », s’est plaint Thierno Amadou Bah.

Pour Alpha Oumar Diallo, un autre soudeur qui s’est confié à Guineematin.com, ce problème les décrédibilise aux yeux des clients qui ont souvent du mal à comprendre leur situation. « On a de sérieux problèmes liés à ce manque de courant. Il y a par exemple, des services dont la livraison doit être immédiate. Malheureusement, par faute d’énergie, les clients sans nous comprendre, viennent nous retirer le marché. On dispose d’un groupe électrogène ; mais, son usage nécessite un coût colossal».

soudeur-maitreMalgré ce manque de courant, ces soudeurs reçoivent chaque fin de mois les mêmes factures. Une charge que certains d’entre eux trouvent injuste. « Que le courant vienne 24h/24 ou qu’il vienne seulement la nuit, nous, nous recevons la même facture. C’est injuste ça ! », dénonce monsieur Bah, également soudeur à Labé.

A défaut d’alimenter la ville en courant électrique pendant la journée, un autre ouvrier qui a requis l’anonymat, exhorte l’EDG de Labé de revoir ses factures à la baisse.  « On souhaite que l’EDG mette fin à ce problème de courant dans la ville. Et, si le courant ne viendra pas pendant la journée, il faut qu’elle diminue le coût de la facture ; car, finalement, ça devient insupportable pour nous ».

Depuis le début de l’installation de la fibre optique dans la cité de Labé, les citoyens font face à une perturbation en desserte du courant électrique. Interrogée sur ce manque de courant, la direction de l’EDG, a expliqué cette perturbation par les travaux d’exécution de cette équipe. A cet effet, elle avait rassuré que la ville sera alimentée toutes les nuits à partir de 18 heures et 24h/24, chaque trois jours. Malheureusement, cette annonce n’a été que du tape à l’œil car les citoyens toujours dans l’obscurité, sont obligés de prendre encore leur mal en patience

Rappelons que l’énergie demeure un facteur essentiel au développement durable d’un pays. Malheureusement, en Guinée, elle constitue un problème criard auquel les autorités compétentes peinent jusqu’à présent à trouver solution.

De Labé, Yayé Aissata Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620 03 66 65

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin