Alpha Oumar Taran: « Les élections communales et locales ne dépendent pas de l’envergure d’un parti»

Dans une interview accordée à Guineematin.com, le président de l’Alliance pour la Démocratie et le Renouveau (ADR) Alpha Oumar Taran Dialogue a fait l’analyse des différents points obtenus lors du dialogue politique inter guinéen de 2016, mais aussi de la participation ou non de son parti aux élections locales de février 2017.

Décryptage !

Guineematin.com : Bonsoir monsieur !

Alpha Oumar Taran Diallo : Bonsoir !

Guineematin.com : Présentez-vous à nos lecteurs et téléspectateurs

Alpha Oumar Taran Diallo : Je suis Alpha Oumar Taran Diallo, président du parti ‘’Alliance Démocratique pour le Renouveau’’ (ADR)

Guineematin.com : Président d’un parti politique alors qu’il y a eu dialogue politique qui s’est achevé hier lundi au palais du peuple. Quelle lecture en faites-vous du résultat de ce dialogue ?

Alpha Oumar Taran Diallo : A priori, nous estimons que c’est une bonne chose ce qui est entrain d’arriver. Simplement, nous attendons l’application de ces accords obtenus parce que de par le passé, nous avons connu plusieurs dialogues qui ont abouti à des conclusions mais qui n’ont jamais été appliquées. C’est d’ailleurs, ce qui a conduit à une nouvelle crise qui a demandé un autre dialogue.

De l’autre côté, nous déplorons la violation des textes de lois du pays parce que s’il n’y a pas cette violation de ces textes, il n’y aurait pas eu nécessité de dialogue. Quand vous prenez l’un des points de l’accord, notamment la mise en place de la Haute Cour de Justice, elle relève du domaine de la loi. La loi est claire là-dessus, il devait y avoir cette Cour de Justice six mois après la mise en place de l’Assemblée nationale et nous sommes à deux ans de la fin du mandat de cette Assemblée nationale.

Ensuite, quand on parle de prisonniers politiques, à mon avis, cela ne devrait plus exister en Guinée, vu que nous sommes en démocratie. Normalement, personne ne devrait être emprisonné à cause de son opinion ou à cause de son point de vue. Mais, de toutes les façons, si on se rend compte maintenant qu’il faut appliquer la loi dans certains domaines notamment la Haute Cour de Justice et la libération des détenus politiques, nous nous en réjouissons et nous pensons que cela sera appliqué à la lettre. Si ce n’est pas appliqué, je pense que ça serait encore du gâchis.

Guineematin.com : Vous parlez de la violation de la loi mais même avec cet accord obtenu, certains estiment qu’il y a eu violation de la loi qui prévoyait le couplage des élections communales et communautaires?

Alpha Oumar Taran Diallo : Il ne faut pas prendre un seul aspect du problème. Vous savez, il y a des contradictions au niveau de nos textes de loi, notamment le code électoral, le code des collectivités et la constitution. Il faut qu’il y ait un toilettage et qu’on puisse éclairer les acteurs pour la mise en place ou l’application des textes de loi. Si on se rend compte de l’existence de cette contradiction et qu’on ne peut pas appliquer les prescriptions de la loi à la lettre, en ce moment, on tombe sur un consensus qui peut nous éviter  une nouvelle crise, c’est salutaire. Ça pourrait conduire à la mise en place d’une loi permettant d’organiser ces élections sans difficulté. Ces élections devraient être organisées depuis belle lurette. Si vous vous rappelez bien, il y a plus de 20 ans on n’a pas organisé les élections au niveau des quartiers et des districts dans notre pays. Si maintenant, on trouve un arrangement qui nous permette de mettre en place ces conseillers de quartiers et de districts en respectant au moins une partie de la loi, je pense que c’est serait une bonne chose. Mais, toujours est-il que, tant que nous ne respecterons pas nos textes de loi, on fera face à des crises et nous irons à des dialogues pour chercher un consensus alors que l’application de la loi nous met à l’abri de tout cela.

Guineematin.com : En dehors de ce dialogue politique, vous êtes leader d’un parti et nous sommes à quatre mois des élections locales. Comment ça se prépare au niveau de votre parti, l’ADR ?

Alpha Oumar Taran Diallo : Comme vous le savez, nous sommes un jeune parti. Donc, nous sommes entrain de faire l’implantation du parti. Ça va à pas de caméléon,  très lentement. C’est difficile, puisque la plupart de nos populations ont perdu confiance à certains partis politiques.

Guineematin.com : Notamment… ?

Alpha Oumar Taran Diallo : Non ! Je ne donne pas de nom mais dès que vous contactez quelqu’un, il vous dira ‘’moi, les partis politiques m’ont dessus’’. Donc, un jeune parti qui arrive sur le terrain, c’est toujours difficile de changer un peu l’appréhension des gens et nous sommes entrain d’avancer petit à petit. Nous sommes actuellement entrain de travailler sur la mise en place des listes pour certaines circonscriptions et nous n’avons pas fini de définir là où nous allons présenter des listes. On est  entrain de travailler par rapport à une éventuelle alliance avec d’autres partis politiques dans certaines circonscriptions.

Guineematin.com : Ça veut dire que votre parti, l’ADR ira aux élections ?

Alpha Oumar Taran Diallo : Tout à fait. Un parti politique pour qu’il puisse parler au nom du peuple, il faut qu’il se mesure et recherche le suffrage du peuple. Donc, nous allons partir aux élections. Qu’on gagne des postes de conseillers ou qu’on ne gagne pas, au moins on aura essayé de nous mesurer avec certains partis politiques. Ça sera une expérience pour nous pour les années à venir. Nous sommes un jeune parti, crée il y a un an, jour pour jour. Donc, nous irons aux élections et nous sommes entrain de voir est-ce que nous irons seule ou en alliance avec d’autres partis. Il y a une commission qui est entrain de travailler sur la question et le samedi à venir, une bonne partie de ce résultat vous sera livré.

Guineematin.com : Vous n’avez pas peur d’être écrasé par les grands partis comme l’UFDG ou le RPG ?

Alpha Oumar Taran Diallo : Non ! Nous n’avons pas peur. Vous savez, les élections communales et locales ne dépendent pas trop de l’envergure du parti politique. Ça dépend du travail fait sur le terrain. Notamment, les campagnes porte à porte.

Guineematin.com : Un dernier mot ?

Alpha Oumar Taran Diallo : C’est de vous remercié pour le travail que vous faites pour informer. Il y a beaucoup d’avancées du point de vue liberté d’expression, de démocratie. C’est en grande partie grâce à vous les hommes de médias parce que vous bravez tous les obstacles.

De l’autre côté, c’est de demander à la population Guinéenne de redoubler d’ardeur, de se battre pour leur droit et d’obliger tous les dirigeants, que ça soit au niveau de l’administration publique, l’Etat ou les partis politiques, de respecter les textes de loi. Tant qu’on ne respectera pas les lois qui régissent le fonctionnement de nos organisations, de notre Etat, nous  iront toujours en arrière. Quand on voit que dans les autres pays, les gens vivent heureux même s’ils n’ont rien, c’est parce que les textes de loi sont respecté. Tout le monde est égal devant la loi.

Guineematin.com : Merci monsieur Diallo

Alpha Oumar Taran Diallo : C’est moi qui vous remercie.

Interview réalisée par Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

 

 

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS