Suite à une flambée des prix pendant le mois de Ramadan, une rencontre entre autorités communales, préfectorales et commerçants a eu hier jeudi 1er juin à la mairie de Kankan. A l’issue de la rencontre, les autorités ont imposé des prix aux vendeurs de denrées de première nécessité, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé à Nabaya.

Autour du secrétaire général chargé des collectivités de Kankan, Yaya Condé, on notait la présence de la directrice préfectoral du commerce, Hadja Yomba Touré ; du président de la chambre préfectorale du commerce, Elhadj Mamadou Diaby ; du président de la délégation spéciale, Elhadj Bakary Kaba et une dizaine de commerçants.

Par la voix de leur président, Elhadj Mamadou Diaby, les commerçants de Kankan ont décidé d’harmoniser leurs prix sur certaines denrées, notamment le riz importé à 300 000 francs guinéens au lieu de 310 000 ; le sucre, à 380 000 au lieu de 400 000 francs guinéens. Cependant, si le secrétaire général chargé des collectivités locales, Monsieur Yaya Condé apprécie la réduction du prix du sucre, il a demandé aux commerçants de réduire encore le sac du riz importé à 290 000 francs guinéens.

Outre ces aliments, y figure en bonne place la viande, dont le kilo était vendu à 27 000 FG avant le mois saint, mais qui est monté en flèche jusqu’à 35 000 voire 40 000 FG dans les marchés de Nabaya.

Les bouchers à travers leur vice-président, Bouba Sow, ont aussi décidé de vendre le kilo de viande à 30 000 FG contrairement à l’avis des autorités. C’est suite donc à un débat houleux que les autorités préfectorales et communales ont fixés les prix comme un verdict dans un tribunal.

Désormais, le sac de riz importé sera vendu, pendant le Ramadan, à 290 000 FG ; le kilo de viande, à 28 000 FG et tout contrevenant verra l’autorité devant lui. La direction préfectorale du commerce et la chambre préfectorale du commerce sont chargés de suivre l’applicabilité de la décision, a-t-on précisé.

Interrogé à sa sortie de la rencontre, le président de la chambre du commerce se dit prêt à respecter l’ordre de la hiérarchie .Cependant, le vice-président des bouchers, visiblement très frustré, a promis de rencontrer la base d’abord, car récemment certains bouchés voulaient grever.

Sur place, le président de la délégation spéciale, Elhadj Bakary Kaba, a répliqué que toute personne qui ne peut pas travailler avec ce prix peut rendre la clé de sa cabine, pour dire que la décision est irrévocable.

Il faut rappeler une rencontre similaire avait eu lieu le lundi 29 Mai au cours de laquelle les opérateurs économiques avaient proposé une réunion interne avant de répondre aux autorités de la place.

A suivre !

De Kankan Amadou Oury Souaré pour Guineematin.com

Tel: 628 42 16 32

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin