L’atelier régional d’appropriation des textes juridiques, statuts et règlement intérieur et critères de création du conseil national des jeunes (CNJ), s’est tenu hier, mardi 6 Juin 2017, à Mamou, dans la salle de conférence du gouvernorat, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la ville carrefour.

Présidé par le gouverneur Amadou Oury Lammy Diallo, cet atelier a réuni soixante-douze jeunes leaders (dont vingt-quatre filles) venus des trois préfectures de la région administrative (Pita, Dalaba et Mamou).

A travers des projections, les organisateurs de cette encontre d’échange ont présenté aux participants l’avant-projet du conseil national des jeunes de Guinée et expliqué le cadre juridique et réglementaire pour sa mise en place.

Selon l’inspecteur régional de la jeunesse de Mamou, monsieur Mamadou Madjou Diallo, l’objectif de cet atelier est d’engager une réflexion collective sur l’avant-projet des statuts et règlement intérieur du conseil national des jeunes de Guinée, devant concourir à un diagnostic objectif de toutes les propositions qui y sont contenu, en vue d’y apporter des amendements et corrections, contribuant à parfaire les textes. « C’est donc une tribune d’échange de vue et d’expérience sur le présent et l’avenir de notre jeunesse », a confié monsieur Diallo, tout en appelant les participants à une meilleure appropriation des textes du CNJ, devant, dit-il, assurer à notre jeunesse sa propre prise en charge dans cette vie de la mondialisation.

Pour sa part, l’inspecteur général de la jeunesse et représentant du ministre de la jeunesse à cette rencontre, monsieur Habib Diallo est revenu largement sur la genèse de cette idée de CNJ qui remonte, selon lui, à 2008, avant de préciser que le conseil national des jeunes a trois rôles fondamentaux : « Un rôle de coordination de l’ensemble des programmes de jeunesse, un rôle de représentation et un rôle de participation », a-t-il cité, évoquant de passage les problèmes de leadership qui minent les jeunes. « On sait qu’il y a un problème de leadership. Chacun se croit être le meilleur et le mieux placé », a-t-il dénoncé.

Donnant un coup de sabot aux jeunes qui avait mis en place, le 6 Mai dernier à Mamou, un conseil national des jeunes, monsieur Habib Diallo a précisé : « si vous voulez vous retrouver, sachez au moins que l’Etat existe et qu’il est le seul garant de tout ce qui doit être fait. Aujourd’hui, si on parle politique, les gens savaient qu’il fallait une Assemblée nationale. Mais, pour avoir l’Assemblée, est-ce que les partis se sont levés seuls pour aller faire leur élection ? », a-t-il interrogé.

Prenant la parole à cette rencontre, le gouverneur de Mamou, Amadou Oury Lammy Diallo a indiqué que « la solution des problèmes auxquels sont confrontés les jeunes passe nécessairement par la mise en place d’un cadre institutionnel du mouvement associatif ». Ceci pourrait permettre, selon le gouverneur de Mamou, une meilleure coordination de la jeunesse et une bonne orientation et gestion des ressources mobilisées en leur faveur.

Enfin, le gouverneur Amadou Oury Lammy Diallo a déploré la prolifération des associations et réseaux d’associations de jeunesse évoluant dans diverses activités et chacun de son côté. « Malheureusement, ces associations et réseaux d’associations de jeunesse qui se créent et se développent, se livrent à un combat de leadership, chacun faisant prévaloir sa légalité et sa légitimité par rapport aux autres ; alors qu’en réalité aucune d’entre elles ne peut prétendre, dans le cadre ou dans les actes, représenter l’unanimité des jeunes », a déploré le gouverneur de la région administrative de Mamou.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Tel : 622 97 27 22

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin