En marge de la journée internationale de la liberté de la presse célébrée hier jeudi 03 mai, Wassolon Agency Communication a organisé la 2ème édition de la nuit des médias guinéens. La cérémonie a connu la participation de nombreuses personnalités politiques, du gouvernement, de la société civile et de nombreux journalistes, a constaté sur place Guinematin.com, à traves un de ses reporters.

Cette nuit des médias avait pour principal thème « les médias guinéens face au double défi de la mutation numérique et de la responsabilité sociale ». Elle a été une occasion pour les organisateurs d’étaler les nombreuses difficultés auxquelles les hommes de médias sont confrontés dans l’exercice de leur métier.

Dans son discours, Asmaou Barry porte-parole des associations de presse, a peint en noir les conditions de vie des hommes de micro et de la plume avant d’inviter les patrons de médias à « œuvrer à ce que les organes de presse évoluent comme de vraies entreprises de presse, pour que toutes conditions puissent être réunies afin que les journalistes exercent en toute liberté ».

Abondant dans le même sens, Sidi Diallo, journaliste et secrétaire général du Syndicat de la Presse Privée de Guinée a dit qu’en dépit des dénonciations faites lors de la première édition de la soirée des médias, les conditions de travail et de vie des journalistes n’ont toujours pas changé. « On ne peut pas comprendre jusqu’à présent, malgré toutes les sorties médiatiques, que nous avons des journalistes qui ont fait plus de cinq (5) ans, dix (10) ans dans un média, dans une radio et qu’ils n’ont pas jusqu’à présent un simple contrat de travail. Ça fait deux mois que la Haute Autorité de la Communication a demandé aux journalistes de déposer des dossiers pour avoir des cartes professionnelles. Mais, de nos jours je me pose la question, parmi tous les journalistes guinéens, notamment du privé, si nous avons 10 journalistes qui ont leurs cartes professionnelles. C’est parce que la Haute Autorité de Communication exige le contrat de travail. Et deuxièmement, jusqu’à présent, ils sont nombreux ces journalistes même à Conakry qui n’ont même pas le SMIG, 440 mille francs guinéens », a dénoncé Sidi Diallo.

De son côté, le ministre d’Etat, conseiller personnel du chef de l’Etat, Tibou Kamara, a rendu hommage à tous les journalistes. Selon lui, cette journée est une occasion pour mesurer le chemin qui a été parcouru par chacun d’entre-nous. « Le travail de journaliste est un travail extrêmement noble. Il exige de l’engagement, du dévouement et du renoncement. Et, chacun d’entre nous écrit l’histoire au quotidien, et par son œuvre écrite, orale, s’immortalise dans notre histoire nationale. Personne ne s’est jamais immortalisé en ayant de l’argent; combien de personnes ont été riches? Combien de personnes ont occupé de hautes fonctions dans ce pays, dont on ne se souvient même plus du nom et du passage? Combien d’autres par leur engagement militant, en ayant contribué à l’éveil des consciences en inscrivant leurs actions dans l’intérêt général ce sont immortalisés? Donc, mesdames et messieurs les journalistes, chaque jour que Dieu fait en contribuant à l’éveil de notre société, en nous éclairant tous sur nos défauts et en relevant ce que nous avons de mieux et meilleurs en nous, vous faites l’histoire et vous vous immortalisés », a dit le ministre Tibou Kamara.

En outre, le ministre a dit que « malgré les frustrations qui sont les vôtres, liées aux matériels qui vous avez si bien décrites, vous avez les raisons d’être fiers. Et ce pays place beaucoup d’espoir en vous; car, n’eût été la détermination de la presse et la persévérance de chacun d’entre-nous, il n’y aurait certainement pas la démocratie que nous connaissons aujourd’hui. Donc, vous êtes les véritables artisans et gardiens de notre démocratie ».

À rappeler qu’outre les panels qui ont été animés par d’éminentes personnalités, l’autre temps fort de cette cérémonie fût la remise des prix. À cet effet, le prix Mohamed Koula Diallo du courage professionnel a été décerné à Ibrahima Sory Diallo, journaliste au site d’informations Guineematin.com. Ensuite, le prix de meilleur espoir a lui été décerné à Alpha Mady Touré de la radio Nostalgie. Le Groupe CIS médias rafle le prix de « meilleur entreprise de presse qui donne un cadre idéal de travail. Quand au site Guineenews.org, il rafle le prix de  » rigueur au travail.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin