Dans une déclaration lue devant les médias ce lundi 07 mai 2018 à son siège, le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG), s’est dit préoccupé par la recrudescence de la violence et de l’insécurité en Guinée. Il a été aussi question de présenter les propositions faites par le CNOSCG dans le cadre des consultations initiées par le président Alpha Condé pour la formation d’un futur gouvernement, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est Mamadou Taran Diallo, président de l’association guinéenne pour la transparence (AGT) et membre du bureau exécutif du CNOSCG, qui a lu cette déclaration de la plateforme de la société civile. Il a déploré une recrudescence de la violence et de l’insécurité dans notre pays. « La Guinée connait depuis quelques temps une recrudescence de la violence et de l’insécurité avec un effritement de l’ordre public, une déliquescence drastique de l’autorité de l’Etat et une poussée vertigineuse de l’incivisme dont entre autres :

Les défiances impunies des autorités judiciaires et sécuritaires, les séquestrations, enlèvements et viols perpétrés contre des populations vulnérables et notamment des mineurs. Les assassinats ciblés de hauts fonctionnaires dont des agents de sécurité et des militaires. Le refus de porter secours aux personnes en danger et le recours aux vindictes populaires », a-t-il cité.

Face à cette situation qu’il juge préoccupante et inquiétante, le conseil national des organisations de la société civile guinéenne, dans sa mission de veille, d’alerte et d’interpellation, a fait un certain nombre de propositions : « Au ministère de la sécurité, de prendre des dispositions urgentes en vue d’endiguer l’insécurité dans notre pays. Aux autorités judiciaires, à plus de diligence dans la lutte contre l’impunité qui est l’une des causes de la flambée de l’insécurité.

Au chef de l’Etat, garant de la sécurité et de la défense nationale, à faire prendre des mesures idoines pour une application rigoureuse de la règlementation en vigueur sur la détention illégale des armes. Renforcer l’autorité de l’Etat, accélérer le progrès social et promouvoir l’éducation civique de la population, etc. ».

Le CNOSCG s’est enfin prononcé sur sa rencontre entre elle et le chef de l’Etat, Alpha Condé, dans le cadre des consultations que le président de la République a initiées récemment, pour la formation d’un nouveau gouvernement. La plateforme de la société civile a fait part de ses propositions dans ce sens : « Mettant à profit cette audience, ces acteurs sociaux se sont retrouvés pour construire, synthétiser et soumettre les préoccupations ci-après : améliorer la politique gouvernementale et les choix politiques sur tous les plans, renforcer le fonctionnement des institutions républicaines et les modalités de leur financement, transformer les opportunités de financement actuel (PNDES) en vue de doper le développement économique du pays, appuyer la structuration, l’autonomisation, le renforcement des capacités des organisations de la société civile, assurer le respect des textes de lois relatifs à la nomination des membres et présidents des conseils d’administration des agences et EPA, poursuivre la réforme de l’administration pour qu’elle continue de répondre aux attentes des populations », a entre autres proposé l’organisation.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin