La plénière de l’Assemblée nationale du mardi, 19 juin 2018, a été marquée notamment par l’entrée au parlement de deux nouveaux députés de l’UFDG qui a un groupe parlementaire au sein de la représentation nationale. Les honorables Chérif Diallo et Amadou Dieng, remplacent Mouctar Diallo et Abouacar Sylla, récemment nommés respectivement ministres de la Jeunesse et des Transports. Ce qui fait la joie de l’honorable Fodé Ammar Bocar Maréga, député uninominal de Dinguiraye et membre du groupe parlementaire des Libéraux-démocrates qui nous accordés un entretien à l’issue de cette plénière. Nous sommes revenus également avec lui sur les quatre textes votés à cette occasion et leur impact sur la vie de la Nation.

Guineematin.com: bonsoir honorable, vous venez de voter 4 textes qui sont essentiellement des conventions internationales notamment celle relative au parlement panafricain. Qu’est-ce que cela peut offrir comme avantage à notre pays ?

Docteur Maréga: vous savez, ce sont des textes de lois qui devaient être validés depuis longtemps, mais que nous n’avions pas fait jusqu’ici. Ce sont des textes qui portent sur la communauté de l’Union africaine, et ces textes, la Guinée ne les avait pas ratifiés. Donc aujourd’hui, c’était une autorisation de ratification que nous avions à faire pour ces textes-là. Nous avons des députés qui siègent là-bas au parlement panafricain dans l’illégalité totale. Alors, il fallait qu’une autorisation soit donnée par les députés pour que ces textes soient ratifiés afin de permettre aux députés qui siègent au parlement panafricain de siéger en toute légalité.

Guineematin.com : parmi ces textes, figure aussi celui de la création de la zone de libre-échange continentale africaine. Que peut-on attendre de l’application de cette convention ?

Docteur Maréga : ce que nous disons, c’est des textes un peu à controverse, mais nous disons que c’est le futur qui est toujours mis en avant parce que vous savez que nous ne produisons absolument rien, donc ce libre échange-là ne se fait pas avec les autres pays. Comme nous ne produisons absolument rien, ça nous pousse à travailler, ça nous pousse à avoir des universités d’industrialisation parce que ceux qui sont industrialisés à côté de nous font écouler leurs marchandises vers chez nous. Alors, le gouvernement guinéen doit encore trouver des mesures pour nous permettre d’équilibrer notre balance commerciale.

Guineematin.com : la loi portant sur l’accord de coopération entre le gouvernement de la République de Guinée et le gouvernement de la République Algérienne Démocratique et Populaire dans le domaine sanitaire vétérinaire est aussi l’un des 4 textes que vous avez approuvés à l’unanimité des députés. A quoi devrait servir la mise en œuvre de cet autre accord de coopération ?

Docteur Maréga : nous, nous disons que ces textes peuvent avoir des avantages, mais il faut que l’Etat se mette en conformité. Il s’agit pour l’Etat non seulement d’améliorer la qualité mais aussi la quantité de nos cheptels. Donc, ces sanitaires arrivent au bon moment. En Guinée ici, on a la chance d’avoir les meilleurs textes, mais sans application. Tous ces textes sont importants si l’application va se faire correctement sur le terrain. Ce que nous craignons, c’est que la gouvernance d’Alpha ne nous amène pas vers un lendemain meilleur.

Guineematin.com : et puis, deux nouveaux députés issus de l’UFDG ont fait leur entrée aujourd’hui à l’Assemblée. Ils remplacent deux alliés qui avaient pris leurs distances avec votre parti avant d’être nommés ministres, quel est le sentiment au sein du groupe parlementaire des Libéraux-démocrates aujourd’hui ?

Docteur Maréga : nous sommes très heureux de nous retrouver avec ces députés-là, parce qu’au moins, nous avons maintenant des députés issus réellement de l’UFDG. Et donc, nous avons des convergences d’idées qui nous permettront de pouvoir un peu plus travailler dans le calme, dans la sérénité,  surtout de permettre à ces éminentes personnalités de donner toutes leurs mesures, leurs qualités, pour que l’Assemblée nationale soit encore plus qualifiée par un pharmacien et un opérateur économique.

Guineematin.com : l’autre fait qui a marqué cette plénière, c’est la minute de silence que l’Assemblée nationale a observée à la mémoire d’Abdoulaye Bah, journaliste au site d’information Guineenews.org, décédé à la suite d’un accident de la circulation à Conakry. Personnellement, comment avez-vous accueilli cette triste nouvelle ?

Docteur Maréga : c’est une lourde perte, en tant que député de Dinguiraye, c’est vraiment triste pour moi parce que vous savez que lui-même est de Dinguiraye. Se lever à trois heures du matin pour aller dans une localité pour faire des photos avec des responsables de poubelles sur le chemin de Linsan, que quelqu’un vienne faucher nos valeureux combattants ? C’est vraiment la tristesse. Et au-delà, je pense que c’est vraiment le problème du travail des policiers. Nous avons eu le ministre qui est arrivé et a dit que la récréation est terminée, et on se retrouve là encore.

Au lieu de s’occuper de leur travail, des BAC sont en train de tuer des individus dans les quartiers, jeter leurs corps sur le trottoir un peu partout dans la cité. Ce qui fait le chagrin, c’est l’incompétence et l’inconscience de nos responsables-là qui, au lieu de s’occuper de leur travail, entrent dans un cadre de démagogie, de mamayah et qui nous interdisent vraiment d’être sereins, d’être tranquilles lorsque nous travaillons la nuit dans la cité. Comme c’est des travailleurs qui étaient requis pour travailler pour l’Etat, normalement l’Etat devait à l’urgence évacuer les gens là parce qu’on connait l’état de nos hôpitaux ici.

Et ce, tout le temps que l’hôpital Donka n’est pas ouvert. C’est un signal fort pour l’Etat. Que des ministres aillent à 3h ou 4h du matin, s’occuper du ramassage d’ordures rien que pour avoir des images alors que le travail essentiel devrait être fait, c’est ce qui est dommage. Donc, je souhaite que celui qui est là soit évacué très rapidement pour qu’il puisse être soigné dans de très bonnes conditions. Pour Abdoulaye Bah c’est déjà tard, mais je souhaite vraiment qu’un prix d’excellence soit donné au nom d’Abdoulaye Bah.

Propos recueillis et décryptés par Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin