Boké : la rentrée scolaire boycottée par les élèves et les enseignants

Le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation a programmé la reprise des classes ce mercredi 03 octobre 2018 sur toute l’étendue du territoire national. Mais dans la ville de Boké, cet appel n’a pas été entendu par les apprenants et les hommes de craie.

Dans toutes les écoles de la commune urbaine, aucun élève ne s’est présenté, et la quasi-totalité des enseignants n’ont pas pris le chemin de l’école. Seuls administrateurs scolaires et quelques enseignants ont répondu présent, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la ville.

Pour mieux comprendre la situation, nous avons rencontré le directeur sous-préfectoral de l’éducation de la commune urbaine de Boké. En tant que premier responsable de toutes les écoles de la ville, Mamadou Dian Baldé a fait le tour de plus d’une dizaine d’écoles publiques et privées. Et son constat n’est pas reluisant.

« Pour ce qui est de la rentrée scolaire, elle n’a pas été effective, il faut dire la vérité. J’ai passé dans plus de quinze écoles, pratiquement il y a ni élèves ni enseignants à l’exception de l’administration scolaire. Il faut le reconnaitre », admet le responsable éducatif.

Qu’est-ce qui pourrait donc expliquer cette situation ? Mamadou Dian Baldé trouve deux hypothèses possibles : « C’est non seulement la grève appelée par le SLECG mais aussi, je peux imputer ça au fait que la reprise est venue au beau milieu de la semaine.

Quand il y a une reprise au milieu de la semaine, les élèves refusent catégoriquement de venir, ils viennent seulement au début de la semaine prochaine. Mais si ce n’était pas la grève, les enseignants au moins allaient venir », estime le directeur sous-préfectoral de l’éducation de la commune urbaine de Boké.

Face à cette situation, Mamadou Dian Baldé pense déjà à des mesures à prendre pour faire en sorte que la reprise des cours soit effective à partir du lundi prochain. « Il faut qu’on passe par la sensibilisation, nous passons chaque matin au niveau de chaque établissement, nous voyons quels sont les préparatifs qui sont déjà mis sur pied et qu’est-ce qu’ils font pour ramener les enseignants et les élèves à l’école. En tant qu’administrateur scolaire, c’est ce qu’on peut faire pour l’instant », a indiqué notre interlocuteur

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 98 49 38

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS