Le SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) ne compte pas reculer d’un iota dans le bras de fer qui l’oppose au gouvernement. Le secrétaire général du mouvement, l’a réitéré ce samedi, 10 novembre 2018, à l’occasion d’une assemblée ordinaire restreinte tenue au siège du SLECG à Donka.

Aboubacar Soumah a également tiré à boulets rouges sur certains responsables du système éducatif qui empêchent certains grévistes d’obtenir leurs salaires, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

« On nous apprend qu’à certains niveaux, les salaires sont gelés et que les salaires sont déjà au niveau des DCE (Directions Communales de l’Education) et des DPE (Direction Préfectorale de l’Education) qui refusent de les donner à leurs destinataires », a dénoncé Aboubacar Soumah, très remonté.

Selon lui, « ça devient un règlement de comptes de la part des DCE et DPE qui confisquent les salaires des enseignants. Ils appellent certains pour leur donner les salaires, ils les confisquent pour d’autres. Donc, nous invitons tous ces DCE et DPE de bien vouloir remettre les salaires aux ayant droit », a dit Aboubacar Soumah, entouré de ses principaux lieutenants.

Interrogé sur les responsables de l’éducation qui se livreraient à de telles pratiques, le secrétaire général du SLECG accuse : « ça se passe au niveau des DCE de Matam, de Matoto. C’est également le cas dans beaucoup de préfectures. Les DPE et DCE procèdent à une discrimination. C’est une stratégie appliquée par le gouvernement, mais qui ne vise pas la totalité des grévistes. Ils ont bloqué les salaires pour un certain nombre d’enseignants, pour créer la zizanie et la confusion en notre sein. Tout cela vise à déstabiliser notre mouvement. Mais, cela n’a fait que galvaniser les enseignants. Aujourd’hui, ils sont déterminés à jamais à aller jusqu’au bout », soutient Aboubacar Soumah.

Par ailleurs, le SELCG a démenti les informations selon lesquelles les cours ont repris du côté de Mamou, avec les enseignants titulaires. « Cette information est fausse. Vous pouvez aller à Mamou pour vérifier sur le terrain. Dans les établissements publics à Mamou, aucune école n’a repris. Tous les enseignants titulaires sont à la maison. Même les contractuels qui y allaient ont arrêté. Donc, c’est des fausses rumeurs qu’on fait circuler à travers les ondes ou les réseaux sociaux. J’ai appelé le secrétaire général du bureau préfectoral du SLECG de Mamou, qui a confirmé avoir tenu une assemblée générale avant-hier jeudi pour galvaniser davantage les enseignants ».

En outre, Aboubacar Soumah a dévoilé avoir rencontré le gouverneur de la banque centrale, Dr Louceny Nabé. « Le gouverneur était venu nous voir pour nous demander quelles sont les possibilités qu’on peut leur offrir pour sortir de cette crise. Nous lui avons fait comprendre que la seule possibilité, le seul moyen, la seule piste qu’on peut définir, c’est de nous faire une proposition sur les huit millions de francs que nous avons ensemble signé dans le protocole d’accord du 13 mars 2018 ».

Pour finir, Aboubacar Soumah a fait savoir que désormais, le SLCEG ne va plus négocier avec n’importe quel émissaire du gouvernement. « Désormais, nous disons haut et fort, que si les négociations doivent être ouvertes avec le gouvernement, qu’on ait en face de nous les signataires du protocole d’accord du 13 mars 2018, dont Tibou Kamara, Gassama Diaby, Cheick Taliby Sylla, le gouverneur de la BCRG… ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin