La deuxième audience du procès d’Oumar Sylla, alias Foniké Menguè, responsable des antennes et des actions du FNDC, a débuté sur fond de tension ce jeudi, 13 août 2020, au tribunal de première instance de Dixinn. Un CD servant de pièce à conviction, présenté par le parquet, a suscité la colère des avocats de la défense. Ces derniers ont demandé au tribunal de tout simplement l’écarter parce qu’ils n’étaient pas au courant de son existence depuis le début de la procédure, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

A l’ouverture de l’audience, le procureur Sidy Souleymane N’Diaye, a indiqué que Foniké Menguè n’a pas jamais accepté de coopérer durant l’enquête préliminaire. C’est pourquoi, dit-il, que le parquet s’est contenté d’un CD contenant son intervention dans l’émission « Les Grandes Gueules » de la radio Espace et qui sert de pièce à conviction. Mais, la présentation de ce CD n’a pas été du goût du collectif des avocats du FNDC, qui défend le prévenu.

En réponse, Me Thierno Souleymane Baldé a demandé au juge Alphonse Charles Whrith, d’écarter ce CD parce que la défense n’a pas été informée de son existence durant toute la procédure. « C’est un droit constitutionnel pour un prévenu de ne pas répondre aux questions d’un juge d’instruction. On ne peut pas obliger un prévenu de répondre à des questions qui pourraient lui causer des problèmes.

Il revient au juge qui porte des accusations de montrer au prévenu les preuves de ses accusations. Monsieur le président, depuis le début de la procédure, aucun avocat de la défense n’a reçu le CD qui vient d’être présenté et qui, selon le ministère public, contient l’enregistrement des propos de Foniké Mengué. Donc monsieur le président, nous vous demandons d’écarter purement et simplement ce CD dans ce débat », a dit l’avocat.

Abondant dans le même sens, Me Salifou Béavogui a déclaré que « c’est la première fois que moi, je vois ce CD depuis l’enlèvement de notre client. Alors qu’aucune pièce ne doit être cachée à un avocat. Monsieur le président, pour aller plus vite, faisons appliquer l’article 68 du code de procédure pénale. Notre client a été enlevé, tenu à un lieu secret. Et depuis cette date jusque-là, aucun avocat de la défense n’a eu accès à ce CD présenté par le procureur. Ça c’est contraire au code de procédure pénale. Cette attitude du procureur mérite une sanction au regard de la loi. Mais, monsieur le président, nous nous remettons à votre sagesse », a-t-il dit.

Me Pépé Antoine Lama renchérit en disant qu’il « ne revient pas avocats de la défense d’exploiter cet objet (le CD). Monsieur le président, contrairement à monsieur le procureur, nous vous avons déposé au niveau des dossiers de la procédure. Monsieur le président, la défense demande à ce que vous diffusiez une clé USB que nous avons, pour montrer que notre client n’a pas divulgué de fausses informations. La défense est suffisamment armée, il ne suffit d’ailleurs que vous nous donniez une dizaine de minutes pour vous produire ces preuves », a dit cet autre avocat de la défense.

De son côté, Me Mohamed Traoré a rappelé que si Foniké Menguè n’a pas coopéré à l’enquête préliminaire, c’est à la demande de ses avocats. Et cela, pour une raison bien valable. Mais, contrairement à ses collègues, lui, ne s’est pas opposé à ce que le contenu du CD présenté par le procureur soit écouté. « Monsieur le président, si notre client avait répondu aux questions du juge d’instruction, on ne serait pas là aujourd’hui. Cette audience n’aurait débuté qu’après les vacances judiciaires.

Maintenant, revenons à la question liée au CD. Nous vous disons que monsieur Oumar Sylla a été poursuivi pour son passage dans l’émission les GG. Nous n’allons pas donner l’impression au procureur qu’on a peur de lui. Si toutes les dispositions sont prises par le tribunal pour montrer que les propos contenus dans ce CD n’ont pas été trafiqués, on peut l’écouter. Un révolutionnaire n’a pas peur, parce qu’il assume toujours ses propos », a dit Me Traoré.

Après l’intervention des avocats de la défense, le procureur a repris la parole pour demander un report de l’audience pour lui permettre de transcrire les propos contenus dans le CD. Ce à quoi s’est opposé le collectif des avocats de la défense. « Si on accède à la demande du procureur, notre client va encore retourner en prison. Et nous, nous ne voulons plus que notre client fasse une heure de plus en prison. Notre client a déjà passé trois mois en prison. Donc, nous voulons qu’on écoute ce CD et évoluer dans ce procès », a répliqué Me Mohamed Traoré.

Finalement, le juge Charles Whrith a ordonné d’écouter le CD. Et à la fin de l’écoute, Foniké Menguè a reconnu que les propos qu’il contient sont de lui. « Ces propos viennent de moi. Et je les assume avec fierté au nom du peuple de Guinée », a dit l’activiste de la société civile.

Interpellé le 17 avril 2020 par des agents de la police encagoulés, Foniké Menguè a été déféré le 24 avril à la maison centrale de Conakry. Il est poursuivi pour « menaces de violence ou de mort par la mise à la mise à la disposition d’autrui d’informations de nature à troubler la sécurité publique ; communication et divulgation de fausses informations ».

Des accusations que ce haut responsable du Front National pour la Défense de la Constitution a rejetées catégoriquement à la barre, se présentant comme « un prisonnier politique ». Selon lui, son arrestation et son incarcération sont dues tout simplement à son opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé.

A suivre !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin