Les incidents se multiplient au cours du scrutin présidentiel de ce dimanche, 18 octobre 2020, à travers le pays le pays. A Siguiri, un délégué de l’UFDG a été mis aux arrêts par la gendarmerie et un superviseur du même parti violemment tabassé par des partisans du RPG Arc-en-ciel, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

La représentation des partis politiques d’opposition dans les bureaux de vote est une véritable problématique. Dans plusieurs localités du pays, les délégués des adversaires du pouvoir ont été expulsés. Mais, ce n’est pas tout. A Siguiri, l’UFDG se plaint de l’arrestation de son représentant dans le bureau de vote N°2 du centre camp carrefour et de violences physiques perpétrées contre un de ses superviseurs au centre de vote Sidiki Guissé.

 

« Notre délégué au bureau de vote N°2 du camp carrefour a été arrêté par la gendarmerie. Pour le moment, nous ignorons les raisons de son arrestation, mais il se trouve à la compagnie de gendarmerie territoriale de Siguiri. Et puis, un de nos superviseurs a été sérieusement frappé au centre Sidiki Guissé par des militants du parti au pouvoir », a annoncé Amadou Guissé, un membre du bureau exécutif de l’UFDG, résidant à Siguiri.

 

A noter que nous avons tenté, en vain, d’avoir le commandant de la compagnie de gendarmerie territoriale de Siguiri sur cette situation. Tous nos appels téléphoniques sont restés sans réponse.

 

A suivre !

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin