Présidence de la Cour des Comptes : Mohamed Diaré passe le témoin à Sâa Joseph Kadouno

Nommé le 21 avril dernier à la tête de la Cour des Comptes de Guinée, Sâa Joseph Kadouno a été installé hier, jeudi 12 mai 2022, dans ses fonctions à la tête de cette Cour. La cérémonie de passation de service entre lui et Dr Mohamed Diaré (ancien 1er président de la Cour des Comptes) a été présidée par l’inspecteur général des services judiciaires et pénitentiaires du ministère de la justice et des droits de l’homme, Yaya Kaïra Kaba, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Prenant la parole à cette occasion, le président sortant, Dr Mohamed Diaré, a tenu à rappeler quelques actions réalisées à la Cour des Comptes sous son leadership.

Dr Mohamed Diaré, premier président sortant à la Cour des comptes

« La Cour des Comptes a réalisé de nombreuses activités tant en Guinée qu’au niveau régional et international. Au niveau national, les textes internes au nombre d’une quarantaine nécessaire à l’organisation et au fonctionnement de la Cour des Comptes, ont été élaborés. Avec l’appui de nos partenaires financiers et techniques, la Cour des Comptes a élaboré une dizaine de guides et manuels de contrôle. La Cour a également réalisé plusieurs contrôles de gestion, de certification et des conseils. Au plan du contrôle juridictionnel, la Cour des Comptes a rendu des arrêts définitifs au titre de l’apurement accéléré des comptes des comptables principaux de l’État et certains receveurs communaux et communautaires. Plusieurs projets de rapports afin d’arrêt provisoire et définitif sont élaborés et déposés au niveau de la greffe centrale de la Cour des Comptes. Au plan international, la Cour a été élu en 2020 membre du bureau des vérificateurs externes de l’Union africaine pour représenter l’Afrique de l’Ouest pour les exercices 2020 et 2021 », a-t-il rappelé avant d’attirer l’attention de son successeur sur la finalisation de quelques projets importants déjà en cours au niveau de la Cour.

De son côté, Sâa Joseph Kadouno, premier président entrant de la Cour des Comptes, a promis de s’attaquer aux actions frauduleuses. Il a aussi promis d’engager de nouvelles réformes pour le rayonnement de la Cour des Comptes.

Sâa Joseph Kadouno, premier président entrant de la Cour des Comptes

« La Cour mènera ses missions dans le respect des normes et procédures en vigueur pour que les résultats soient mis à la connaissance du public sur la base des éléments probants suffisants et appropriés. Donc, la Cour entend pleinement remplir ses fonctions et son rôle dans la moralisation de la gestion publique, dans la promotion de la bonne gouvernance des finances publiques, dans la lutte contre la corruption et de détournement des deniers publics. La fraude doit être combattue sur toutes ses formes. La fraude se manifeste par la manipulation, la falsification, le détournement d’actifs, l’enregistrement d’opération sans fondement et les manipulations de bilan. Ces pratiques enrichissent certains et appauvrissent d’autres. Pour nous, il s’agira de connaître les différentes méthodes de fraudes afin de les identifier. Car, si l’on ne sait pas ce qu’on cherche, il est difficile de trouver… Nous comptons renforcer les relations entre experts comptables de Guinée et la Cour des Comptes ; organiser des formations entre experts comptables et magistrats de la Cour des Comptes ; organiser des missions conjointes entre experts comptables et magistrats de la Cour des comptes pour un échange d’expérience dans des secteurs particuliers et complexes ; réaliser des missions d’audits des projets financés par les partenaires techniques et financiers ; créer et renforcer ses relations entre contacts publics et la Cour des Comptes pour discuter des points intéressants entre le deux parties ; développer des relations entre la Cour des Comptes et les autres corps de contrôle de l’administration ; renforcer les capacités des ressources humaines de la Cour des Comptes. La cour réitère sa ferme volonté à œuvrer pour le maintien des relations avec les autres institutions supérieures de contrôle des finances publiques, membres des organisations sous-régionales et internationales », a dit Sâa Joseph Kadouno.

Présent à cette cérémonie, le ministre de la justice et des droits de l’homme, Me Moriba Alain Koné, a prodigué des conseils au nouveau président de la Cour des Comptes. Il lui a aussi signifié que l’administration est une continuité.

Me Moriba Alain Koné, ministre de la justice et des droits de l’homme

« Vous avez déjà prêté serment devant la Cour Suprême il y a quelques jours. Et, devant cette assemblée, vous vous engagez à débuter les services. Je vais m’adresser à vous et à votre équipe. C’est très important de n’est pas toujours penser que ce qui a été fait est mauvais. Nous en avons quelque fois l’habitude en Guinée et en Afrique. Dès qu’on arrive, on se dit que tout ce qui a été fait, il faut mettre dans la poubelle et recommencer. Non ! L’Etat c’est une continuité. Et, c’est cela que j’engage et j’exhorte le premier président entrant et le commissaire général du gouvernement entrant, à considérer tout ce qui a été fait de bien, à purifier, changer ce qui n’a pas fonctionner pour que la Cour des Comptes fonctionne », a indiqué Me Moriba Alain Koné.

Il faut rappeler que le commissaire général du gouvernement près la Cour des Comptes, Mamadou Saliou Diallo, a été également installé ce jeudi dans ses fonctions.

Mohamed Guéasso Doré pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS