image d’archive

Boubacar Diallo, marchand de profession, a été jugé et condamné ce mardi 13 février 2018 par le Tribunal de Première Instance de Dixinn. Il était poursuivi pour outrage à agents, utilisation de fausse plaque de véhicule et évasion. C’est au mois de janvier passé que les faits se sont produits, au carrefour de Bambéto, dans la commune de Ratoma, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Arrêté et placé sous mandat de dépôt depuis le 12 janvier 2018, Boubacar Diallo a répondu aux questions du juge ce mardi 13 février 2018. A la barre, Boubacar Diallo n’a pas reconnu les faits. Selon lui, il n’a ni frappé l’agent, ni utilisé une fausse plaque, encore moins il ne s’est évadé de la gendarmerie. « Ce jour, j’accompagnais une dame enceinte au CHU de Donka. Arrivé à Bambéto, le policier m’a fait arrêter. Il m’a demandé mon permis de conduire, la carte-grise et les papiers du véhicule. Il dit qu’il va envoyer le véhicule à la routière. Il a forcé la situation pour monter dans le véhicule et il est mal tombé sur la femme en grossesse qui se trouvait dans le véhicule. Après quelques échanges, le policier m’a envoyé avec la voiture à la gendarmerie de Bambéto où ils m’ont mis en garde à vue. Pendant trois jours, je n’ai ni mangé ni bu. Pour sauver ma vie, j’ai tenté de m’évader par les trous des grillages. Mais, je n’ai ni insulté, ni utilisé une fausse plaque encore moins fait une évasion. J’ai tenté de sortir pour sauver ma vie » a expliqué le prévenu.

Une version balayée du revers de la main par le procureur, Mohamed Samoura. Selon lui, « l’agent l’a fait arrêter tout simplement parce qu’il utilisait une fausse plaque d’immatriculation. Il a été arrêté et placé en garde à vue et il s’est évadé. Donc, vu ces comportements, je vous demande de le retenir dans les liens de la culpabilité en le condamnant à un an d’emprisonnement, dont 6 mois assortis de sursis », a-t-il requis.

Finalement, Boubacar Diallo a été condamné à un an de prison, assorti de sursis.

A rappeler que le plaignant dans cette affaire, Souleymane Boula Yansané, n’était pas présent au tribunal.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Guineematin