Deux agents de santé, un laborantin et un médecin stagiaire ont comparu hier mercredi 31 mai 2018 devant le TPI de Dixinn. Ils répondent des accusations d’homicide involontaire sur la personne de Mariama Souadou Koulibaly. Cette dame a rendu l’âme à la suite d’un avortement pratiquée sur elle dans une clinique privée où travaillent les deux prévenus, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est le 13 mai dernier que la dame Mariama Souadou Koulibaly a rendu l’âme à la clinique privée ‘’Centre médical Keita’’ sise à Wanindara dans la commune de Ratoma, à la suite d’un avortement pratiquée sur elle par Dr Saidou Keïta, médecin et fondateur de la clinique en question. Ce dernier a aussitôt pris la fuite pour une destination inconnue. C’est ainsi que son stagiaire Thierno Diouldé Diallo et le laborantin Siba Maomi Guilavogui, accusés d’avoir porté assistance au médecin dans son action qui a conduit au décès de la dame ont été arrêtés.

Deux semaines après arrestation intervenue le 16 mai 2018, les prévenus ont comparu ce mercredi 30 mai devant le Tribunal de Première de Dixinn. Tous les deux ont plaidé non coupables et expliqué qu’ils ne savent rien de cette affaire. « C’est le 13 mai 2018 à 16 heures que le médecin chef m’a appelé en me disant de venir vite, car il a beaucoup de patients accidentés. Arrivé sur les lieux, je n’ai pas vu d’accidentés.

Seulement, il m’a montré une femme fatiguée qui saignait, mais il ne m’a pas dit qu’il a pratiqué un avortement sur elle. Il m’a dit de placer un sérum sur elle pour la perfusion. Comme j’ai vu que la dame est épuisée et que son cas est compliqué, j’ai demandé à ce qu’elle soit évacuée à Donka, mais mon patron n’a pas accepté. Il est parti chercher une poche de sang, il a duré là-bas, et à son retour, dès qu’il a commencé à remplacer le sang elle a rendu l’âme. Je ne savais pas que c’est un avortement », a expliqué le stagiaire Diouldé Diallo devant le tribunal.

De son côté, le laborantin Siba Maomi Guilavogui a dit que lui aussi, il a été appelé par le médecin Saidou Keita en fuite, qui lui a demandé une assistance pour sauver la dame. « A son arrivée, le médecin chef Saidou Keita m’a demandé de prélever le sang de la patiente. J’ai prélevé le sang, j’ai fait le taux d’hémoglobine qui était inférieur à 5, la fille était très fatiguée. Je ne savais pas qu’elle a fait un avortement et personne ne me l’a dit », a-t-il soutenu.

Non convaincu par les explications des prévenus, le procureur Mohamed Samoura a expliqué les deux hommes ont bel et bien participé à l’entreprise qui a conduit à la mort de Mariama Souadou Koulibaly. C’est pourquoi, il a demandé au tribunal de les retenir dans les liens de la culpabilité : « Ces deux prévenus ont apporté aide et assistance au médecin chef. Ils ont tous posé des actes qui ont contribué à ôter la vie de Mariama Souadou Koulibaly. Cette clinique est installée de façon clandestine à Wanindara depuis 1999. Donc je vous demande de les condamner chacun à un an d’emprisonnement et au payement d’une amende d’un million de francs », a requis le procureur.

Le tribunal rendra sa décision sur cette affaire le 06 juin prochain.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin