Falsification de la nouvelle Constitution : le Bâtonnier répond au ministre de la Justice

4 juin 2020 à 19 07 50 06506

Me Djibril Kouyaté, bâtonnier de l’ordre national des avocats

Comme annoncé dans une précédente publication, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Mohamed Lamine Fofana, a déclaré que la Constitution publié au Journal officiel est « applicable et opposable à tous ». Cette sortie intervient au moment où la falsification de la Constitution est sur toutes les lèvres et décrédibilise davantage notre pays au delà de nos frontières.

Lire

Modification du Code électoral : Cellou Baldé dénonce la poursuite du « putsch constitutionnel »

1 juin 2020 à 15 03 39 06396

Cellou Baldé, ancien député uninominal de Labé et coordinateur des fédérations UFDG de l’intérieur du pays

Comme annoncé précédemment, après avoir réussi à faire passer de force la nouvelle Constitution, le pouvoir guinéen s’atèle désormais à modifier certaines lois organiques du pays. Le gouvernement a amendé plusieurs textes importants dont le Code électoral qu’il a soumis à la nouvelle Assemblée nationale pour examen et adoption. Une décision qui vient attiser la colère des principaux partis d’opposition du pays, absents à l’Assemblée nationale dont ils ne reconnaissent pas d’ailleurs.

Lire

La nouvelle Constitution falsifiée : la réaction de Cellou Dalein

28 mai 2020 à 9 09 22 05225

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et principal opposant au régime Alpha Condé

La nouvelle Constitution adoptée à l’issue du référendum contesté du 22 mars 2020 suscite un nouveau débat après sa publication au journal officiel de la République. Certains juristes ont relevé une différence entre le texte soumis au référendum et celui promulgué. Et ce débat ne laisse pas indifférent le principal opposant guinéen, Cellou Dalein Diallo.

Lire

Aly Kaba : « Cellou et Sidya sont politiquement finis… Dalein doit arrêter son communautarisme exacerbé »

18 mai 2020 à 7 07 15 05155

L’honorable Aly Kaba, président de la majorité parlementaire

« Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré ont usé de la violence pour semer la désolation partout à travers le pays. Ils ont occasionné des dégâts matériels innombrables, des destructions de biens publics et privés, endeuillé parfois même des familles, et j’en passe. Malgré tout, le vote a eu lieu, même dans les endroits supposés être les fiefs de l’UFDG, puisque l’UFR n’en a pas. Le peuple s’est exprimé et les résultats sont clairs. Une nouvelle Constitution est adoptée et l’Assemblée nationale a été renouvelée à la grande satisfaction du peuple de Guinée. Maintenant, ils n’ont que leurs yeux pour pleurer puisque si ce n’est pas par la presse, ils sont finis politiquement ».

Lire

Guinée : les autorités alimentent le cycle de la répression dans le contexte du COVID-19

14 mai 2020 à 16 04 50 05505

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, 8 personnes ont été tuées le mardi dernier, 12 mai 2020, suite à la répression des manifestations contre les exactions au niveau des barrages de sécurité et contre le manque d’électricité. Au-delà de la mort de ces huit guinéens à Coyah (Aboubacar Soumah Aboubacar Diallo, Seydouba Fadiga, Abdoulaye Bangoura, Mamadou Yaya Bah, Mamadama Bangoura), Dubréka (Mohamed Soumah) et Kamsar (Mamadou Oury Barry) et des blessés, plusieurs autres guinéens ont été arrêtés. Et, ceci bien avant même la pandémie du coronavirus.

Lire

Vers des sanctions contre Alpha Condé et son entourage ? Ce qu’en dit Sékou Koundouno

7 mai 2020 à 6 06 24 05245

Malgré l’adoption de la nouvelle constitution et l’installation de l’Assemblée nationale contestée, le FNDC pense que son combat est loin d’être perdu. Cela, en raison des nombreux soutiens dont sa lutte bénéficie à l’international. Le dernier en date est celui du Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique rattaché au Pentagone, le département américain de la défense. Le CESA vient de publier un rapport accablant pour le pouvoir guinéen.

Lire

Rapport du CESA sur la crise politique en Guinée : « c’est de l’histoire ancienne », dit Fodé Mohamed Soumah

6 mai 2020 à 18 06 34 05345

Fodé Mohamed Soumah, président du parti GéCi

Le rapport du Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique (CESA), rattaché au département de la défense américain, suscite des réactions au sein de la classe politique guinéenne. Le CESA estime que « les manœuvres du président Alpha Condé pour l’adoption d’une nouvelle Constitution, contre l’avis de la population, constituent une manière de contourner les remparts démocratiques à la seule fin de s’assurer un troisième mandat présidentiel », ajoutant que « l’heure est grave pour la Guinée ».

Lire

Éventuel 3ème mandat pour Alpha Condé : « l’heure est grave pour la Guinée », alerte le centre américain CESA

6 mai 2020 à 8 08 25 05255

Alpha Condé

Le Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique (CESA), rattaché au département de la défense américaine, a publié lundi dernier, 04 mai 2020, un rapport alarmiste sur la crise politique en Guinée. Basé à Washington, ce centre estime que « l’heure est grave pour la Guinée ». Selon le CESA, « les manœuvres du président Alpha Condé pour l’adoption d’une nouvelle Constitution, contre l’avis de la population, constituent une manière de contourner les remparts démocratiques à la seule fin de s’assurer un troisième mandat présidentiel ».

Lire

Veillée d’armes en attendant la fin de la crise sanitaire

4 mai 2020 à 5 05 15 05155


Après l’adoption de la nouvelle constitution et l’installationeffective de l’assemblée nationale, le pouvoir se frotte les mains. Il a atteint son double objectif. Même si, comme on le voit avec la saisine de la Cour pénale internationale par le FNDC, l’adversaire n’a pas dit son dernier mot. Cette publicité dont la Guinée se serait passée bien volontiers, est la preuve que le vainqueur du duel a encore de soucis à se faire. Pour le moment, il est largement favorisé par la crise sanitaireinternationale qui a occulté tous les autres sujets du moment.

Lire

Alpha Condé promulgue la nouvelle constitution : ce qu’en dit Sékou Koundouno du FNDC

7 avril 2020 à 15 03 08 04084

Sékou Koundouno, Administrateur Général de la Cellule Balai Citoyen et responsable des stratégies et planification du FNDC

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé a promulgué hier lundi, 06 avril 2020, la controversé nouvelle constitution qui a fait couler encre et salive ces derniers temps en Guinée. Dans les rangs du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), les réactions d’indignation ne manquent pas, après la lutte âpre et meurtrière menée contre ce projet depuis une année.

Lire

Cellou Baldé sur la nouvelle constitution : « nous ne sommes pas concernés par ce chiffon »

7 avril 2020 à 11 11 44 04444

Honorable Mamadou Cellou Baldé, député uninominal de Labé

Comme annoncé précédemment, la promulgation par le chef de l’Etat de la nouvelle constitution, issue du très controversé référendum du 22 mars 2020 suscite une vague de réactions au sein de l’opposition guinéenne. Les adversaires du pouvoir dénoncent un véritable recul démocratique dans notre pays. C’est le cas du député uninominal de Labé, Mamadou Cellou Baldé, membre de l’UFDG, le principal parti d’opposition du pays. Joint au téléphone par un journaliste de Guineematin.com, l’opposant a qualifié cette constitution de « chiffon » que son camp ne reconnaîtra jamais.

Lire

Bah Oury sur la nouvelle constitution : « cela nous ramène à avoir un guide suprême à la tête du pays »

7 avril 2020 à 9 09 04 04044

Bah Oury, président du parti UDD

Dans un décret rendu public hier, lundi 6 avril 2020, le président de la République a promulgué sa nouvelle constitution, issue du très controversé référendum du dimanche 22 mars dernier. Joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com quelques minutes après la publication de ce décret, Bah Oury, le président de l’Union pour la Démocratie et le Développement, a parlé de grave recul démocratique visant à instaurer une oligarchie à la tête du pays.

Lire

Décret : Alpha Condé promulgue sa nouvelle constitution

6 avril 2020 à 22 10 41 04414

Dans un décret lu sur les antennes de la Télévision Nationale (RTG), dans la soirée de ce lundi, 6 avril 2020, le président Alpha Condé vient de promulguer sa nouvelle constitution qui entre donc en vigueur et prend effet maintenant. Il s’agit d’un texte de 157 articles (repartis en 19 titres) qui fait passer le mandat présidentiel de 5 à 6 ans, « renouvelable une fois ».

Lire

Guinée : le FNDC ne doit pas mourir comme la constitution

6 avril 2020 à 10 10 34 04344

Comme son nom l’indique, FNDC s’était fixé pour objectif la défense de la constitution de mai 2010. Avec la tenue du référendum le 22 mars dernier et les résultats provisoires proclamés par la CENI, le mouvement n’a pas atteint son principal objectif : sauver la constitution. Mais cela ne veut pas dire qu’il a échoué. Loin de là. Il a même réussi un exploit. Dans un contexte de division politico-ethnique, réussir à fédérer tous les membres de ce mouvement est en soi un véritable exploit.

Lire

Violences lors du double scrutin : des policiers accusés d’avoir versé de l’eau chaude sur une fillette de 4 ans à Kiroti

4 avril 2020 à 8 08 22 04224

Les violences meurtrières du dimanche dernier, 22 mars 2020, (jour du double scrutin législatif et référendaire en Guinée) n’ont visiblement pas fini de livrer toutes leurs horreurs. Lors de cette journée électorale particulièrement violente à Conakry, une fillette de 4 ans a été prise à partie par les forces de l’ordre à Kiroti, dans la commune de Ratoma.

Lire

Guinée : l’Union européenne dénonce les répressions des forces de l’ordre lors des élections « non crédibles »

26 mars 2020 à 13 01 56 03563

Après les acteurs politiques et sociaux locaux, ce sont les pays étrangers et les partenaires de la Guinée qui dénoncent la mascarade électorale du dimanche dernier, 22 mars 2020. Voulant imposer une nouvelle constitution qui lui permettrait de briguer un troisième mandat, le régime Alpha Condé a déployé d’impressionnantes forces, y compris des militaires armés, pour réprimer ceux qui tiennent à défendre la Constitution et le principe d’alternance en Guinée.

Lire

Violences communautaires à N’zérékoré : Cellou Dalein invite « à ne pas de tomber dans le piège d’Alpha Condé »

26 mars 2020 à 0 12 43 03433

Vent debout contre le pouvoir d’Alpha Condé, les leaders du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ne désarment pas malgré le forcing électoral et référendaire du 22 mars 2020. Devant les dérives meurtrières en cours, Cellou Dalein Diallo invite les guinéens à se mobiliser davantage pour lutter contre la division et l’ethno-stratégie qui martyrisent notre pays sous le règne d’Alpha Condé. Le président de l’UFDG l’a dit à l’occasion de la conférence de presse du FNDC de ce mercredi, 25 mars 2020, à Conakry, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Réaction sans ambages de la France contre le double scrutin en Guinée : début de la traversée du désert pour Alpha Condé

25 mars 2020 à 8 08 40 03403

Voulant s’accrocher au pouvoir en changeant la Constitution au prix de plusieurs morts et d’importants dégâts matériels, Alpha Condé est critiqué par la France qui le soutenait

Chaque fois qu’une élection est organisée en Afrique francophone, les yeux et les oreilles sont rivés vers Paris avant de crier victoire ou consommer la défaite. C’est vrai que cela concerne beaucoup plus les présidentielles que les autres consultations électorales. Qu’à cela ne tienne, la déclaration de Paris est toujours très attendue. C’est elle qui certifie en quelque sorte les résultats.

Lire

Guinée : la France ne reconnaît pas le double scrutin ! Paris soutiendra les initiatives de la CEDEAO, de l’UA et de l’OIF

25 mars 2020 à 8 08 05 03053

Malgré la gravité de la pandémie du Coronavirus qui focalise de nos jours les attentions du monde entier, la France s’est donnée le temps de réagir au très contesté double scrutin qui s’est déroulé en Guinée le dimanche dernier, 22 mars 2020. Par des mots diplomatiques, les autorités françaises ont dénoncé les exactions des forces de défense et de sécurité « excédant la simple sécurisation du processus », avant de juger ces élections non crédibles.

Lire