Décès de Barry Oury en prison : témoignage d’une maman sur son fils unique

18 janvier 2021 à 12 12 29 01291

Feu Mamadou Oury Barry et sa mère, madame Kadiatou Tounkara

C’est une triste nouvelle qui afflige la famille Barry de Bantounka 2 (commune de Ratoma) ! Arrêté à Conakry au lendemain de la fête de Tabaski par des éléments du PA de Cosa, Mamadou Oury Barry (21 ans) et chauffeur de profession, est décédé le samedi dernier, 16 janvier 2021, à la maison centrale de Conakry. Le défunt est originaire de la commune rurale de Garambé, préfecture de Labé.

Lire

Cellou Dalein à la levée de corps de Roger Bamba : « le pouvoir d’Alpha Condé mène la guerre même contre les morts »

8 janvier 2021 à 18 06 42 01421

C’est un Cellou Dalein Diallo très affligé et amère contre le régime Alpha Condé qui a pris part ce vendredi, 08 janvier 2021, à la lavée du corps de Roger Bamba (ce militant de l’UFDG décédé le 17 décembre dernier en détention à la maison centrale de Conkry). Devant la famille, les proches et les amis politiques de Roger Bamba qui étaient ce vendredi à Ignace Deen, le président de l’UFDG a déploré « une grande perte » et loué les qualités d’un jeune « courageux, éduqué, dévoué, sincère, respectueux… ».

Lire

Alpha Condé agacé par les critiques des opposants et les rapports des ONGs : voici le compte rendu du conseil des ministres

17 décembre 2020 à 18 06 37 123712

Alpha Condé a changé la Constitution de 2010 pour s’offrir un 3ème mandat à la tête de la République de Guinée

A l’occasion du conseil des ministres de ce jeudi, 17 décembre 2020, le président Alpha Condé a encore une fois démontré, à la tête du pays, qu’il a du mal à digérer les critiques des opposants à son régime et les rapports des ONG nationales et internationales sur les graves violations des droits humains sous sa gouvernance. Au lendemain de la mort suspecte d’un troisième détenu provisoire (Roger Bamba, arrêté et détenu à la maison centrale depuis plus de trois mois sans jugement), le chef de l’Etat et son équipe ont préféré retrousser les manches contre l’opposition et les ONGs.

Lire

3ème mandat en Guinée : Alpha Condé prête serment et s’engage à gouverner autrement

15 décembre 2020 à 19 07 42 124212

Déclaré vainqueur de l’élection présidentielle contestée du 18 octobre dernier, le président Alpha Condé a officiellement prêté serment ce mardi, 15 décembre 2020, pour son troisième mandat consécutif à la tête de la Guinée. Et, au cours de cette cérémonie –qui a connu la présence de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernements africains et de délégations de l’Union Européenne, des Etats-Unis, de la CEDEAO, l’Union africaine- le chef de l’Etat guinéen s’est engagé à « gouverner autrement » pour les six prochaines années. Alpha Condé a également promis de veiller sur le respect des lois de la République par tous les Guinéens, rapporte un journaliste que Guineematin.com avait dépêché à cette cérémonie.

Lire

Aminata Bangoura Diallo : « la Guinée sous Alpha CONDE est une jungle où les lois ne sont faites que pour un petit nombre »

13 décembre 2020 à 22 10 54 125412

Aminata Bangoura Diallo, responsable adjointe du pôle extensions des brevets en France et à l’international dans un cabinet parisien, Paris – France

La situation du pays est catastrophique et ce, à tout point de vue. Seule une minorité, celle qui profite pour détourner les richesses du pays, diront que la Guinée évolue et qu’elle est de retour sur la scène internationale. Guinea is back disent-ils, alors que de mon constat je vois que notre pays est de retour dans la corruption (l’avions-nous réellement éradiquée ?).

Lire

Réélection contestée d’Alpha Condé à un 3ème mandat : 15 manifestants présumés à la barre

4 décembre 2020 à 11 11 46 124612

Alpha Condé a changé la Constitution pour avoir un 3ème mandat à la tête de la Guinée

Le procès de 15 jeunes arrêtés dans une même concession lors des récentes violences post-électorales à Conakry se poursuit au tribunal de première instance de Dixinn. Après la comparution du premier groupe, le 25 novembre dernier, un autre groupe de 7 personnes est passé à la barre, le mercredi 2 décembre 2020. Les prévenus ont tous plaidé non coupables des faits de participation délictueuse à un attroupement, violences et voie de de fait pour lesquels ils sont poursuivis, expliquant qu’ils ont été arrêtés en pleine nuit alors qu’ils dormaient chez eux, a constaté un reporter de Guineematin.com qui a suivi l’audience.

Lire

Retour de Blaise Compaoré à Ouaga : ce qu’en disent certains citoyens burkinabès

1 décembre 2020 à 10 10 03 120312

Le retour de Blaise Compaoré au Burkina Faso a été l’un des principaux sujets de la campagne électorale. Ce débat a même concurrencé l’insécurité grandissante dans le Sahel. Plusieurs candidats dont Eddie Komboïgo du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti fondé par l’ancien président, ont promis de faciliter le retour de l’ancien chef de l’Etat, en exil en Côte d’Ivoire depuis 2014, lorsqu’il a été chassé du pouvoir par une insurrection populaire, suite à sa volonté de changer la constitution pour briguer un mandat de trop.

Lire

Burkina Faso : le Balai Citoyen dénonce le 3ème mandat d’Alpha Condé et réitère son soutien au FNDC

26 novembre 2020 à 13 01 37 113711

Kinda Eric Ismaël, porte-parole du Ballet Citoyen

Kinda Eric Ismaël, porte-parole du Balai Citoyen, une organisation de la société civile burkinabè à l’origine du mouvement qui a chassé Blaise Compaoré du pouvoir en 2014 a accordé une interview à l’envoyé spécial de Guineematin.com à Ouagadougou. Dans cet échange enregistré hier, mercredi 25 novembre 2020, le porte parole du Balai Citoyen s’est exprimé sur le double scrutin burkinabè ; mais, aussi sur la situation sociopolitique de la Guinée où Alpha Condé a réussi à se maintenir à la tête du pays en changeant la constitution du pays.

Lire

Biro Soumah interpelle la France, l’UE et les Etats-Unis : « il faut sanctionner Alpha Condé et son gouvernement »

21 novembre 2020 à 21 09 50 115011

C’est avec une grande joie que le Parti pour le Progrès et le Changement (PPC) a accueilli la sortie d’Emmanuel Macron, qui s’est exprimé dans les colonnes de Journal Afrique sur la situation en Guinée. Une situation que le président français qualifie de grave, déplorant la décision de son homologue guinéen de changer la constitution pour s’accrocher au pouvoir.

Lire

Confirmation de la victoire d’Alpha Condé : « joie immense » chez Dr Sékou Condé du RPG

7 novembre 2020 à 16 04 08 110811

Dr Sékou Condé, secrétaire permanent du RPG arc-en-ciel

Comme annoncé précédemment, la Cour constitutionnelle a proclamé ce samedi, 7 novembre 2020, les résultats définitifs de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier. Et sans surprise, la gardienne de la constitution a confirmé la victoire du président Alpha Condé dès le premier tour, avec un score de 59,50% des voix. Le RPG Arc-en-ciel n’a pas tardé à réagir à cet arrêt de la Cour constitutionnelle. Interrogé par un journaliste de Guineematin.com, Dr Sékou Condé, secrétaire permanent du parti au pouvoir, a exprimé joie immense.

Lire

Ibrahima Sakho sur la crise politique en Guinée « le peuple est avide de changement »

2 octobre 2020 à 16 04 26 102610

Dr Ibrahima Sakho, président du parti Changement, Progrès, Unité pour la Guinée (CPUG)

La Constitution de 2010 qui certes n’a pas été soumise à l’approbation du vote du peuple de Guinée mais néanmoins elle a été approuvée unanimement par l’ensemble de tous les acteurs politiques, la société civile, les syndicats et les militaires. Cette Constitution adoptée en 2010, stipule en son article 27 que le Président de la République a droit à un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois et interdit explicitement toute possibilité de troisième mandat « Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ou non ».

Lire

MARCHER ET MOURIR : URGENCE DE JUSTICE POUR LES VICTIMES DE LA RÉPRESSION DES MANIFESTATIONS EN GUINÉE

1 octobre 2020 à 10 10 10 101010

Comme on le sait, la volonté du président Alpha Condé de changer la constitution (qui lui interdit plus de deux mandats) pour se maintenir au pouvoir après son second et dernier mandat légal a entraîné la création du FNDC, le Front national pour la défense de la Constitution.

Regroupant l’essentiel des partis politiques de l’opposition et des associations de la société civile, le FNDC a organisé plusieurs manifestations de rue pour empêcher le chef de l’Etat de compromettre l’espoir d’un changement à la tête de la République de Guinée. Malheureusement, ces manifestations ont été réprimées dans le sans et plusieurs dizaines de nos compatriotes ont été tués.

Amnesty International a enquêté sur ces crimes et produit un rapport qu’elle a publié ce jeudi, 1er octobre 2020.

200 : Près de 200 personnes ont été blessées entre octobre 2019 et juillet 2020, certaines vivant aujourd’hui avec des séquelles graves.

100 :  Le rapport repose sur des entretiens en français et en langues locales avec plus de 100 personnes en Guinée, y compris des autorités.

70 : Au moins 70 arrestations, détentions arbitraires ou détentions au secret ont ciblé les voix dissidentes, coupables d’avoir exercé leur droit à la liberté d’expression ou au rassemblement pacifique.

50 : Entre octobre 2019 et juillet 2020, au moins 50 personnes ont été tuées lors de marches contre le changement de constitution, et lors de protestations contre le manque d’électricité ou la gestion des barrages sanitaires mis en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

40-50 : Entre 40 et 50 jeunes ont été arrêtés en février 2020, enfermés nuit et jour dans une chambre semblable à un grand magasin, où la chaleur les empêchait de dormir et a provoqué l’évanouissement de certains.

36 : L’analyse effectuée par des organisations spécialisées a montré que les réseaux sociaux ont été fortement perturbés en Guinée à partir de 20h00 le samedi 21 mars, jusqu’au lundi 23 mars au matin, pour une durée totale d’incidents de 36h. Twitter, Facebook et Instagram étaient inaccessibles, WhatsApp a été limité.

30 : Entre octobre 2019 et février 2020, plus de 30 personnes ont perdu la vie à l’occasion de manifestations contre le projet de changement de constitution.

15 : Au moins 15 personnes ont été blessées lors des marches d’octobre et de novembre 2019, dont au moins huit par des armes à feu.

15 : Plus de 15 figures du Front national de défense de la constitution (FNDC) ont été arrêtées, poursuivies et jugées.

12 :  Au moins 12 personnes ont été tuées le 22 mars 2020 jour où une nouvelle constitution a été adoptée au terme d’un double-scrutin législatif et référendaire.

10 : Entre octobre 2019 et février 2020, au moins 10 manifestations contre la troisième candidature du président Alpha Condé à la présidence de la République ont été interdites par les autorités, en violation du droit à la liberté de réunion pacifique.

6 : Six véhicules de la police et de la gendarmerie ont bloqué l’accès d’un cortège funèbre transportant 11 dépouilles au rond-point de Bambéto en stationnant le 4 novembre 2019 sur les deux voies menant au rond-point.

4 : Au moins quatre personnes ont été tuées par balle à Conakry lors d’une marche funèbre organisée le 4 novembre 2019 en hommage à 11 personnes tuées lors des manifestations du mois d’octobre.

Guineematin.com vous propose de cliquer sur le lien suivant pour visualiser ce rapport :

Marcher et Mourir. Urgence de justice Guinée

Lire

Elhadj Sékhouna droit dans ses bottes : « Alpha Condé a fait deux mandats, qu’il s’en aille maintenant »

23 septembre 2020 à 14 02 17 09179

Ni les négociations menées par certains cadres du pouvoir, ni les actes d’intimidation dont l’attaque de son domicile, n’ont réussi à dissuader Elhadj Sékhouna Soumah dans son combat contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Le Kountigui de la Basse Côte a réitéré sa position sur le sujet au cours d’une rencontre qui se tient ce mercredi, 23 septembre 2020, à son domicile situé dans la commune urbaine de Dubréka, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Lire

Affaire 3ème mandat : et si le complot contre Alpha Condé avait réussi !

4 septembre 2020 à 8 08 57 09579

Pour persuader le président Lansana Conté de modifier les intangibilités de la constitution en 2001, les thuriféraires l’avaient supplié de ne pas « abandonner le pays entre les mains d’un aventurier ». Allez savoir à qui ils faisaient allusion. Avec moins de difficulté qu’aujourd’hui, ils atteindront leur objectif. La constitution fut taillée sur mesure. Ils ont commis un véritable sacrilège avec le slogan l’éternité pour le président. Alors que l’éternité est l’apanage du seul Créateur. Sept ans plus tard, ce Créateur mit fin à leur utopie.

Lire

Safaye Diallo (UFDG-Boké) : « il faut qu’on aille aux élections pour battre Alpha Condé »

3 septembre 2020 à 9 09 23 09239

Mamadou Safaye Diallo, secrétaire fédéral UFDG à Boké

Après l’officialisation de la candidature du président Alpha Condé à un troisième mandat, le débat se focalise désormais sur l’éventuelle participation de l’UFDG, le principal parti d’opposition, à la présidentielle du 18 octobre prochain. Pour certains, le parti de Cellou Dalein Diallo ne doit pas prendre part à cette compétition électorale parce qu’en le faisant, il aura validé la nouvelle constitution et aura donc sacrifié tous ceux qui sont morts dans le combat contre cette constitution.

Lire

Coups de force militaires, constitutionnels ou électoraux en Afrique de l’Ouest : la CEDEAO a rendez-vous avec l’Histoire

25 août 2020 à 17 05 38 08388

Communiqué : TLP s’étonne que les sanctions annoncées à la suite du sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO du 20 août 2020 se réfèrent au protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance, dont l’institution n’a jamais veillé à l’application au Mali. Les éléments déclencheurs de la crise politique et sociale actuelle au Mali trouvent leur source dans les manquements graves et répétés aux principes de la lutte contre la pauvreté et la bonne gouvernance défendus par ce protocole additionnel.

Lire

La CEDEAO, une Communauté des Peuples ou un Club des Chefs d’Etat ?

24 août 2020 à 9 09 54 08548

Par Sény Facinet Sylla, Ex. Secrétaire Général Adjoint des Affaires Religieuses : La CEDEAO déçoit. Elle ne répond pas aux attentes et aspirations des peuples de l’espace Ouest-Africain. Son attitude face aux différentes crises qui secouent la Sous-Région le montre à suffisance.

Lire

Mutation des « lois » en Guinée : observations et nécessité de dialogue

2 juillet 2020 à 15 03 03 07037


Les initiatives de changement de lois sont intervenues en Guinée dans un contexteom agité et marqué par le rejet des propositions médianes (I), avec des conséquences qui appellent des observations en termes d’enseignements à tirer (II) pour trouver des solutions à travers un dialogue fructueux dans l’intérêt de tous (III).

Lire