Ibrahima Sakho sur la crise politique en Guinée « le peuple est avide de changement »

2 octobre 2020 à 16 04 26 102610

Dr Ibrahima Sakho, président du parti Changement, Progrès, Unité pour la Guinée (CPUG)

La Constitution de 2010 qui certes n’a pas été soumise à l’approbation du vote du peuple de Guinée mais néanmoins elle a été approuvée unanimement par l’ensemble de tous les acteurs politiques, la société civile, les syndicats et les militaires. Cette Constitution adoptée en 2010, stipule en son article 27 que le Président de la République a droit à un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois et interdit explicitement toute possibilité de troisième mandat « Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ou non ».

Lire

MARCHER ET MOURIR : URGENCE DE JUSTICE POUR LES VICTIMES DE LA RÉPRESSION DES MANIFESTATIONS EN GUINÉE

1 octobre 2020 à 10 10 10 101010

Comme on le sait, la volonté du président Alpha Condé de changer la constitution (qui lui interdit plus de deux mandats) pour se maintenir au pouvoir après son second et dernier mandat légal a entraîné la création du FNDC, le Front national pour la défense de la Constitution.

Regroupant l’essentiel des partis politiques de l’opposition et des associations de la société civile, le FNDC a organisé plusieurs manifestations de rue pour empêcher le chef de l’Etat de compromettre l’espoir d’un changement à la tête de la République de Guinée. Malheureusement, ces manifestations ont été réprimées dans le sans et plusieurs dizaines de nos compatriotes ont été tués.

Amnesty International a enquêté sur ces crimes et produit un rapport qu’elle a publié ce jeudi, 1er octobre 2020.

200 : Près de 200 personnes ont été blessées entre octobre 2019 et juillet 2020, certaines vivant aujourd’hui avec des séquelles graves.

100 :  Le rapport repose sur des entretiens en français et en langues locales avec plus de 100 personnes en Guinée, y compris des autorités.

70 : Au moins 70 arrestations, détentions arbitraires ou détentions au secret ont ciblé les voix dissidentes, coupables d’avoir exercé leur droit à la liberté d’expression ou au rassemblement pacifique.

50 : Entre octobre 2019 et juillet 2020, au moins 50 personnes ont été tuées lors de marches contre le changement de constitution, et lors de protestations contre le manque d’électricité ou la gestion des barrages sanitaires mis en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

40-50 : Entre 40 et 50 jeunes ont été arrêtés en février 2020, enfermés nuit et jour dans une chambre semblable à un grand magasin, où la chaleur les empêchait de dormir et a provoqué l’évanouissement de certains.

36 : L’analyse effectuée par des organisations spécialisées a montré que les réseaux sociaux ont été fortement perturbés en Guinée à partir de 20h00 le samedi 21 mars, jusqu’au lundi 23 mars au matin, pour une durée totale d’incidents de 36h. Twitter, Facebook et Instagram étaient inaccessibles, WhatsApp a été limité.

30 : Entre octobre 2019 et février 2020, plus de 30 personnes ont perdu la vie à l’occasion de manifestations contre le projet de changement de constitution.

15 : Au moins 15 personnes ont été blessées lors des marches d’octobre et de novembre 2019, dont au moins huit par des armes à feu.

15 : Plus de 15 figures du Front national de défense de la constitution (FNDC) ont été arrêtées, poursuivies et jugées.

12 :  Au moins 12 personnes ont été tuées le 22 mars 2020 jour où une nouvelle constitution a été adoptée au terme d’un double-scrutin législatif et référendaire.

10 : Entre octobre 2019 et février 2020, au moins 10 manifestations contre la troisième candidature du président Alpha Condé à la présidence de la République ont été interdites par les autorités, en violation du droit à la liberté de réunion pacifique.

6 : Six véhicules de la police et de la gendarmerie ont bloqué l’accès d’un cortège funèbre transportant 11 dépouilles au rond-point de Bambéto en stationnant le 4 novembre 2019 sur les deux voies menant au rond-point.

4 : Au moins quatre personnes ont été tuées par balle à Conakry lors d’une marche funèbre organisée le 4 novembre 2019 en hommage à 11 personnes tuées lors des manifestations du mois d’octobre.

Guineematin.com vous propose de cliquer sur le lien suivant pour visualiser ce rapport :

Marcher et Mourir. Urgence de justice Guinée

Lire

Elhadj Sékhouna droit dans ses bottes : « Alpha Condé a fait deux mandats, qu’il s’en aille maintenant »

23 septembre 2020 à 14 02 17 09179

Ni les négociations menées par certains cadres du pouvoir, ni les actes d’intimidation dont l’attaque de son domicile, n’ont réussi à dissuader Elhadj Sékhouna Soumah dans son combat contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Le Kountigui de la Basse Côte a réitéré sa position sur le sujet au cours d’une rencontre qui se tient ce mercredi, 23 septembre 2020, à son domicile situé dans la commune urbaine de Dubréka, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Lire

Affaire 3ème mandat : et si le complot contre Alpha Condé avait réussi !

4 septembre 2020 à 8 08 57 09579

Pour persuader le président Lansana Conté de modifier les intangibilités de la constitution en 2001, les thuriféraires l’avaient supplié de ne pas « abandonner le pays entre les mains d’un aventurier ». Allez savoir à qui ils faisaient allusion. Avec moins de difficulté qu’aujourd’hui, ils atteindront leur objectif. La constitution fut taillée sur mesure. Ils ont commis un véritable sacrilège avec le slogan l’éternité pour le président. Alors que l’éternité est l’apanage du seul Créateur. Sept ans plus tard, ce Créateur mit fin à leur utopie.

Lire

Safaye Diallo (UFDG-Boké) : « il faut qu’on aille aux élections pour battre Alpha Condé »

3 septembre 2020 à 9 09 23 09239

Mamadou Safaye Diallo, secrétaire fédéral UFDG à Boké

Après l’officialisation de la candidature du président Alpha Condé à un troisième mandat, le débat se focalise désormais sur l’éventuelle participation de l’UFDG, le principal parti d’opposition, à la présidentielle du 18 octobre prochain. Pour certains, le parti de Cellou Dalein Diallo ne doit pas prendre part à cette compétition électorale parce qu’en le faisant, il aura validé la nouvelle constitution et aura donc sacrifié tous ceux qui sont morts dans le combat contre cette constitution.

Lire

Coups de force militaires, constitutionnels ou électoraux en Afrique de l’Ouest : la CEDEAO a rendez-vous avec l’Histoire

25 août 2020 à 17 05 38 08388

Communiqué : TLP s’étonne que les sanctions annoncées à la suite du sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO du 20 août 2020 se réfèrent au protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance, dont l’institution n’a jamais veillé à l’application au Mali. Les éléments déclencheurs de la crise politique et sociale actuelle au Mali trouvent leur source dans les manquements graves et répétés aux principes de la lutte contre la pauvreté et la bonne gouvernance défendus par ce protocole additionnel.

Lire

La CEDEAO, une Communauté des Peuples ou un Club des Chefs d’Etat ?

24 août 2020 à 9 09 54 08548

Par Sény Facinet Sylla, Ex. Secrétaire Général Adjoint des Affaires Religieuses : La CEDEAO déçoit. Elle ne répond pas aux attentes et aspirations des peuples de l’espace Ouest-Africain. Son attitude face aux différentes crises qui secouent la Sous-Région le montre à suffisance.

Lire

Mutation des « lois » en Guinée : observations et nécessité de dialogue

2 juillet 2020 à 15 03 03 07037


Les initiatives de changement de lois sont intervenues en Guinée dans un contexteom agité et marqué par le rejet des propositions médianes (I), avec des conséquences qui appellent des observations en termes d’enseignements à tirer (II) pour trouver des solutions à travers un dialogue fructueux dans l’intérêt de tous (III).

Lire

Politique : après l’UFDG et l’UPR, Thierno Souleymane « Obama » dépose ses valises aux NFD

19 juin 2020 à 14 02 18 06186

Thierno Souleymane Diallo, dit OBAMA

C’est une figure politique bien connue en Guinée, notamment à travers les réseaux sociaux ! Thierno Souleymane Diallo, dit Obama, s’est illustré au service de communication de l’UFDG dont le candidat sera premier en 2010, loin devant ses 23 concurrents du premier tour, avant de perdre la présidence de la République face à l’opposant historique d’alors.

Lire

Parlement : les travaux en Commission n’ont jamais été suspendus (Honorable Aly Kaba)

11 juin 2020 à 21 09 15 06156

Honorable Aly Kaba, président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel

Les travaux de la session spéciale de l’Assemblée nationale, ouverts le 21 avril dernier, se poursuivent avec l’étude et l’examen, actuellement, de quatre projets de loi. Ce qui est en contradiction avec certaines déclarations faisant état de la suspension de ces travaux portant sur l’étude et l’examen du Code électoral.

Lire

Amendement du code électoral, saisine de la CEDEAO et opacité de PALUMBO GROUP LTD : Hon. Bakary Diakité à Guineematin

10 juin 2020 à 11 11 21 06216

Honorable Bakarité Diakité

Le 18 juin prochain, l’Assemblée nationale aura à examiner et adopter en séance plénière des amendements sur un certain nombre de textes de lois organiques, notamment le Code électoral, la Cour constitutionnelle, la Haute autorité de la communication et le Conseil économique, social, environnemental et culturel.

Lire

Falsification du texte constitutionnel : la patate chaude entre les mains d’Alpha Condé

7 juin 2020 à 8 08 16 06166

Alpha Condé a pourtant jurer de respecter et de faire respecter la Constitution 

Après la deuxième transition militaire, suivie de l’élection présidentielle de 2010, la Guinée était censée rejoindre le concert des Nations démocratiques. Grâce notamment à deux facteurs. Premièrement, depuis l’indépendance, le pays venait de connaître une transition pacifique, avec la transmission du pouvoir d’un militaire à un civil. Même si les deux coups d’Etat (de 1984 et de 2008) s’étaient déroulés sans effusion de sang, parce que perpétrés contre des cadavres, les institutions, elles, avaient été dissoutes. Deuxièmement, pour la première fois, un homme véritablement politique, et de surcroît bien formé, était à la tête de l’Etat.

Lire

Falsification de la nouvelle Constitution : le Bâtonnier répond au ministre de la Justice

4 juin 2020 à 19 07 50 06506

Me Djibril Kouyaté, bâtonnier de l’ordre national des avocats

Comme annoncé dans une précédente publication, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Mohamed Lamine Fofana, a déclaré que la Constitution publié au Journal officiel est « applicable et opposable à tous ». Cette sortie intervient au moment où la falsification de la Constitution est sur toutes les lèvres et décrédibilise davantage notre pays au delà de nos frontières.

Lire

Modification du Code électoral : Cellou Baldé dénonce la poursuite du « putsch constitutionnel »

1 juin 2020 à 15 03 39 06396

Cellou Baldé, ancien député uninominal de Labé et coordinateur des fédérations UFDG de l’intérieur du pays

Comme annoncé précédemment, après avoir réussi à faire passer de force la nouvelle Constitution, le pouvoir guinéen s’atèle désormais à modifier certaines lois organiques du pays. Le gouvernement a amendé plusieurs textes importants dont le Code électoral qu’il a soumis à la nouvelle Assemblée nationale pour examen et adoption. Une décision qui vient attiser la colère des principaux partis d’opposition du pays, absents à l’Assemblée nationale dont ils ne reconnaissent pas d’ailleurs.

Lire

La nouvelle Constitution falsifiée : la réaction de Cellou Dalein

28 mai 2020 à 9 09 22 05225

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et principal opposant au régime Alpha Condé

La nouvelle Constitution adoptée à l’issue du référendum contesté du 22 mars 2020 suscite un nouveau débat après sa publication au journal officiel de la République. Certains juristes ont relevé une différence entre le texte soumis au référendum et celui promulgué. Et ce débat ne laisse pas indifférent le principal opposant guinéen, Cellou Dalein Diallo.

Lire

Aly Kaba : « Cellou et Sidya sont politiquement finis… Dalein doit arrêter son communautarisme exacerbé »

18 mai 2020 à 7 07 15 05155

L’honorable Aly Kaba, président de la majorité parlementaire

« Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré ont usé de la violence pour semer la désolation partout à travers le pays. Ils ont occasionné des dégâts matériels innombrables, des destructions de biens publics et privés, endeuillé parfois même des familles, et j’en passe. Malgré tout, le vote a eu lieu, même dans les endroits supposés être les fiefs de l’UFDG, puisque l’UFR n’en a pas. Le peuple s’est exprimé et les résultats sont clairs. Une nouvelle Constitution est adoptée et l’Assemblée nationale a été renouvelée à la grande satisfaction du peuple de Guinée. Maintenant, ils n’ont que leurs yeux pour pleurer puisque si ce n’est pas par la presse, ils sont finis politiquement ».

Lire

Guinée : les autorités alimentent le cycle de la répression dans le contexte du COVID-19

14 mai 2020 à 16 04 50 05505

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, 8 personnes ont été tuées le mardi dernier, 12 mai 2020, suite à la répression des manifestations contre les exactions au niveau des barrages de sécurité et contre le manque d’électricité. Au-delà de la mort de ces huit guinéens à Coyah (Aboubacar Soumah Aboubacar Diallo, Seydouba Fadiga, Abdoulaye Bangoura, Mamadou Yaya Bah, Mamadama Bangoura), Dubréka (Mohamed Soumah) et Kamsar (Mamadou Oury Barry) et des blessés, plusieurs autres guinéens ont été arrêtés. Et, ceci bien avant même la pandémie du coronavirus.

Lire

Vers des sanctions contre Alpha Condé et son entourage ? Ce qu’en dit Sékou Koundouno

7 mai 2020 à 6 06 24 05245

Malgré l’adoption de la nouvelle constitution et l’installation de l’Assemblée nationale contestée, le FNDC pense que son combat est loin d’être perdu. Cela, en raison des nombreux soutiens dont sa lutte bénéficie à l’international. Le dernier en date est celui du Centre d’Etudes Stratégiques de l’Afrique rattaché au Pentagone, le département américain de la défense. Le CESA vient de publier un rapport accablant pour le pouvoir guinéen.

Lire