Meurtre d’une policière à Kourémalé : 6 personnes interpellées et déférées à Siguiri

9 avril 2019 à 12 12 01 04014

Des affrontements entre deux villages dans Kourémalé, dans la préfecture de Siguiri, ont coûté la vie à une policière dans la journée du dimanche, 07 avril. Suite à cet incident mortel, plusieurs personnes ont été interpellées hier lundi 08 avril et transférées au commissariat central de Siguiri, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Dimanche dernier le district de Kourémalé et le secteur Kolènda, relavant tous de la sous-préfecture de Doko, se sont affrontés autour d’une zone aurifère. Des blessés avaient été enregistrés. Des femmes de Kourémalé, non contentes de l’indifférence des agents des forces de l’ordre, s’en sont prises au commissariat spécial de Kourémalé. L’intifada qui s’en est suivie a couté la vie à une policière. Selon nos sources d’information, Capitaine Boh Saran Condé a perdu la vie après avoir reçu un caillou.

C’est dans le souci de retrouver les auteurs de cet acte que le commissariat central de Siguiri a procédé à six (6) interpellations, dont des femmes et des jeunes, dans le district de Kourémalé.

Selon Djemori Diabaté, maire de la commune rurale de Doko, « le dimanche passé, une policière a perdu la vie au cours d’une manifestation des femmes. Les manifestantes ont saccagé les locaux de police. Nous nous sommes rendus sur les lieux pour évaluer les dégâts. Après, le commissaire central de Siguiri, le commandant du camp et le commandant de la gendarmerie départementale sont venus nous trouver.

Sur place, le commissaire a interpellé les six personnes: les membres du bureau de district, la présidente des femmes et le président des jeunes. C’est seulement le président du district qui n’a pas été interpellé pour le moment. Il était à l’hôpital auprès de son enfant qui a été aussi blessé dans l’affrontement ».

Les six (6) personnes mises aux arrêts se trouvent au commissariat central de Siguiri pour leur audition.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Lire

Siguiri: une policière tuée suite à un affrontement entre deux villages à Kourémalé

7 avril 2019 à 19 07 25 04254

Un nouvel affrontement autour d’un domaine minier appelé Fadanidadjan, dans la sous préfecture de Doko, à Siguiri, a coûté la vie à une policière et fait un blessé grave ce dimanche 7 avril 2019. L’incident mortel a opposé le district de Kourémalé et le secteur de Kolènda, du district de Gbèdègbè, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les habitants du district de Kourémalé, situé à la frontière guinéo-malienne, et ceux du secteur de Kolènda, relevant du district de Gbèdègbè, se sont affrontés autour d’un domaine minier dont chacun réclame la paternité. Sur place il y a eu un blessé grave. Devant la non-intervention des forces de l’ordre, les femmes de Kourémalé se sont attaquées au commissariat spécial local en le saccageant. Une attaque qui a coûté la vie à une policière, apprend-on.

Cette opposition date d’une dizaine d’années. Selon nos informations, le domaine litigieux est suspendu et interdit d’exploitation par le tribunal de Première Instance de Kankan depuis trois ans.

Selon Badamako Adama Keïta, président du district de Kourémalé, « depuis que nous sommes nés, ce lieu est exploité par Tonfra, un village de Kourémalé. Mais, en plein jour, les citoyens de Kolènda ont réclamé la paternité du lieu. Nous nous sommes rendus devant les tribunaux. Le juge a dit que la route est la limite pour leur rendre le domaine. Nous avons fait appel à Kankan. On nous a retourné le domaine. Ils se sont opposés au jugement. Le procureur de Kankan a suspendu le domaine. Depuis quelques mois, ils viennent exploiter le domaine. Hier, les jeunes se sont rendus sur le lieu pour demander de quitter. Ce matin, ils ont armé les chasseurs pour nous attaquer, blessant une personne. Comme tous ces événements se sont déroulés sans que les agents se lèvent, les femmes étaient mécontentes. Elles sont venues jeter des cailloux sur les locaux de la police. Un caillou a atteint la dame. Elle a été admise au centre de santé, mais elle a succombé à ses blessures ».

La victime se nomme capitaine Boh Saran Condé, en service au commissariat spécial de Kourémalé.

Le blessé a été admis à l’hôpital préfectoral de Siguiri.

A noter que le commissariat spécial de Kourémalé a été saccagé par les manifestantes.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guineematin.com

Lire

Affrontements à Kourémalé : le maire de Bènkady (Mali) accuse des loubards

9 mai 2018 à 9 09 29 05295

commandant Harouna Traoré, chef de la Douane malienne basée à Kourémalé

Après les affrontements survenus le dimanche, 06 mai 2018 à la frontière guinéo-malienne, le correspondant de Guineematin.com à Siguiri est allé à la rencontre de certaines autorités maliennes pour recueillir leurs avis par rapport à ces affrontements. Ces responsables maliens ont regretté et déploré les violences qui ont fait 63 blessés côté guinéen et d’importants dégâts matériels, accusant des loubards d’être à l’origine à de cette situation.

Lire

Bouréma Condé à Kourémalé : « la frontière est une histoire des blancs »

8 mai 2018 à 19 07 08 05085

Deux jours après les violents affrontements qui ont opposé des guinéens et des maliens, dimanche à Kourémalé, frontière entre les deux pays, le ministre guinéen de l’administration du territoire et de la décentralisation est arrivé ce mardi, 08 mai dans la localité. Le général Bouréma Condé est allé constater les dégâts enregistrés sur place et prôner la paix et l’entente entre les deux communautés concernées, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

Lire

Siguiri : dégradation de l’environnement, drogue et prostitution à Doko

29 septembre 2017 à 13 01 05 09059

Avec une superficie de 2 826 km2 pour 150 012 habitants, dont 75 612 femmes, Doko est l’une des douze sous-préfectures de Siguiri. L’activité principale des citoyens est l’orpaillage. A côté, certains cumulent avec des activités agricoles, d’élevage et du commerce. Des milliers de guinéens et des étrangers, venus des pays d’Afrique de l’Ouest, y travaillent dans l’espoir de trouver de l’or pour une vie meilleure, a constaté l’envoyé spécial de Guineematin.com à Siuiri.

Lire

Doko : plusieurs Bukinabés arrêtés dans les mines et détenus à Siguiri

23 mai 2017 à 20 08 32 05325

Dans l’après midi de ce mardi 23 mai 2017, les étrangers (principalement venus du Burkina Faso) qui pratiquent l’exploitation artisanales de l’or dans les mines de la sous-préfecture de Doko, préfecture de Siguiri, à l’extrême nord-est de la République de Guinée ont été victimes d’arrestation et de saisie des biens, a appris Guineematin.com de source locale, ce mercredi 23 mai 2017.

Lire

Immigration clandestine : 145 jeunes mineurs interceptés à la frontière guinéo-malienne

14 avril 2017 à 21 09 38 04384

Le poste frontalier de Kourémalé, dans la préfecture de Siguiri, au nord-est de la Guinée, est depuis quelques temps le passage favori de nombreux jeunes (en majorité des mineurs) en route pour l’Europe, via le Mali, l’Algérie, le Maroc ou la Lybie. Depuis le début l’année 2017, il y a 145 jeunes mineurs, dont l’âge varie entre 12 et 18 ans, qui ont été interceptés par les agents du commissariat spécial de police de Kourémalé qui patrouille le long de la frontière guinéo-malienne, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Lire

Kourémalé (Siguiri) : 27 jeunes âgés de 14 à 17 interceptés à la frontière en une semaine (officiel)

10 décembre 2016 à 18 06 46 124612

immigration clandestineLa route pour ‘’l’eldorado européen’’ continue de séduire les jeunes guinéens en général et ceux de Mamou en particulier. Dans cette ville carrefour et cosmopolite, nombreux sont les jeunes âgés de moins de 18 ans qui tentent, parfois au péril de leur vie, cette aventure très risquée. En moins d’une semaine, vingt-sept jeunes, tous originaire de Mamou et âgés entre 14 et 17 ans ont été interceptés à la frontière avec le Mali par les services du commandant Ahmed Sekou Konaté, commissaire spécial de Kourémalé, a appris Guineematin.com à Mamou.

Lire

Comment Ebola a contaminé le Mali ? « Disparition » d’un médecin suspecté d’Ebola à Kaloum ! Dernières statistiques…

13 novembre 2014 à 9 09 32 113211

Ministère de la Santé, contrôle d'EbolaEbola continue ses ravages humains en Guinée ! Officiellement, il y a déjà près de deux mille (2 000) cas en Guinée avec  mille cent soixante six (1 166) morts ! Et, contrairement aux discours officiels (chaque jour plus rassurant que la veille, alors que la tendance est à l’inverse), mêmes les médecins ne croient pas aux messages officiels sur la maladie, sur les moyens de prévention et de lutte.

Lire