Général Konaté banni en Guinée : l’ancien président demande la nationalité sénégalaise

26 avril 2019 à 17 05 07 04074
Général Sékouba Konaté, président de la Transition entre du 18 janvier au 21 décembre 2010

C’est un secret de polichinelle. Le général Sékouba Konaté vit des moments difficiles depuis son départ de la Guinée après la Transition militaire de 2010. Mais, les choses se compliquent davantage pour l’ancien membre du CNDD au fur et à mesure que le temps passe. Aujourd’hui, il est même privé de voyage faute de passeport valable. Ce qui l’amène à se tourner vers le Sénégal pour espérer trouver solution à son problème. Il a écrit au président sénégalais, Macky Sall, pour demander de l’aider à avoir un passeport sénégalais, a appris Guineematin.com, à travers un de ses journalistes.

Général Sékouba Konaté passant la main à son successeur à la présidence de la République, le Professeur Alpha Condé, le 21 décembre 2010 au palais du peuple

Selon nos informations, le passeport diplomatique du général Sékouba Konaté a expiré, et l’ancien président de transition est privé de voyage depuis 6 mois. Trois mois avant l’expiration de son passeport, il avait saisi l’ambassade de Guinée en France pour le renouveler, mais en vain. Les autorités diplomatiques guinéennes ont fait comprendre à l’ex-membre du CNDD que les opérations d’enrôlement en vue de la délivrance des passeports biométriques ont pris fin sur le territoire français.

Désormais sans passeport valable, Sékouba Konaté qui vit à Enghien-les-Bains, près de Paris, avec sa famille, ne peut plus donc voyager en dehors de l’espace Schengen. Face à cette situation, l’ancien dirigeant guinéen a sollicité le soutien du président sénégalais, afin de trouver solution à son problème. Il a adressé un courrier à Macky Sall pour lui demander d’intercéder auprès de son homologue guinéen, Alpha Condé, pour voir si ce dernier acceptera de lui renouveler son passeport.

Et, si cette démarche n’aboutit pas, Sékouba Konaté demande à Macky Sall la naturalisation afin qu’il puisse obtenir un passeport sénégalais. Pour l’heure, on ne sait pas encore quelle est la réponse du président sénégalais face à cette sollicitation de l’ancien président de la transition guinéenne.

A suivre !

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Lire

Coopération : le ministre léonais des AE chez le président Alpha Condé

25 avril 2019 à 14 02 30 04304

Communiqué : Le Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé, a reçu en audience dans la soirée du mercredi 24 avril 2019 au Palais Sékhoutouréya, le ministre des Affaires Etrangères de la Sierra Leone, son Excellence Ali Kaba. Le chef de la diplomatie léonaise était porteur d’un message de son Président Julius Maada Bio au Président Alpha Condé. Un message qui porte sur le renforcement des relations de coopération et d’amitié entre les deux pays, comme le précise le ministre Ali Kaba : « Je suis porteur d’un message du Président Maada Bio pour réaffirmer le soutien de mon pays à la Guinée et pour le renforcement des relations entre nos deux Etats.

Nous avons aussi discuté de la nécessité de la mise en place d’une commission mixte permanente de coopération pour discuter des problèmes qui pourraient subvenir et comment renforcer nos liens économiques, culturels et sportifs.

Nos deux Etats ont des relations particulières. Cette commission doit s’assurer qu’il y ait la paix, la stabilité et la prospérité pour nos deux pays. Et cela ne pourra que nous permettre d’aller de l’avant au niveau de la coopération entre nos deux Etats.

Et aussi, j’ai fait part au Président Alpha Condé, de la restitution de la réunion avec mon homologue guinéen, son excellence Mamady Touré, tous deux nous avons discuté comment raffermir les relations entre nos deux Etats. Et il y a une entente parfaite, nous avons la même vision. Ce qui permettra à nos deux Etats de coopérer encore mieux ».

Sékhoutouréya, le 24 avril 2019

Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

Lire

Symposium Mines Guinée : les réformes et opportunités dans le secteur au centre des travaux

24 avril 2019 à 16 04 43 04434

Les travaux de la sixième édition du Symposium Mines Guinée ont été lancés ce mercredi, 24 avril 2019, à Conakry. Organisée par le ministère des Mines et de la Géologie en partenariat avec AME Trade Ltd du Ro, la rencontre regroupe plus de 630 participants venus de plusieurs pays du monde. C’est le président de la République, Alpha Condé, qui a procédé au lancement officiel des travaux, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Selon Malick N’Diaye, président de la chambre des Mines de Guinée et directeur général adjoint de Guinea Alumina Corporation (GAC), cette 6ème édition du Symposium Mines Guinée vise à faire part du bilan de l’activité minière en Guinée, et d’autre part, discuter des opportunités d’affaires dans le secteur minier. « Il n’est point besoin de rappeler que nous venons de loin. La Guinée, après l’adoption de son code minier en 2011 et amendé en 2013, a permis à notre pays d’attirer des investissements étrangers, surtout dans le secteur minier.

Depuis 2011, la Guinée connaît une pléthore de projets miniers dont la plupart sont aujourd’hui en phase de production ou en finalisation de la phase de construction. Tout ceci s’est traduit par une forte augmentation de la production de la bauxite qui est passé de 14 millions de tonnes en 2010 à 60 millions de tonnes en 2018. La Guinée affiche d’ores et déjà son ambition de devenir le 1er producteur mondial de bauxite dans les prochaines années. La production quant à elle, est passé de 254 mille à 473 mille entre 2010 et 2018 », a-t-il expliqué.

De son côté, Abdoulaye Magasouba, ministre des Mines et de la Géologie a dit que cette 6ème édition confirme que le Symposium Mines Guinée demeure le plus grand évènement minier de la sous-région, avec plus de 630 délégués officiels, venus d’une quarantaine de pays sur tous les continents. Selon lui, cette rencontre de Conakry est le fruit des réformes engagées par le Chef de l’Etat dans le secteur minier.

« Au-delà de son caractère promotionnel, ce Symposium est aussi l’occasion pour la Guinée d’attirer des partenaires qui s’inscrivent dans la vision d’un développement minier responsable porté par le Chef de l’Etat . Cette vision partagée, concrétisée par l’initiative du même nom, vise à favoriser la coexistence pacifique entre les différentes parties prenantes du secteur minier », a notamment dit le ministre Magasouba.

Pour sa part, le président de la République a commencé par rappeler que la vision de son gouvernement, c’est de transformer les ressources minières de la Guinée en produits finis. Pour cela, rappelle Alpha Condé, le pays s’est doté d’un nouveau code minier, adopté avec l’aide de certains partenaires. « Nous avons pu éviter les erreurs commises par notre ancien code minier et tirer aussi les meilleurs leçons. Et, cela nous a permis de redresser le secteur minier et notamment de supprimer 800 permis.

Il y avait des gens qui venaient prendre des licences, ils ne savaient même pas où se trouvait la mine et pendant ce temps, ils avaient les dossiers en bourse. D’autres aussi, mettaient aux enchères nos mines très riches pour pouvoir exploiter chez eux les mines moins riches. Nous avons connu tout cela. Donc, il était extrêmement important de sortir la Guinée de cette situation », a-t-il dit.

En outre, indique le numéro un guinéen, « si notre politique globale est la transformation des matières premières, agricoles et miniers en produits finis, pour le moment, notre politique minier vise trois objectifs : premièrement, créer les conditions les plus favorables pour que les sociétés minières puissent exercer véritablement, dans une libre concurrence ; deuxièmement, que la Guinée puisse tirer le maximum de ses richesses minières ; troisièmement, améliorer les conditions de vie des populations à travers le contenu local. Voilà les trois objectifs que nous visons », a-t-il fait remarquer.

Même s’il salue les progrès enregistrés dans le domaine minier, le Professeur Alpha Condé reconnaît cependant que beaucoup reste encore à faire. « Nous n’avons pas la maîtrise réelle de ce que nous produisons et la teneur de ce que nous produisons. Parce que nous n’avons pas les cadres qu’il faut et les moyens. Dans les affaires, tout le monde triche. Donc très souvent, les miniers peuvent exporter 10 mille tonnes et venir nous dire que c’est 5000 ; ou bien exporter le minerai de teneur 60% et venir nous dire que c’est 40%.

Donc, il fallait que progressivement on se donne les moyens pour empêcher cela. Et aujourd’hui, Dieu merci, nous sommes sur cette voie. Parce que très souvent, les points faibles des pays africains, c’est que nous ne maîtrisons pas la technologie qui nous permette réellement de connaître quelles sont nos ressources minières. Donc, c’est nos partenaires qui décident. Ils peuvent vous dire qu’il y a un milliard de barils de pétrole alors qu’il n’y en a que 10. Et, c’est un de nos points faibles », reconnait-t-il.

A noter que ce symposium va durer trois jours (du 24 au 26 avril 2019).

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Hon. Bakary Diakité à Guineematin : « il y a des politiciens téléchargés sur Play Store »

24 avril 2019 à 15 03 18 04184
Hon. Bakary Diakité

Dans une interview qu’il a accordée à Guineematin.com, le mardi 23 avril 2019, l’honorable Bakary Diakité, député du RPG Arc-en-ciel et 3ème secrétaire parlementaire, a abordé plusieurs sujets d’actualité notamment le débat autour du projet de modification de la constitution guinéenne. Le parlementaire se dit favorable à ce projet qui devrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Décryptage !

Guineematin.com : depuis le 14 janvier dernier, le mandat de cette législature a pris fin. Mais, vous continuez toujours à siéger au Parlement parce qu’il n’y a pas de nouvelles élections législatives. Selon vous, qu’est-ce qui empêche l’organisation de ces élections ?

Honorable Bakary Diakité : merci pour l’opportunité que vous m’offrez de m’adresser à des millions de lecteurs à travers votre médium. Pour répondre à votre question, je vous renvoie aux prérogatives de l’Assemblée nationale. Elle vote les lois, contrôle l’action du gouvernement et assure la représentativité. Il n’est pas donc de son rôle d’organiser les élections. Cette tâche, selon notre constitution, est dévolue à la commission électorale nationale indépendante (CENI). Bien sûr que l’institution électorale organise les élections en partenariat avec les partis politiques, le gouvernement et bien d’autres acteurs. Mais l’Assemblée nationale, n’organise pas les élections.

Et d’ailleurs, malgré l’expiration du mandat des cinq ans de la législature et conformément à la volonté de la loi, nous continuons à siéger à l’Assemblée nationale. Puisque l’alinéa 2 de l’article 45 de la Constitution stipule que le Président de la République assure le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et le fonctionnement de l’Etat. De même que le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale voté en 2017, dispose que le mandat des députés expire à l’installation de la nouvelle Assemblée nationale. Partant de ces lois donc, nous avons la légalité et la légitimé pour siéger jusqu’à l’installation de la prochaine Assemblée nationale.

Guineematin.com : cependant, la prorogation du mandat de cette législature est loin de faire l’unanimité. On a vu l’opposant Dr Faya Millimono et certains de ses partisans qui sont sortis manifester contre cette décision. Ils ont été arrêtés et inculpés pour attroupement illégal. Qu’en dites-vous ?

Honorable Bakary Diakité : Dr Faya Millimono est de l’opposition extraparlementaire. Quand il manifestait, dites-moi, quels sont les leaders qui étaient avec lui. Personne. C’est pourquoi d’ailleurs, il est dans les liens de la justice pour mieux s’expliquer pour son acte. Il faut d’ailleurs rappeler que quand on vient en politique par le hasard, on se heurte aux conséquences hasardeuses de la politique.

Car de nos jours, il n’y a pas mal de politiciens qui poussent, certains même sont téléchargés sur Play Store. On voit tous ceux-ci sur le terrain. Et moi je ne vais pas perdre mon temps à parler d’eux. Ce qui reste clair, nous, nous sommes là et nous continuons notre travail de député pour le bien être des Guinéens.

Guineematin.com : depuis un certain temps, le débat politique est dominé par cette affaire de modification de la Constitution et d’un éventuel troisième mandat pour le président Alpha Condé. Quelle est votre position sur ce sujet ?

Honorable Bakary Diakité : comme l’a dit le Professeur Alpha Condé, le débat est ouvert. C’est un débat d’arguments contre arguments. La constitution n’est rien sans son cadre économique, social, culturel et politique. Il faut rappeler d’ailleurs qu’aucune constitution dans le monde n’est immuable. Aucune constitution n’est figée. Elle est évolutive. Une constitution n’est rien sans son cadre économique, social et politique. Moi je crois qu’il faut laisser les gens s’exprimer.

Puisque la Guinée a besoin de s’adapter aux besoins de changement. L’article 51 de la constitution dit que le Président de la République, après avoir consulté le Président de l’Assemblée nationale, peut soumettre au peuple tout projet d’organisation des pouvoirs publics. Donc la question est réglée.

Guineematin.com : si ce débat fait rage dans le pays, c’est parce que certains estiment que cette modification constitutionnelle vise tout simplement à faire sauter le verrou se trouvant dans l’actuelle Constitution qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Qu’en dites-vous ?

Honorable Bakary Diakité : de mon point de vue, ce débat est insensé et aberrant. Par contre, là où j’adhère, c’est la proposition d’une nouvelle constitution. Moi je suis pour une nouvelle constitution. La constitution ne doit pas être un sujet tabou. Il faut qu’on en parle puisqu’aucune œuvre humaine n’est parfaite. Ceux qui essaient de s’opposer aujourd’hui à ce projet de nouvelle constitution, on les vus à l’œuvre ici. On se connait parfaitement. On sait qui est qui, et qui a fait quoi. Moi je pense que le débat doit être impersonnel.

Si l’article 51 l’autorise à aller dans ce sens, qu’est ce qui peut l’en empêcher ? Moi, je ne vois pas. Il ne faut pas voir la tête du Chef de l’Etat, il faut regarder bien loin devant. L’on se rappelle de la position de feu Jean Marie Doré qui a vainement demandé de soumettre le texte au référendum. Il n’a pas été écouté.

Guineematin.com : sauf qu’à l’époque, les principaux partis politiques du pays y compris le RPG Arc-en-ciel étaient d’accord sur la manière de l’adopter. Pourquoi c’est maintenant que vous remettez en cause cette façon de faire ?

Honorable Bakary Diakité : non, vous devez comprendre qu’entre deux maux, on choisit toujours le moindre. Avec les militaires, il fallait aller rapidement aux élections et remettre le pouvoir aux civils. Mais après l’élection du Pr Alpha Condé, qu’est-ce qui s’est passé ? Alors qu’il était en train de poser les jalons du programme de développement du pays, six mois après, il y a eu un attentat manqué contre lui. Après, presque deux à trois ans, les gens ont déversé leurs militants dans la rue pour l’empêcher de gouverner. Ebola est venu aggraver cette situation provoquant même la récession économique du pays.

Mais le Président de la République, dans sa vision d’homme d’Etat, a tenu bon. En bon leader, il a dit que cette pandémie d’Ebola doit être perçue comme une opportunité pour améliorer le système sanitaire de la Guinée. Et, c’est ce que fut fait. Malheureusement, les autres ont manqué l’occasion de montrer le caractère républicain, en venant, comme Soumaila Cissé au Mali quand le Nord du pays a été attaqué, faire des propositions de sortie de crise au Président de la République. Malgré tout, le Pr Alpha Condé, mon leader bien aimé, a su transformer cette période difficile de l’Etat en une véritable opportunité de développement de nos infrastructures sanitaires. N’en déplaisent aux détracteurs.

Guineematin.com : dites-nous, quel est votre choix entre l’amélioration de l’actuelle constitution et la proposition d’une nouvelle constitution ?

Honorable Bakary Diakité : je ne suis pas pour l’amendement des dispositions constitutionnelles. Je suis pour le projet d’une nouvelle constitution qui ouvre la voie à la 4ème République.

Guineematin.com : pourquoi passer à une quatrième République ? Pour permettre au président Alpha Condé de briguer un nouveau mandat ?

Honorable Bakary Diakité : la constitution est au-delà du Pr Alpha Condé. Attendez que le souverain 1er soit consulté. Ce même peuple qui l’a élu en 2010 et 2015. Ce ne sont pas les réseaux sociaux qui l’ont élu. Ceux qui l’ont élu n’ont pas voyagé. On sait que nos opposants se donnent l’intelligence de lire dans les pensées des gens ou avoir la maîtrise des paramètres du futur. Je pense que vous-mêmes, vous n’êtes pas un GPS.

Guineematin.com : on apprend que la nouvelle Constitution que le pouvoir compte soumettre au peuple est déjà rédigée. En tant que membre du parti au pouvoir, êtes-vous informé du contenu de ce texte ?

Honorable Bakary Diakité : moi je n’ai ni le mandat, ni la qualité de ce que vous me demandez. Vous savez que la proposition de loi et l’initiative de la loi sont partagées entre l’exécutif et les citoyens à travers l’Assemblée nationale.

Guineematin.com : concrètement, quand est-ce que le référendum va intervenir, est-ce avant ou après les élections législatives ?

Honorable Bakary Diakité : à ce niveau également, je vous prie de poser cette question à la CENI qui est la seule institution habilitée à organiser les élections en Guinée.

Guineematin.com : depuis 2010, un congrès est annoncé au RPG Arc-en-ciel mais il n’a toujours pas eu lieu. Quelles en sont les raisons selon vous ?

Honorable Bakary Diakité : c’est vous qui me l’apprenez. Sinon, ce que je peux vous dire est que le RPG Arc-en-ciel qui a toujours gagné les élections en Guinée, se porte bien. De Conakry à Kourémalé, de Lola à Koundara, notre parti est partout et occupe le terrain. Cela s’est démontré à toutes les fois qu’il y a eu des élections en Guinée. Et nous sommes prêts à aborder les prochaines élections. Nous sommes déjà en ordre de bataille pour remporter ces scrutins.

Guineematin.com : qui dirige le RPG Arc-en-ciel depuis l’élection du Professeur Alpha Condé à la tête de la Guinée ?

Honorable Bakary Diakité : qu’est-ce que vous voulez savoir ? Le RPG-AEC est un parti organisé. C’est Dr Saloum Cissé le secrétaire général du parti, c’est lui qui le dirige. Nous avons le Bureau politique, le comité central et tous les organismes du parti qui évoluent bien. Et croyez-moi, que les adhésions sont si nombreuses, que nous sommes capables de vous dire que d’ici peu, les masques vont tomber, comme le dit souvent le Pr Alpha Condé.

Guineematin.com : justement à ce niveau, comment avez accueilli l’arrivée à la mouvance présidentielle depuis quelques années des personnes comme Kassory Fofana, devenu Premier ministre ; Mouctar Diallo, le président des NFD qui est ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes ; Aboubacar Sylla, président de l’UFC, devenu ministre des Transports ; Papa Koly Kourouma, le président du parti GRUP, ministre de l’Hydraulique.

Honorable Bakary Diakité : il faut rappeler cette assertion du Pr Alpha Condé qui a dit ceci : « pour le développement socio-économique que j’ambitionne pour la Guinée, j’ai besoin des talents et des compétences de quels que horizons que ce soit ». Il est dans cette logique. Le cas de Mouctar, il faut le dire que c’est un modèle de jeune. Il n’y avait pas de plus amer contre le régime du Pr Alpha Condé comme Aboubacar Sylla et Mouctar Diallo. Mais, je respecte ces deux personnalités. Elles ont compris que le bateau guinéen amené par le Pr Alpha Condé se dirige au bon port.

Guineematin.com : certains d’entre eux avaient quand même appelé à un soulèvement populaire contre le régime Alpha Condé.

Honorable Bakary Diakité : c’est vrai, mais ils ont fini par comprendre que les critiques inutiles ne mènent à rien. Ils ont abandonné le débat personnel pour choisir de servir l’intérêt national avec le Pr Alpha Condé. Pour eux, le débat politique est un débat bidon ou un débat de caniveau.

Guineematin.com : pendant que vous appréciez l’arrivée ou le retour de ces opposants dans le système Condé, d’autres ont plié bagage. C’est le cas de Sidya Touré qui a libéré son poste de Haut Représentant du Chef de l’Etat, Elhadj Mamadou Sylla, à l’origine de la défaite du RPG Arc-en-ciel à la mairie de Dixinn, Dr Ousmane Kaba, exclu du parti présidentiel. On a entendu aussi récemment Elhadj Ousmane Bah de l’UPR, allié de la mouvance présidentielle depuis 2010, menacer de quitter le navire. Comment est-ce que vous expliquez cela ?

Honorable Bakary Diakité : votre question prête à confusion. Menace de quitter ? Je préfère qu’on attende de voir. Pour le moment, Elhadj Bah Ousmane n’a pas quitté à ce que je sache. Je ne suis pas quelqu’un qui lit dans la pensée des autres ou celui qui peut vous donner un saint blanc. Il ne faut pas oublier que mon frère bien aimé, Elhadj Bah Ousmane a supporté le Pr Alpha Condé à un moment critique de l’histoire de notre pays. D’ici 2020, vous serez d’ailleurs surpris, je vous le promets.

Guineematin.com : est-ce à dire que les alliés seront surpris du comportement du régime, voire les caciques du RPG Arc-en-ciel face au Pr Alpha Condé ?

Honorable Bakary Diakité : non, je ne parle pas de cela. Je dis que les gens ont commencé à comprendre l’élan du Président Alpha Condé. Les gens ne sont plus prêts à accepter le dicta des autres. C’est de ça je parle. Et, vous verrez la marée humaine qui vient chaque jour intégrer les rangs du RPG- Arc-en-Ciel.

Guineematin.com : sur le continent, on a vu récemment les présidents Algérien, Abdelaziz Bouteflika, et soudanais, Omar El Béchir, qui ont été chassés du pouvoir suite à des soulèvements populaires. Est-ce que vous redoutez une telle situation en Guinée ?

Honorable Bakary Diakité : bon, c’est le peuple qui décide. Après un mandat, deux, trois, quatre, …tu vois, il appartient toujours au peuple d’en décider. Et c’est aux dirigeants des pays concernés de le comprendre…Mon seul conseil à ce niveau c’est d’éviter d’être des marionnettes.

Guineematin.com : on arrive à la fin de cet entretien, avez-vous un dernier mot ?

Honorable Bakary Diakité : mon dernier mot, par rapport à ce qui pointe à l’horizon, je suis très content pour l’avenir de la Guinée. Tant sur le politique que social et économique. Nous devons nous donner les mains puisque ce qui nous unit est plus que ce qui nous divise.

Comme on a eu la chance d’avoir un président visionnaire et éclairé. Freeman l’a dit, c’est ça la différence entre l’homme d’Etat et l’homme politique. Kaléta, Souapiti, les établissements hôteliers, voilà autant de réalisations qui sont là palpables. C’est un visionnaire. Alpha Condé, est une chance pour la Guinée. Nous devons saisir cette opportunité pour l’accompagner. La jeunesse ne doit pas accepter de se faire manipuler. Nous devons avoir à l’esprit que c’est nous qui devons donner la place à notre pays dans le concert des nations dans un monde en perpétuel changement.

A l’Independence, je ne vous apprends rien. La Guinée avait ses avions, ses bateaux, ses chemins de fer. Mais, où sont-ils de nos jours ? Nous voulons qu’on soutienne le Pr Alpha Condé pour avoir nos avions, bateaux, trains et autres. Le débat sur la nouvelle constitution ne doit pas être tabou. C’est un débat ouvert. Comme le dit Abraham Lincoln, la vie ne se résume pas à l’aiguille d’une montre mais plutôt à la qualité de nos actions. Or les actions que le Pr Alpha Condé est en train de mener, c’est de très bonnes actions.

Interview réalisée par Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Lire

Médias : Alpha Condé fait un important geste en faveur du journal Horoya et de l’AGP

19 avril 2019 à 9 09 36 04364

Le quotidien national Horoya a célébré hier, jeudi 18 avril 2019, le 58ème anniversaire de sa création. Organisée au siège du journal, à Kaloum, la cérémonie a été présidée par Alpha Condé. Et à cette occasion, le chef de l’Etat guinéen a annoncé un important geste qu’il a fait en faveur du Horoya et de l’AGP, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Mamady Wasco Keïta

Dans son discours de bienvenue, Mamady Wasco Keïta, directeur général du journal Horoya, a dit être animé de deux sentiments en ce 58ème anniversaire de la création du quotidien national. « Le premier sentiment, c’est celui de la joie qui accompagne cette célébration. De l’autre côté, le journal Horoya bat de l’aile. Pour avoir passé toute ma vie professionnelle pour la plupart ici à Horoya, j’ai connu Horoya par le passé. Mais aujourd’hui, son état actuel ne peut pas honorer quelqu’un.

C’est pourquoi, je me dis que nous avons beaucoup de défis devant nous, pour vraiment mettre Horoya en orbite. Ces défis, c’est régler la question d’imprimerie, régler la question d’intrants, régler la question de parution pour que Horoya soit un quotidien au sens réel du terme », a-t-il fait remarquer.

De son côté, le ministre de l’Information et de la Communication a salué la présence du chef de l’Etat à cette cérémonie. « La présence du président de la République dans nos murs, témoigne à suffisance son attachement au patrimoine culturel et historique de la République de Guinée. Parce qu’il est vrai que le quotidien national Horoya fait partie du patrimoine culturel et historique de la Guinée.

En témoignent à suffisance les différentes Unes qui constituent les archives qui sont aujourd’hui disposées dans des conditions assez précaires et qui ont aussi fait échos à l’ensemble des installations du quotidien national Horoya, qui se trouve malheureusement dans une situation de parfaite déliquescence.

Et, nous avons bon espoir grâce à son leadership et à son soutien indéfectible, que la nouvelle équipe qui a été installée à la tête de ce journal, quotidien national, à la suite de ses devanciers, ne ménagera aucun effort pour remettre ce quotidien national et historique sur pied », a-t-il espéré, promettant l’appui de son département audit journal.

Dans son discours réponse, le président de la République, a commencé par saluer le travail de ce journal qui a su résister, malgré les maigres moyens mis à sa disposition. Ainsi donc, pour encourager la nouvelle direction du Horoya et celle de l’AGP (Agence Guinéenne de Presse) à travailler davantage, il a annoncé la mise à leur disposition de moyens financiers et techniques, nécessaires à leur bon fonctionnement.

Alpha Condé

« Nous allons donner un milliard et une pick-up à Horoya et un milliard et une pick-up à l’AGP. Mais, il y a une condition : il faut que désormais ils soient à la hauteur et qu’ils ne me disent pas qu’il n’y a pas d’argent. S’ils remplissent les conditions, il y aura d’autres choses qui viendront dans le panier. Mais, il faut qu’ils montrent d’abord qu’ils méritent ce qu’on leur a donné.

Il faut qu’on donne quand même les moyens à la presse nationale pour être à la hauteur de son rôle, d’informer les populations de façon objective, sans parti pris, mais de façon objective, en disant la vérité. C’est ça leur rôle parce que les journalistes doivent servir à l’éducation des populations, surtout que 70% de la population est jeune, elle ne connait pas l’histoire de la Guinée, elle ne connait pas le passé ».

Enfin, le Professeur Alpha Condé a demandé aux promoteurs du journal Horoya de bien tenir « vos archives pour que les étudiants qui veulent faire des tests puissent les consulter sans aucune difficulté. Mais le mieux, c’est les numériser. Parce que nous sommes à l’époque des nouvelles technologies », a-t-il dit.

A noter que cette cérémonie a été marquée par la remise de satisfécits aux cadres qui se sont illustrés lors de leur passage au journal Horoya.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Alpha Condé avertit les enseignants : « je n’ai pas peur des grèves, des manifestations »

17 avril 2019 à 20 08 22 04224

Présidant l’ouverture des travaux de la troisième édition du Forum de l’Etudiant Guinéen (FEG) ce mercredi, 17 avril 2019, à Conakry, Alpha Condé a remué le couteau dans la plaie des enseignants. Le chef de l’Etat a, une nouvelle fois, dénoncé vigoureusement le faible niveau de certains formateurs. Le président de la République a promis donc l’assainissement du secteur, annonçant qu’il n’a peur ni des grèves ni des manifestations qui peuvent en résulter, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

« Nous avons fait une dictée au niveau des enseignants, dictée du niveau de CE2. On a mis 20 fautes. Sur 700 enseignants, 70% n’ont pas trouvé les 20 fautes. Et sur les 70 %, 25 ont ajouté des fautes. Alors, comment peut-on enseigner quelqu’un qui est au CM2 quand on ne peut même pas corriger une dictée de CE2 ? Voilà le véritable problème. Donc, la formation des formateurs est un problème fondamental. On doit avoir le courage, dire que ne pourrons enseigner, que des gens qui sont sortis des Ecoles Normales d’Instituteurs, des gens qui sont sortis des écoles professionnelles. Il faut avoir ce courage.

Un gouvernement n’est pas à la traîne de l’opinion, mais il doit orienter l’opinion. On ne doit pas avoir peur de l’opinion, il faut qu’on se dise la vérité. Il y a beaucoup d’enseignants qui n’ont pas le niveau. Il faut que désormais les gens qui doivent enseigner à l’école primaire, soient des gens qui sont sortis de l’école des instituteurs. Même si c’est la bagarre ou les grèves on fera face. On ne veut plus d’un enseignement au rabais. Un gouvernement doit avoir le courage de se battre pour son pays. Tant que moi je serai président, je n’ai pas peur des grèves, je n’ai pas peur des manifestations. On fera ce qui est dans l’intérêt de la Guinée, c’est-à-dire, donner aux élèves, aux étudiants, des enseignants qui ont le niveau »

Ensuite, Alpha Condé a reconnu que le gouvernement doit construire des écoles à l’intérieur du pays pour que les enfants puissent bénéficier de la même éducation que ceux de la capitale. Mais à ce niveau aussi, il fustige l’attitude de certains enseignants mutés à l’intérieur et qui refusent de s’y rendre. « Il ne s’agit pas de construire des écoles s’il n’y a pas d’enseignants. Or, les enseignants doivent signer un engagement pour dire que dans les 5 et les 10 premières années, ils vont servir à l’intérieur du pays, non pas à Conakry. Il faut qu’on ait le courage de prendre à bras le corps le système éducatif sans avoir peur ni des étudiants, ni des enseignants, ni des syndicats, ni de personne. Mais faire ce qui est dans l’intérêt de ce pays à travers une jeunesse qui sera à la hauteur demain ».

Enfin, le professeur Alpha Condé a encouragé le développement de l’enseignement technique dans notre pays. « Il est extrêmement important que nous développions l’enseignement technique. Parce que l’économie n’a pas besoin que seulement des ingénieurs mais elle a besoin des gens qualifiés dans tous les secteurs. Et ensuite, à côté des métiers traditionnels, nous avons ce vous appelez aujourd’hui les nouveaux métiers. C’est l’avantage des Ecoles Régionales des Arts et Métiers (ERAM). Donc, nous devons qualifier l’enseignement professionnel pour ne laisser aucun enfant de la Guinée au bord de la route parce que tout le monde ne peut pas aller à l’université. Au lieu qu’ils n’arrêtent les cours parce qu’ils ne peuvent pas aller à l’université, il faut qu’ils aient des écoles professionnelles, des centres d’apprentissage qui leur permettent d’être utiles à eux, à leurs familles mais aussi à la nation ».

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77 / 662 73 05 31

Lire

Yimbaya-bougie : le Président Alpha Condé au centre de traitement du fonio

16 avril 2019 à 19 07 20 04204

Communiqué : Conakry, 16 avril 2019 – Le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a visité ce mardi 16 avril 2019 le centre de traitement du fonio au Quartier Yimbaya-bougie, dans la Commune de Matoto. L’objectif de cette visite du Chef de l’Etat était de s’enquérir de la qualité des machines mises à la disposition des femmes de ce centre pour améliorer leur travail. Ce projet, lancé il y a un an, se situe dans le cadre de l’initiative présidentielle pour la transformation des produits de l’agro-alimentaire et fait appel à plus de 150 femmes évoluant en groupements d’intérêts économiques. Ces femmes participent à toutes les étapes de transformation du fonio.

Ainsi, devant le Président de la République, Mariama Penda, porte-parole des femmes, a, dans les différentes langues du terroir, expliqué les différents processus de transformation du fonio.

En plus de ces femmes, des machines de dernières générations participent à ces travaux, c’est le cas de cet engin qui peut transformer 3 tonnes de fonio en une journée.

Malgré tout, la coordinatrice de l’initiative présidentielle pour la transformation des produits de l’agro-alimentaire, Hadja Diakagbè Kaba, évoque quelques difficultés : « Nous sommes très contentes de la visite du Président de la République dans ce centre. Cela prouve à suffisance son intérêt à accompagner les femmes guinéennes. Seulement, nous avons quelques doléances. Nous souhaitons qu’il nous assiste pour les équipements. Tout ce fonio là est traité manuellement, à part ces machines. On lave le fonio à la main, on le met sur la table. Nous sommes sous le soleil et nous souhaiterions que le Président nous trouve un hangar ».

A l’issue de cette visite, le Président Alpha Condé a encore traduit son souci d’améliorer les conditions de vie et de travail des femmes : « Comme il est difficile de traiter le fonio à la main, nous avons fait venir ces machines. Nous sommes venus voir si les machines qui sont données peuvent améliorer les conditions de travail des femmes les rendant moins pénibles ».

Transmis par le bureau de Presse de la Présidence

Lire

Signature du Contrat Commercial du barrage de Koukoutamba : discours du ministre Taliby Sylla

27 février 2019 à 11 11 59 02592
Cheick Taliby Sylla

Le contrat commercial du Projet d’Aménagement hydroélectrique de Koukoutoumba a été signé hier mardi à Conakry. Cette cérémonie qui a rehaussé de la présence de plusieurs grandes personnalités du pays, a été présidée par le Président de la République, Pr Alpha Condé. Ci-dessous, Guineematin vous propose l’intégralité du discours du Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Dr Cheick Taliby Sylla.

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

Excellence Messieurs les Ambassadeurs ;

Monsieur le Haut-Commissaire ;

Mesdames et Messieurs les Experts de l’OMVS ;

Mesdames et Messieurs les Experts de SINOHYDRO ;

Mesdames et Messieurs ;

Chers invités ;

La tenue à Conakry de la cérémonie de signature du Contrat Commercial du Projet d’Aménagement hydroélectrique de Koukoutamba en Guinée, qui nous réunis aujourd’hui, est pour nos quatre (04) Etats membres et le système OMVS un réel motif de fierté et de satisfaction.

Excellence Monsieur le Président de la République, votre présence à cette cérémonie nous honore et nous interpelle. Votre présence démontre à suffisance s’il en était besoin l’importance que vous accordez à l’énergie dans la sous-région et l’intégration sous-régionale.

Je me souviens Monsieur le Président lors de la conférence des Chefs d’états et de gouvernement tenue à Conakry les objectifs qui ont été assignes au Conseil des Ministres et au Haut-commissariat de l’OMVS. Un de ces objectifs est entrain de se réaliser aujourd’hui à travers la signature du contrat commercial pour la réalisation du barrage hydroélectrique de Koukoutamba.

Ce barrage sera le plus important de tous les ouvrages réalisés par l’OMVS depuis sa création

Mesdames et Messieurs ;

Le rôle moteur de l’énergie dans le développement économique, social et culturel d’un pays n’est plus à démontrer. C’est conscient de ce rôle que nos Gouvernements, pour répondre aux énormes besoins de nos populations, font de l’énergie l’une des priorités de leur politique de développement.

Les Etats membres de l’OMVS savent qu’ils peuvent compter sur les partenaires chinois pour faire face aux défis énergétiques auxquels ils sont confrontés.

Nous osons espérer que les engagements renouvelés ici par la signature de ce Contrat, permettront le démarrage, dans un bref délai, les travaux de réalisation de l’aménagement hydroélectrique de Koukoutamba.

Aussi, je vous exhorte à œuvrer en apportant, chacun en ce qui le concerne, une contribution significative et efficiente pour la réussite du présent projet.

Mesdames et Messieurs ;

L’organisation de cette cérémonie de signature du Contrat Commercial est une des conditions à remplir pour aboutir à la signature de la convention de financement entre les Etats membres avec Exim Bank de Chine. Donc, nous devons tous nous engager pour une conclusion heureuse de ce processus.

Nous savons tous que les principaux défis auxquels est confronté le secteur de l’électricité dans notre sous-région sont l’insuffisance des capacités de production, l’électrification limitée, le manque de fiabilité des services et les coûts élevés.

Ces défis appellent à un changement de paradigme dans le développement du secteur de l’électricité, qui vise à utiliser nos ressources renouvelables, notamment le potentiel hydroélectrique.

Mesdames et Messieurs ;

Chers invités ;

En acceptant donc d’accompagner la réalisation de ce méga projet énergétique de l’OMVS, nos Etats membres ont l’ambition de se donner les moyens de base d’une politique énergétique leur permettant de relever les défis majeurs qui caractérisent le secteur de l’énergie des pays de notre sous-région.

Mesdames et Messieurs ;

Chers invités ;

Je saisis cette opportunité pour exprimer à l’endroit de notre partenaire SINOHYDRO, toute la gratitude de notre Organisation et singulièrement des Gouvernements des Etats membres pour leur engagement à faire aboutir ce projet.

Pour terminer, permettez-moi une fois de plus, au nom des peuples de l’espace OMVS et singulièrement de leurs Excellences Messieurs les Présidents des Etats membres, le Pr Alpha CONDE, Ibrahima Boubacar KEITA, Macky SALL et Mohamoud Abdel AZIZ, de vous souhaiter la bienvenue et un agréable séjour de travail en Guinée.

Vive la coopération internationale ;

Vive l’intégration sous régionale et africaine ;

Vive l’OMVS.

Transmis par la Cellule de Communication du Département

Lire

Conakry : une école entièrement rénovée pour les élèves de Matam Lido 2

14 décembre 2018 à 19 07 53 125312
Mme Hélène Savané

Dans la matinée de ce vendredi, 14 décembre 2018,
Son Excellence Hisanobu Hassana, ambassadeur du Japon en Guinée, madame Hélène Savané, présidente du Rotary Club de Conakry, accompagnés des autorités de la commune de Matam et du quartier Matam Lido 2 ont inauguré l’école primaire de ce quartier relevant de la commune de Matam.

La rénovation de cet établissement- initiée par le Rotary Club de Conakry sur financement du gouvernement japonais, à travers son ambassade en Guinée- a coûté 117 337 dollars ; soit environ un milliard 24 millions de francs guinéens, a appris une journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Ce projet a permis de rénover les bâtiments dont 6 salles de classes, la direction, les latrines, et de reconstruire la clôture, réaliser une adduction d’eau, mais aussi à garantir la sécurité des 750 élèves et des enseignants de l’école.

Mme Hélène Savané

La rénovation de cette école s’inscrit dans le cadre du projet « L’éducation pour tous » initié par le Rotary club depuis mars 2017. A l’occasion de la cérémonie d’inauguration, la présidente du Rotary club, madame Hélène Savané, a remercié tous les acteurs qui ont permis la réalisation du projet. « Que tous les acteurs du projet, tous ceux qui, par leur travail, engagement, disponibilité ont permis d’atteindre ce résultat, en soient félicités et remerciés.

Notre gratitude va en premier vers l’ambassade du Japon à travers son département de micro-projet et ensuite au ministère de l’éducation nationale et à sa direction communale, les autorités locales, le bureau d’étude…Chers parents cette école est la vôtre, inscrivez-y vos enfants afin de leur assurer un avenir meilleur. Quant à vous mes enfants, je vous invite à aimer et à prendre soin de cette école », a-t-elle lancé.

S.E. Hisanobu Hasama

De son côté, l’ambassadeur du Japon en Guinée, Son Excellence Hisanobu Hasama, s’est réjoui de la concrétisation de ce projet qui vient s’ajouter aux nombreuses réalisations de son pays en Guinée. « C’est un plaisir pour moi d’inaugurer l’école primaire de Matam Lido 2 ainsi rénovée. Le Japon poursuit ses efforts et ses investissements en faveur de la Guinée, notamment dans l’éducation qui est un des piliers des axes d’intervention du Japon en Afrique.

Ainsi, depuis le début de sa coopération, le Japon a financé plus de mille salles de classes en Guinée. Il est important de continuer à appuyer la Guinée à investir dans la scolarisation et la préparation du futur des enfants guinéens. C’est pourquoi le gouvernement du Japon a accepté de financer ce projet pour préparer l’avenir de la Guinée », a dit le diplomate japonais.

S’il est important de rénover les bâtiments, il est également indispensable d’en assurer la bonne gestion et le bon entretien. C’est pourquoi, au cours de la réalisation de ce projet de rénovation, une formation a été également organisée en faveur de l’association des parents d’élèves et amis de l’école (APEAE) de Matam Lido 2. Cela, afin de les sensibiliser à leur rôle dans un esprit d’appropriation et notamment sur l’entretien des bâtiments après le projet. Et, les parents d’élèves, par la voix de leur président Ibrahima 2 Barry, promet de prendre soin de cette école.

« L’école primaire de Matam Lido 2 était en état de délabrement. Grâce au Rotary club, le gouvernement guinéen et l’appui du gouvernement japonais, cette école est devenue l’une des plus belles de la capitale Conakry. Les sages de Matam Lido, satisfaits de cette rénovation, me chargent de remercier monsieur l’ambassadeur du Japon et le Rotary Club de Conakry. Je m’engage aussi, au nom des braves populations de Matam Lido, à sauvegarder jalousement ce bijou », a déclaré le président de l’association des parents d’élèves de Matam Lido 2.

Seydouba Sacko

Egalement présent à la cérémonie, le maire de Matam a exprimé toute la reconnaissance des autorités communales à l’endroit de tous ceux qui ont permis la réalisation de ce projet. Un projet qui, selon Seydouba Sacko, apporte la joie aux habitants de la commune. La rénovation de cette école primaire de Matam Lido 2 est une joie non seulement pour toutes les autorités mais aussi les populations de notre commune.

C’est pourquoi, par ma modeste voix, je voudrais exprimer toute la reconnaissance et les remerciements des composantes de notre collectivité à l’endroit du Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé mais également à l’ambassade du Japon en Guinée qui a bien voulu financer le projet », a martelé le maire de la commune de Matam.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Lire

Reconstruction du pont Soumba : le discours de l’ambassadeur du Japon

11 décembre 2018 à 10 10 51 125112

« Comme vous le savez, le Japon investit beaucoup en Guinée dans la construction d’infrastructures de base : écoles, marchés, ports de pêche et ponts. Et d’ailleurs, l’année passée, nous avons inauguré le pont de Kaaka avec Son Excellence Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, à Coyah. La réalisation de ce pont avait déjà été exécutée par la JICA, à la grande satisfaction de la Guinée et du Japon. Et c’est la JICA qui est également chargée des études et de l’exécution du projet du futur nouveau pont sur la Soumba », a notamment rappelé l’ambassadeur du Japon.

Lire

Alpha Condé à EDG : « nous allons faire venir des experts guinéens compétents »

10 décembre 2018 à 9 09 54 125412

Le président de la République a fait un tour ce weekend en Haute Guinée. Après les étapes de Kouroussa, Siguiri et Mandiana, le Pr Alpha Condé a reçu un accueil chaleureux des populations de Kankan dans la journée d’hier dimanche, 9 décembre 2018. Le numéro un guinéen en a profité pour tirer à boulets rouges sur la guinéenne d’électricité, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Remise de la « route de l’entente » : le message du président Alpha Condé à Boké

21 novembre 2018 à 15 03 48 114811

Le président de la République, Professeur Alpha Condé, a présidé ce mercredi, 21 novembre 2018, la cérémonie de remise de la « route de l’entente », pavée de la SMB à la population de Boké. A cette occasion, le chef de l’Etat a reconnu et salué les efforts de la SMB Winning Consortium en faveur du développement de la région de Boké et de la Guinée toute entière, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Lire

Gouvernement : Alpha Condé désigne Tibou Kamara comme intérimaire de Gassama Diaby

15 novembre 2018 à 19 07 26 112611

Tibou Kamara, ministre d’Etat, conseiller personnel du chef de l’Etat

C’est à l’occasion du conseil des ministres de ce jeudi, 15 novembre 2018, que le président de la République, le professeur Alpha Condé, ainsi que son Gouvernement, ont pris acte de la démission du ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale, Khalifa Gassama Diaby.

Lire

Balla Condé au nouveau maire de Mamou : « on ne gère pas une commune comme une entreprise »

3 novembre 2018 à 10 10 21 112111

Amadou Tidiane Diallo (Thalès), nouveau maire de Mamou

Le nouveau maire de la commune urbaine de Mamou, Amadou Tidiane Diallo (Thalès) a pris fonction hier, vendredi 02 Novembre 2018. La cérémonie de passation de service s’est déroulée dans la salle de délibération de la mairie, en présence des conseillers (26 sur 33) de ladite commune et d’une mission préfectorale dirigée par Balla Condé, le chargé de l’organisation des collectivités décentralisées de la préfecture de Mamou, rapporte un des correspondants de Guineematin.com dans la ville carrefour.

Lire

Dubréka : Mackiou Sall et Cie boudent la cérémonie d’installation du nouveau maire

12 octobre 2018 à 18 06 55 105510

Élu le dimanche dernier, Elhadj Alsény Bangoura du RPG Arc-en-ciel a été officiellement installé ce vendredi, 12 octobre 2018, dans ses fonctions de maire de la commune urbaine de Dubréka. Présidée par N’Fansoumane Soumah, du ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD), la cérémonie de passation de pouvoir s’est déroulée à l’absence du président de la délégation spéciale sortant, Mackiou Sall de l’UFDG, a constaté sur place Guineematin.com, à travers son envoyé spécial.

Lire

Forum de Rhodes : le discours du Premier ministre

6 octobre 2018 à 9 09 46 104610

Ouvert hier, vendredi 05 octobre 2018, le forum de Rhodes portant sur le dialogue des civilisations pour la sécurité, la paix et le développement sera clôturé ce samedi en Grèce. Et, c’est le Premier ministre, chef du Gouvernement, Ibrahima Kassory Fofana, qui a représenté le président de la République, le professeur Alpha Condé à cette rencontre.

Lire

Célébration du 02 octobre à Conakry : le film de l’évènement

2 octobre 2018 à 21 09 48 104810

Comme annoncé dans nos publications, la Guinée a célébré ce mardi, 02 octobre 2018, le 60ème anniversaire de son accession à l’indépendance. A Conakry, c’est sous la présidence du chef de l’Etat, Professeur Alpha Condé, que les activités se sont déroulées au stade du 28 septembre, aménagé à cet effet. Aux côtés du président guinéen, il y avait 11 autres chefs d’Etats africains, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Dr. Saliou Bella nommé par décret : « Je suis très heureux d’entendre mon nom… »

26 septembre 2018 à 12 12 45 09459

Dr. Saliou Bella

Dr. Saliou Bella Diallo

Comme annoncé par une précédente dépêche de Guineematin.com, Dr Saliou Béla Diallo, président du parti Hafia et allié à la Mouvance Présidentielle, a bénéficié de son tout premier décret, depuis qu’il a rejoint le camp présidentiel en 2011. Cet ancien vice-président de l’UFDG est finalement nommé président du Conseil d’Administration de l’autorité nationale d’assurance qualité dans l’enseignement, la formation et la recherche.

Lire