Les propos tenus par l’imam central de Kindia et rapportés par un des correspondants locaux de Guineematin.com continuent de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Elhadj Mamoudou Camara avait dit, hier, jeudi 16 août 2018, au siège de Kania Langi, vouloir « un fils originaire à la mairie de Kindia ». Celui qui est personnellement visé par ces propos, en l’occurrence Abdoulaye Bah, a condamné ces propos ce vendredi 17 août 2018.

Elhadj Mamoudou Camara, lors d’une réunion tenue au siège de Kania langni, au quartier Tafory, a dit que « nous voulons un fils originaire à la mairie de Kindia ». Une sortie qui choque Abdoulaye Bah de l’UFDG, pressenti pour occuper la tête de la mairie au terme de l’accord du 08 août dernier mettant fin au contentieux électoral.

Pour Abdoulaye Bah, « je pensais que le régime démocratique guinéen était fondé sur les lois et, en l’occurrence, le code électoral. Mais, si on apprend l’imam dire qu’ils ont le monopole du choix du maire issue des urnes, donc ce constat est amer. On a peur pour nous-mêmes. Finalement, quel peuple sommes nous ? Je pense que nous sommes sur une division travail. L’Etat doit faire son travail, l’église et la mosquée aussi doivent faire leur travail ».

Par ailleurs, l’ancien président de la délégation spéciale de Kindia soutient que les propos de l’imam sont antirépublicains. « Ce que l’imam a dit, ne se dit pas dans une République, constituée par une Constitution. Nous sommes dans un État de droit, créé par le droit, régi par les lois. L’imam central, j’ai entendu dire qu’il a fait la législation islamique à la Mecque ; par conséquent, on peut estimer qu’il est juriste islamique… Donc, si un homme de droit islamique se hasarde de tenir de tels propos, c’est grave », s’indigne Abdoulaye Bah.

Pour terminer, le futur maire de Kindia affirme qu’il ne tolérera pas pareils comportements qui mettent en danger les fondements de la nation guinéenne. « Nous avons mis en branle notre avocat, maître Salifou Béavogui, nous avons pris à témoin les ONG qui travaillent dans le domaine de la défense des droits de l’homme en Guinée notamment le Balai Citoyen. J’ai contacté la direction nationale de l’UFDG et très prochainement vous entendrez le droit agir. Personne n’a le monopole, dans ce pays, d’être super guinéen par rapport à un autre. L’imam central, Elhadj Mamoudou Camara sera devant la justice de son pays à Kindia pour avoir tenu des propos régionalistes, ethnocentristes, communautaristes. Car il a violé l’article 4 de la Constitution, et l’article 313 du Code Pénal guinéen. Dans ce pays, on a l’obligation naturelle de veiller sur l’existence éternelle de notre patrie », conclut-il.

De Kindia, Mamadouba Sylla pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin