Depuis quelques jours, la Compagnie des Bauxites et d’Alumine de Diandian (COBAD) se voit empêchée d’exercer ses activités par les femmes et jeunes de Dougoulass, dans la sous-préfecture de Kamsar. Hier mercredi, des femmes ont érigé des barricades et fermé les portes de la société.

La communauté demande que les jeunes de la localité soient employés par l’entreprise et le payement de la compensation des champs agricoles occupés par les rails de la COBAD, rapporte Guineematin.com à travers son correspondant dans la région.

Siba Séverin Lohalamou

Pour désamorcer la crise, les deux parties se sont retrouvées face au gouverneur de la région administrative de Boké, ce jeudi 11 octobre 2018. D’entrée de jeu, le gouverneur a cherché à jouer à la neutralité. Le Général Siba Séverin Lohalamou a commencé par poser une question à l’entreprise minière : « est-ce que vous avez compensé les champs agricoles ? A combien l’avez-vous fait et à qui l’avez-vous donné ? »

Sur la question, la société minière est catégorique. Vassiliev Pavel, le directeur de la société, a répondu avoir payé à la sous-préfecture de Kamsar. « La COBAD a payé toutes ses obligations. Tous nos engagements sont respectés et, sur cette compensation, nous avons tout payé à la sous-préfecture. Et, nous avons même une liste où les gens ont signé après avoir reçu l’argent. Nous vous donnerons cette liste demain (vendredi 12 octobre, ndlr) pour vérifications », s’est engagé le directeur de la COBAD.

Du coté de la sous-préfecture de Kamsar, le sous-préfet lui même était sur place. Mais pour lui, la somme reçue était incomplète et d’ailleurs, il s’est réservé de tout commentaire….

Reprenant la parole, le Général Siba Severin Lohalamou rassure les deux parties. « La société a l’obligation de compenser les terres utilisées et, si ce n’est pas le cas jusqu’à maintenant, ils le feront. De toute façon, lundi prochain, moi-même j’irai dans le village et nous saurons, avec la liste, quels sont ceux qui ont pris l’argent. Vous les jeunes et femmes de Dougoulass, nous vous demandons d’enlever les barrages et de rester derrière nous. Si vous le faites, nous allons vous aider et si vous continuer de barrer, nous allons cesser d’être vos interlocuteurs. Et en ce moment, c’est Conakry qui viendra le faire et ça ne sera pas bon » a averti le gouverneur.

A la fin de la réunion, la communauté a accepté de laisser la société continuer le travail, en attendant l’arrivée du gouverneur le lundi prochain.

De Boké Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin