Le Colonel Cécé Celestin Balamou, député de l’Upg et membre de l’alliance républicaine, est décédé le mercredi 15 novembre 2017, à l’hôpital d’amitié sino-guinéen à l’âge de 71 ans. L’annonce de la nouvelle a été accueillie à l’Assemblée nationale avec une grande consternation, provoquant le renvoi de la plénière du jour à une date ultérieure.

Guineematin a rencontré pour la circonstance des députés et cadres parlementaires qui ont accepté de témoigner sur l’illustre disparu.

Pour le président du groupe parlementaire Alliance républicaine, Elhadj Dr Ibrahima Deen Touré, visiblement affligé et dont la voix était à peine audible, cette nouvelle est un évènement très ressenti à l’Assemblée nationale et particulièrement au sein du groupe des républicains, qu’il dirige. « L’Honorable Balamou est un homme de grande culture. Il s’est investi pour son pays. Je le connais avant l’Assemblée et il était un instituteur confirmé. Il s’est engagé dans la milice et reçu une solide formation à Ciba et ailleurs… », dit-il.

En tant que député, poursuit notre interlocuteur, Colonel Balamou s’est comporté en homme de paix et parfois même comme un régulateur. « J’ai travaillé en particulier avec lui puisque je l’avais désigné comme mon intérim. Nous avons dirigé une délégation chez lui et quand vous partez, vous allez sentir à travers ceux que vous verrez là-bas que c’est un homme de valeur », témoigne le chef du groupe des républicains.

C’était un député inoubliable. Dans le cadre de l’examen et l’adoption du nouveau règlement intérieur de l’Assemblée nationale, son rôle a été déterminant, se souvient Dr Deen. « Il a appartenu à l’importante commission Ad-hoc qui a travaillé sur le règlement intérieur. Nous étions six membres, soit deux de chaque groupe. A l’Alliance républicaine, nous étions les deux désignés et s’il m’arrivait à être absent pour une raison ou une autre, cela ne se ressentait pas, à cause de sa présence. Nous avons fini par aboutir à un règlement intérieur accepté de tous et qui est même promulgué. Sur ce travail, il a ses traces et ses marques. Il a su concilier les positions. Pour tout cela, je dis que c’est un homme de consensus ».

De son rôle dans l’armée, « j’ai entendu dire qu’il a rendu des services énormes, c’est un homme laïc et civiques. Il a joué un grand rôle à la tête du comité civilo-militaire et permis surtout de rapprocher des positions entre les civils et les militaires à l’époque », renchérit-il.

Il conclut par souligner la bonne renommée et la grande réputation de l’ancien colonel qui, en 2009, a veillé à la quiétude et à la sécurité des gens qui sont passés devant sa vue et à son service. « Plusieurs leaders politiques l’ont reconnu d’ailleurs qu’en 2009, il les a sauvés », a souligné le président du groupe des républicains avant de réitérer son message de condoléances à la famille éplorée, à son parti et à l’Assemblée nationale.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments