Depuis un certain moment, nous constatons la justice populaire un peu partout en République de Guinée. Les citoyens guinéens ont pris la mauvaise habitude de se venger des présumés voleurs ou bandit par des lynchages public. Le dernier cas s’est produit la semaine dernière à Lambangni dans la haute banlieue de Conakry. En marge de la deuxième édition de la semaine du savoir, organisée par le parlement des jeunes leaders de Guinée, un reporter de Guineematin.com a interrogé Elhadji Ibrahima Bah, grand imam de la nouvelle mosquée turque de Bambeto.

A l’entame, Imam Ibrahima a déploré ces genres d’actes : « nos sociétés étaient des sociétés paisibles ; mais, maintenant, nous tendons vers la cruauté de nos cœurs et la violence. Ce sont des choses qui sont vraiment regrettables. Et, nous devons nous donner la main pour essayer de faire revenir nos sociétés à des meilleurs sentiments ».

Rappelant les principes de l’islam, Elhadj Ibrahima estime qu’on « ne peut pas faire le lynchage de quelqu’un dans la rue sans que personne n’en parle. Aujourd’hui, nous avons constaté ça. Et, nous devons penser à Dieu qui a interdit des choses comme ça et que le prophète Mohamed PSL a dit dans un verset que ‘ne doit punir par le feu que le créateur du feu’. Donc, Dieu est le seul qui doit punir par le feu ».

Enfin, Elhadj Ibrahima Bah a précisé que « c’est une cruauté qu’il faut combattre avec la dernière énergie. La combattre non seulement au niveau de nos sermons, au niveau de nos discours et au niveau de notre société. Et, chercher à ramener les gens vers les valeurs cardinales de l’acceptation et du respect de la justice et de l’autorité ».

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620848501

Facebook Comments

Guineematin