Dans une interview accordée à Guineematin.com hier, mardi 31 octobre 2017, Dr. Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG et président du groupe parlementaire libéral-démocrate à l’Assemblée nationale, a non seulement lancé des flèches contre le ministre d’Etat Thierno Ousmane Diallo qui a récemment affiché son soutien à Bah Oury pour la reconquête de l’UFDG mais également envoyé aux braises ce dernier qu’il accuse de manquer de leadership. Comme à son habitude, en abordant les différents sujets politico-juridiques, l’opposant s’est offert à cœur joie le régime du Président Alpha Condé et certains de ses ministres.

Décryptage !

Guineematin.com : Pourquoi vous tenez à réagir aux propos du ministre Thierno Ousmane Diello ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Il faut dire que le ministre d’Etat Thierno Ousmane Diallo, s’ennuie. J’ai l’impression que son ministère ne lui sert à rien. Dans la mesure où il n’a absolument rien à faire là-bas. Chaque fois je l’entends, je ris. Franchement, il devrait s’inspirer de l’exemple de Bah Ousmane qui est un homme pondéré et précis. Il ne parle pas beaucoup et chaque fois qu’il parle, il y a un sens de ce qu’il dit. Il devrait se servir de ce modèle. Dire qu’il va soutenir Bah Oury, ça n’a pas de sens à mon avis. Il devrait aider Bah Ousmane à renforcer le parti et l’enlever dans la mouvance. Siradiou Diallo n’a jamais souhaiter cela. Il a laissé un parti fort avec beaucoup d’élus. Mais aujourd’hui, les résultats à la présidentielle de 2010 et des législatives sont insignifiants. Le parti n’a eu qu’un seul député aux dernières législatives et par cadeau. Bah Oury est exclu à l’UFDG. Il n’a que deux solutions pour aider Bah Oury. C’est de lui donner une carte de l’UPR et luis dire de venir avec tous ses partisans restés à l’UFDG. Ou de l’accompagner à créer une nouvelle formation politique. Bah Oury n’a personne derrière lui. Il est incapable même de drainer dix personnes derrière lui.

Guineematin.com : Dernièrement on a assisté au retour de deux des exclus de l’UFDG. Est-ce c’est possible aussi de voir M. Bah Oury revenir un jour à l’UFDG, s’il respectait les mêmes démarches ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Je trouve cela également ridicule lorsque Bah Oury fait croire que c’est lui qui a demandé à ces deux personnes de revenir à l’UFDG. C’est ridicule, ils sont revenus par ce que ce sont des militants convaincus. Aujourd’hui, personne ne reconnaît Bah Oury. L’ennemi de Bah Oury, c’est Oury Bah. Donc c’est lui-même et non d’autres. Depuis qu’il a été gracié par Alpha Condé, plus personne ne le reconnaît dans son comportement. Et il faut qu’il le comprenne une fois pour toute, dans le parti, il n’ya pas de statut de fondateur.

Guineematin.com : Vous ne reconnaissez donc pas à Bah Oury la paternité de l’UFDG ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Ecoutez, pour créer un parti, il faut quatre, cinq, six personnes voir beaucoup plus pour écrire les statuts et les déposer au ministère. Evidemment, Bah Oury est l’un des fondateurs de l’UFDG et non le fondateur du parti. Il y avait beaucoup de personnes qui étaient avec lui. C’est connu, c’est Mme Bantiguel, Thiam, Elhadj Abdoulaye, Elhadj Abdoul de l’UIBG. Quand il y a eu casse avec le Pr Alpha Sow c’est eux tous qui ont crée l’UFDG. Bah Oury n’est pas le patron mais l’un des fondateurs. Ce n’est pas une propriété privée c’est un parti politique. Au département de l’administration du territoire, on ne donne pas un agrément au nom d’une personne (…). Ce qui me désole ce que les gens ne se demandent pas pourquoi le doyen Bâ Mamadou est allé chercher Cellou Dalein et laisser là-bas Bah Oury et Saliou Bella. Je suis plutôt convaincu que si l’un d’eux avait un leadership pour faire de l’UFDG le parti qu’il souhaitait, il n’allait pas chercher Cellou Dalein. Et quand Cellou Dalein est arrivé à l’UFDG, Bah Oury était secrétaire général du parti. Bâ Mamadou ne voulait pas qu’il soit vice-président. C’est Dr Saliou Bella qui était le vice-président. C’est Cellou Dalein qui a demandé au doyen Bah Mamadou d’accepter que Bah Oury soit le Vice-président. Bâ Mamadou ne voulait pas qu’il soit Vice-président sachant bien que c’est quelqu’un qui a des relations difficiles avec les gens et il n’est pas rassembleur. Sur le rang protocolaire, il devait venir après Cellou Dalein, Président du parti, Bâ Mamadou Président d’honneur et les cinq les vice-présidents avant Bah Oury comme Secrétaire général. Donc en 7ème voir 8ème position.

Guineematin.com : Actuellement vous êtes en justice avec Bah Oury. Et s’il remportait la bataille pour retourner au parti. Qu’allez-vous faire ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Vous savez, c’est ridicule. Je ne sais pas de quoi il compte. Il n’ya aucun juge qui peut imposer quelqu’un à un parti. Au pire des cas, le juge peut dire que la décision prise de l’exclure n’est pas conforme. Mais aucun juge ne peut nous l’imposer. C’est une association volontaire. Si la justice dit demain que Bah Oury a raison par ce qu’on a fait ceci. Nous allons encore nous retrouver pour le sanctionner conformément à la loi. L’UFDG n’appartient pas à la justice ni au président mais aux militants. Il n’ ya aucun moyen de ramener Bah Oury à l’UFDG. S’il faut l’exclure dix fois, on le fera dix fois et c’est clair.

Guineematin.com : Comment avez-vous réagi à l’assassinat d’un érudit de Sagalé dans la nuit du dimanche passé ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Nous sommes peinés et très attristés. C’est terrible et ce n’est pas juste. Notre parti va envoyer une délégation au nom du Président Cellou Dalein Diallo pour présenter nos condoléances à la grande famille de Sagalé. Disons ce n’est pas normal. Cela s’explique par le manque d’Etat. Ce n’est pas la première fois qu’on tue en Guinée depuis l’arrivée de M. Alpha Condé au pouvoir. On a tué Diaouné, Mme Boiro, Guissé, des gens ont été sortis de prison à Kouroussa et tués. Il y a eu des crimes à Womé, des tueries à Zogota, etc…S’il n’y a pas de justice dans un pays, si on prend un criminel aujourd’hui, demain on le retrouve dans la rue en toute liberté. Si les gens osent faire cela, c’est par ce qu’il n’y a pas de justice dans le pays.

Guineematin.com : Comment appréciez-vous de la réaction des populations après l’exfiltration du présumé assassin, de casser et incendier les édifices publics à Sagalé ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Les populations ne font pas confiance à la justice. C’est pourquoi cette réaction violente des populations. Si la population sait qu’un criminel une fois aux arrêts sera jugé et sanctionné à la hauteur de sa forfaiture, personne n’allait se rendre justice. Rappelez-vous du cas de Lambanyi où un motard a été tué par une foule de personnes et après on trouve que ce n’est pas un voleur. Si non moi, en tant que leader politique, je ne peux pas encourager la violence de quelque nature que ce soit. Mais il faudrait bien que la justice prenne une certaine hauteur pour inspirer la confiance des populations. L’injustice est un peu partout. Même vous les journalistes vous n’êtes pas à l’abri. L’injustice est à vos portes et vous la subissez.

Guineematin.com : Justement à ce niveau, j’allais en venir. Dites mois comment vous avez réagi à la rumeur sur la mort du Chef de l’Etat en début de semaine ?

Dr Fodé Oussou Fofana : En ce qui concerne M. Alpha Condé, ce n’est pas la première fois, c’est la deuxième fois que des rumeurs lui donnent pour mort. A chaque fois qu’on parle de ça, on le voit dans la rue entrain de se promener. En tant qu’homme politique, même à son pire ennemi, on ne peut pas souhaiter la mort. Je pense qu’il aurait tout de même fait une déclaration comme Conté l’avait fait en son temps. Il a expliqué qu’il est malade et comme tout être humain, il est mortel mais il n’est pas mort. Mais se promener dans la rue et aller un peu partout, pour moi, cela ne résout pas le problème.

Guineematin.com : Cela montre quand même qu’il est en bonne santé ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Ecoutez, si vous voulez, moi je peux vous donner un ou deux comprimés et vous pouvez marcher jusqu’à Kindia sans problème. Demandez aux cultivateurs ce qu’ils prennent pour labourer toute la journée sous le soleil. Ce n’est pas par ce qu’on a fait dix kilomètres à pied, qu’on est en bonne santé.
Je souhaite qu’il donne une bonne image du pays. Si c’est moi qui devait décider, j’allais demander à Dieu de donner la vie à M. Alpha Condé jusqu’en 2030 au moins pour qu’il voit comment le Président Cellou rectifie ce qu’il a fait en matière de gestion, en matière d’unité nationale, de cohésion sociale, et de développement du pays. Cellou va tout améliorer en 2020.

Guineematin.com : il faut le dire que depuis la propension de cette nouvelle, le groupe de presse Gangan subit la fougue des forces de l’ordre. Des journalistes sont arrêtés, d’autres sont bastonnés et le matériel cassé. Quelle est votre réaction ?

Dr Fodé Oussou Fofana : J’exprime mon soutien total à la presse, le soutien de mon parti et du Président Cellou Dalein à toute la famille de la presse. Il faut dire que cette presse fait beaucoup de choses pour la défense de l’Etat de droit en Guinée. Sans quoi M. Alpha Condé aurait instauré la dictature. Aujourd’hui cette presse se bat à tous les niveaux avec une faible subvention de l’Etat, des moyens ridumentaires et de manque de soutien matériel et financier à tous les niveaux. (..) La presse a tout notre soutien et elle mérite d’être défendue.

Guineematin.com : Comment vous avez accueilli l’adhésion à l’UFDG du Secrétaire fédéral du RPG-AEC de N’Zérékoré à votre parti ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Beaucoup de choses commencent à changer. Quand nous recevons le secrétaire fédéral du RPG-Arc-en-ciel de N’Zérékoré et directeur de campagne du parti présidentiel en Forêt, c’est une grande fierté pour nous. Et rassurez-vous bien qu’il n’est pas seul à venir dans cette région. D’autres arrivent. En Basse côte par exemple, nous sommes de loin la première formation politique avec les nombreuses adhésions que nous enregistrons tous les jours. On vient d’installer une deuxième fédération de l’UFDG à Dixinn.

Guineematin.com : Vous venez de sortir d’une réunion de conférence des présidents. Qu’est ce qui a été décidé à ce niveau ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Depuis le 5 octobre nous sommes là, sans rien faire. Puisque le gouvernement ne travaille pas. On a reçu le budget il y a 72 h. Ce mardi matin, nous nous sommes retrouvés en réunion du bureau. La commission finances nous a soumis un projet de chronogramme qui a été discuté. Et puis la conférence des présidents a préétabli un ordre du jour pour la plénière qui va se tenir demain et qui portera sur un nouveau chronogramme qui sera axé sur l’examen du projet de loi de finances initiales, du statut de l’opposition et la charte des partis politiques. Puisqu’à ce niveau, c’est devenu la pagaille totale. Les gens ont l’impression que tous les partis politiques sont égaux sur le terrain. Puis qu’il y a des partis qui n’ont pas de siège et ne tiennent pas de réunion hebdomadaire et ne représentent rien du tout en réalité.

Guineematin.com : Mais est-ce qu’en votant une telle loi, vous ne risquez pas de fâcher certains de vos alliés ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Nous pensons que tous les partis de l’opposition républicaine ont leurs sièges, et tiennent leurs réunions hebdomadaires régulièrement. Vous pouvez le constatez avec Papa Koly, Aboubacar Sylla, Mamadou Sylla et Makanéra Kaké. Tous ont des sièges et tiennent leurs réunions hebdomadaires. Je voudrais quand même que le ministre e l’administration du territoire écrive aux partis politiques pour demander à ce qu’ils indiquent leur position politique. S’ils sont de la mouvance qu’ils le disent. Là on sait qu’ils soutiennent les actions du gouvernement. Ou s’ils sont de l’opposition, qu’ils le précisent clairement et également qu’on sache qu’ils s’opposent au gouvernement en place. Mais on ne peut pas être ni de l’opposition, ni de la mouvance. Le centre n’existe pas selon la loi guinéenne en vigueur. Ce n’est pas moi qui le dis. Personne ne peut dire qu’il y a le centre. Non, c’est du tape à l’œil.

Guineematin.com : Vous voulez parlez de l’UFR, votre ancien allié ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Moi je n’attaque personne. Je précise qu’il n’y a que deux options en Guinée. C’est la mouvance et l’opposition et pas une troisième ou quatrième position.

Guineematin.com : D’ailleurs il faut le préciser, l’UFR se réclame de l’opposition, êtes-vous d’avis?

Dr Fodé Oussou Fofana : Moi je pense que Bouréma Condé ne travaille pas du tout. Puisque si c’était Gomez qui était encore là, cette pagaille n’existerait pas. Il aurait écrit aux partis politiques pour demander leur siège, leur déclaration politique et demander également comment se déroulent leurs activités sur le terrain. Mais Bouréma Condé ne fait rien de tout cela, et s’il continue avec cet élan, moi je vais demander son départ du gouvernement. Puisqu’il ne fait rien de son travail. Je vois des gens qui se réveillent aujourd’hui pour dire qu’on fait une alliance. Mais si tu regardes bien, il n’y a que deux ou trois partis qui comptent dans le lot. Les autres c’est de la pagaille, c’est du pipo. Beaucoup n’ont même pas d’agrément. Et quand quelqu’un n’a pas un agrément, il mérite la prison très sincèrement.

Guineematin.com : Mais est que ce n’est pas un argument pour l’opposition de dénoncer des abus du gouvernement si quelqu’un est mis en prison par ce qu’il n’a pas d’agreement de son parti ?

Dr Fodé Oussou Fofana : Pas du tout. Un parti politique, ce sont les statuts et puis l’agrément donné par le ministre de l’administration du territoire. Un journaliste par exemple, est celui qui est reconnu par la HAC. Mais si tu n’as pas la carte de la HAC, tu ne travailles pas pour un média, si tu te réclames journaliste, la loi doit s’appliquer contre toi. C’est la même chose pour ceux qui se disent leaders politiques alors qu’ils n’ont même pas d’agrément. Le Général Bouréma Condé devrait sortir de la politique pour jouer son rôle de ministre d’administration du territoire.

Guineematon.com : Vous êtes président sortant de l’ordre des pharmaciens. Récemment on apprend que vous avez porté plainte contre le nouveau bureau élu, pourquoi ?

Dr Fodé Oussou Fofana : De toutes les façons, moi, je ne suis candidat à rien. Je n’ai pas envie de parler de ce dossier qui est déjà en justice. Nous considérons que l’élection qui a lieu n’est pas l’égale puisque seuls 13% des pharmaciens ont pris part à cette élection. Nous considérons que ce n’est pas normal. Et ce n’est pas Fodé Oussou qui porte plainte, c’est le conseil de l’ordre qui porte plainte contre la commission d’organisation. Je pense que le 2 novembre, la justice va statuer la dessus et dire la vérité.

Propos recueillis et décryptés par Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments