La disparition de la moto officielle du sous-préfet de Kaalan fait polémique actuellement dans la préfecture de Labé. Selon les informations confiées à Guineematin.com, cette moto s’est miraculeusement retrouvée dans les mains du sous-préfet de Tountouroun.

La combine officielle a éclaté à l’occasion de l’installation du nouveau sous-préfet de Kaalan, Mamadou Thyndel Baldé. On n’a retrouvé aucune ligne qui fait allusion à la moto du sous-préfet dans le procès-verbal d’installation.
Dans un premier temps, les autorités locales ont voulu faire croire que c’est l’ancien, Lansana Bangoura, affecté dans les mêmes fonctions à Linsan, dans la préfecture de Kindia, qui est parti avec l’engin.

Interpellé sur la question, l’intéressé aux autorités préfectorales de Labé qu’au moment où il prenait service à Kaalan, la moto de la sous-préfecture était avec son prédécesseur, Mamadou Diouma Diallo affecté à Tountouroun, dans la préfecture.

« C’est après plusieurs démarches auprès du préfet Lamarana qui n’ont pas abouti que le maire de Kaalan a décidé d’en acheter une autre dans le but de faciliter mon travail sur le terrain. On s’était convenu, qu’une fois muté ailleurs, j’allais rendre la moto à la commune. J’ai l’écris avec moi. Mais, lorsque j’ai été affecté à Linsan ici, le conseil communal a décidé de m’offrir cette moto, à cause de la bonne collaboration qui a existé entre nous durant mon séjour à Kaalan. J’ai été surpris d’apprendre des autorités préfectorales de Labé que je suis venu à Linsan avec la moto de Kaalan », a expliqué à Guineematin.com le sous-préfet dans la soirée d’hier, mardi 31 octobre 2017.

Finalement avec l’insistance du préfet de Labé, Safioulahi Bah, le sous-préfet de Linsan a ramené la moto achetée sur les fonds de la commune rurale de Kaalan. Mais, depuis, personne ne parle de la moto de fonction du sous-préfet de Kaalan, actuellement utilisée par son homologue de Tountouroun.

Si on vérifie, on trouvera que la moto de Kaalan est partie à Tountouroun, parce que tout simplement celle qui était là a, elle aussi, sans doute suivie l’ancien sous-préfet de la localité.

En attendant, le nouveau sous-préfet de Linsan confie à Guineematin.com un adage très populaire de chez nous : « Dieu ne va jamais changer son programme pour qu’un aigri soit satisfait ».

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin