Imam de CompanyahCe 12 décembre, le sermon du vendredi porte sur le refus de la prière à la mosquée de Companyah, une sainte cité de la culture islamique située au Nord-Est de la commune urbaine de Labé, a appris le correspondant local de Guineematin.com de l’imam de la localité, Thierno Abdoul Hamid BALDE.

Au nom de Dieu le Miséricordieux, le très Miséricordieux qui a fait de la Prière une obligation pour tout musulman, le Khalif de companyah invite les jeunes musulmans, créatures de Dieu, d’aller à la mosquée pour s’acquitter de cette obligation religieuse : « si tu pries à la maison alors que tu es voisin de la mosquée, tu n’aurais fait que du sport. Le Prophète Mouhammadou (Paix et Salut sur Lui) a dit que la Prière du voisin de la mosquée n’est acceptée qu’à la mosquée. »

C’est pourquoi, le guide spirituel s’interroge : « quelle est cette naïveté ? Commences-tu ta vie par vexer ton seigneur ? Il était cru que tu allais humilier les vieux amis de Satan qui ne fréquentent les mosquées qu’accidentellement. Il était attendu à ce que tu fasses la reconnaissance de ces mosquées que ces vieux ont abandonné. Des vieux qui ronflent dans leurs lits pendant que le muezzin appelle les fideles au bonheur. Il était espérer que tu allais soutenir la religion comme l’avait fait Ali au moment de sa jeunesse. »

Thierno Abdoul Hamid BALDE invite aussi les jeunes amis de Dieu à aller vers la droiture : « Toi jeune ami de Dieu, lèves-toi (come on, wouli, keli) et réveilles ce vieux ronfleur et refoule la paraisse qui s’empare de toi et va vers la droiture pendant chaque prière. En tout cas c’est maintenant ou jamais (Nisisentè, abadan, it’s now or never). Le Prophère Mouhammadou (PSL) a dit de se lever pendant que l’humanité dort, si c’est du bien que tu fais, ton Seigneur gère. C’est quand l’aube s’annonce que ceux qui avaient fait du bien la nuit s’en réjouisse. Toi, jeune, tires ce vieux qui est au-delà de la cinquantaine qui ne s’absente pas au marché et ne fréquente pas la mosquée. Montre lui que tu es un fervent défenseur de l’islam. Et surtout ne déçois pas Dieu. Saches que la dot de la santé c’est la piété. Habitues-toi à la sainteté pour t’éviter d’être un vieillard qui, au rang dans la mosquée est absent et au partage de la colas bien présent. »

Il met alors en garde : « Toi  rebelle qui refuses l’éducation islamique, ton Seigneur t’observe. Faire attaya avec tes copains te réjouis mieux que les cinq prières à la mosquée. Tu maîtrises mieux  les chansons de Lylwayne et Beyonce que les versets du Coran. Rythmes de reggae et raga ont remplacé chez toi génuflexion et prosternation. C’est la danse de rap et techno avec ses multiples souffrances que tu aimes au lieu de payer tes prières passées. Ce sont les contrats de Messi et de Ronaldo que tu maîtrises mieux que les charias de la prière. Fréquenter les cafés toute la journée est préférable chez toi que de lire la fatiha! S’habiller à la Yenkis et au Kris-Kron te soulage mieux que de paraître en musulman.»

L’Imam de Companyah note également que les bruits d’Apache et de Discovery  retentissent mieux dans les oreilles des jeunes que la voix suave du grand muezzin : « Toi naïf, penses-tu que tu ne vas pas mourir ?  Te cacheras-tu de ton Seigneur après ta mort ? Chers frères en islam, nous avons appris que la prière du voisin d’une mosquée n’est acceptée qu’à la mosquée et que ceux qui prient tardivement seront châtiés. Alors dites-moi (tell me, afalanbè, afongnè) quelle sera la demeure de celui qui ne prie pas ? Réponds Dieu, Il te répondra. Respecte-Le, Il te rendra heureux. Retiens que la différence qui existe entre le fidèle et l’infidèle, c’est la prière. »

Bob : première_partie_sermon_video

Dans cette seconde partie, l’imam reprend son sermon par la formule d’usage : « Louange à Dieu Le Très Miséricordieux » avant d’exprimer ses sentiments d’espoir : « J’espère que tu as accepté mes conseils, c’est-à-dire prier au moment et au lieu indiqué pour la prière. Merci, Big-up. Tu retiendras tout simplement que Satan notre ennemi peut empêcher d’apprendre. Dieu Le Très Haut a dit que la pitié de ceux qui connaissent et ceux qui ne connaissent pas sont incomparables. Tailles-toi donc une place parmi ces trois types d’hommes que je cite ici. Le premier est celui qui connait et qui connait qu’il connait, lui c’est un érudit suivez-le. Le deuxième est celui qui connait mais qui ne sait pas qu’il connait. C’est un endormi, reveillez-le. Le troisième est celui qui ne connait pas et qui connait qu’il ne connait pas. C’est un homme intègre, enseignez-le. Evitez d’être la quatrième qui ne connait pas mais qui ne connait pas qu’il ne connait pas. C’est un égarez, fuyez-le. »

Bob: deuxième_partie_sermon_video

Réalisé à Labé par Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphone : (00224) 660 11 35 15

Commentaires